Actualités

Cogestion et FO semblants

Marseille
le 22/12/2014

Les élections professionnelles dans la fonction publique territoriale à Marseille, le 4 décembre, ont à nouveau consacré FO, « le » syndicat majoritaire. L’occasion de voir si la cogestion est bénéfique pour les agents de la ville. Et pour les Marseillais. « Je voudrais que l’histoire retienne qu’avec le personnel municipal, j’aurai sans doute été le maire le plus généreux. » Et si, pour une fois, Jean-Claude Gaudin, l’ancien prof d’histoire, ne tordait (...)

Lire la suite...

Chronique d’une squatteuse

Et si on luttait pour l’accès au logement ?
le 30/10/2014

Alice habite en squat à Marseille entre débrouillardise et choix de vie. « Déjà s’assurer que le lieu que l’on "ouvre" n’appartient pas à un privé car il risquerait de nous envoyer des gros bras pour nous virer. L’idéal c’est un bien en déshérence, mais c’est très difficile à trouver. Ensuite, lorsque la police débarque, il faut prouver que l’on est domicilié à cette adresse depuis plus de 48 heures. Pour ça on s’envoie un courrier (...)

Lire la suite...

Quand Facebook a du bon

Et si on luttait pour l’accès au logement ?
le 29/10/2014

Via internet, des citoyens se mobilisent pour mettre des SDF à l’abri du froid et de la faim. En février 2012, une vague de froid submerge la France. Le Samu social est débordé et des sans-abri meurent dans les rues. Brann du Sénon, ancien SDF vivant désormais à la campagne, décide d’installer des caravanes sur son lopin de terre de Seine-et-Marne et d’y accueillir ceux qui ont besoin d’un toit sur la tête et d’un plat chaud. Avec Cédric Leret, lui aussi (...)

Lire la suite...

Construire pour se reconstruire

Et si on luttait pour l’accès au logement ?
le 28/10/2014

La communauté Emmaüs Lescar Pau, dans le Béarn, permet à des compagnons de participer à la construction de leur propre maison… C’est une maison bleue, adossée à la colline, on y vient à pied, ceux qui vivent là ont jeté la clef… Au village Emmaüs Lescar Pau, les maisons sont plutôt colorées et un peu biscornues mais l’esprit « on se retrouve ensemble après des années de routes » est bien là. Dans cette communauté Emmaüs du Béarn (64) - la plus grosse de France - qui (...)

Lire la suite...

La Maison commune de Cavaillon

On est ravi !
le 27/10/2014

« Des pov’gens, y’en a pas qu’à Marseille ou Avignon… », s’indigne Thierry, habitué de la Maison commune (1) de Cavaillon (84) et ancien chauffeur de poids lourds désormais invalide au visage marqué par l’alcool. Inaugurée en juillet dernier par le préfet de Vaucluse, cet ancien hangar de 320 m - maintenant partagé entre trois associations (le Village, le Secours populaire et les Restos du cœur) - a ouvert en décembre 2013. A la base du projet, le (...)

Lire la suite...

Grande Tchatche sur le Front National

Entretien avec Elsa Di Méo, fondatrice du Forum républicain, conseillère régional PS
le 24/10/2014

Diffusion de la Grande Tchatche, l’émission politique mensuelle du Ravi sur radio Grenouille en direct ce vendredi 24 octobre à 18 heures (88.8 sur la FM marseillaise) et en écoute en streaming dans la rubrique Grande Tchatche du www.leravi.org . Lors de la naissance d’Elsa Di Méo, en janvier 1982, François Mitterrand, alors très populaire à gauche, gouvernait la France avec le parti communiste. Le tournant de la rigueur n’était pas à l’ordre du jour et le Front (...)

Lire la suite...

le Ravi, comme Heidi, campe à la Villa Méditerranée

Idea camp à Marseille pour "s’approprier l’espace public"
le 23/10/2014

Comment se réapproprier l’espace public ? Trois jours durant, une cinquantaine de porteurs d’idées vont plancher sur ce sujet à Marseille, à la Villa Méditerranée. Sous l’œil attentif et avec le concours des médias citoyens. Malgré tous les exemples qui nous viennent en tête (et que l’actualité en particulier politique mais aussi économique, culturelle, sportive, internationale nous fournit), il faut se rendre à l’évidence : l’homme est un être (...)

Lire la suite...

Le Front national trie les journalistes en Provence-Alpes-Côte d’Azur

le Ravi placé sur « liste noire » par Marion Maréchal Le Pen dans le Vaucluse...
le 21/10/2014

Et de trois ! Ce samedi 18 octobre 2014 Clément Chassot, journaliste au mensuel le Ravi, s’est vu interdire l’accès d’une conférence de presse de Marion Maréchal Le Pen. La députée et patronne de la fédération FN du Vaucluse y faisait sa « rentrée politique ». Le journaliste du Ravi figurait sur une liste rouge et a été éconduit, fermement mais sans heurts. Cet incident s’inscrit dans une série. Le 8 octobre, Stéphane Ravier, le sénateur-maire du 7ème secteur de (...)

Lire la suite...

Le fabuleux dessein d’Amélie...

Une tribune libre de Natacha Guiboud, administratrice d’ECOLOC
le 21/10/2014

C’est un centre de vacances dans les Hautes-Alpes par lequel des générations de gamins des quartiers nord sont passées. En 2010, il a fermé. Depuis, une association veut le faire revivre. Et la vallée autour avec. Comme bien des régions de France éloignées des grands centres producteurs de « richesses », la vallée de la Méouge (dans les Hautes-Alpes) se bat pour exister. Certains villages ont des représentants ouverts sur l’extérieur, qui acceptent d’être remis en (...)

Lire la suite...

| 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... | 69 |

Dans le Ravi de ce mois-ci

le Ravi redresse les bras !

L’enquête
le 16/12/2014

le Ravi est en « redressement judiciaire ». Mais le mensuel régional qui ne baisse jamais les bras, n’est pas le seul journal à connaître des difficultés. Une grande partie de la presse, imprimée ou en ligne, traverse une tempête. A l’image de celle qui frappe tout le secteur associatif…

JPEG - 80.5 ko

Liquider ? Redresser ? C’est la deuxième option que nous sommes allés défendre devant le tribunal. Lequel a jugé que notre « redressement » n’apparaissait « manifestement pas impossible ». le Ravi n’est pas isolé avec ses difficultés. La presse, imprimée ou en ligne, va mal. Le quotidien La Marseillaise est lui aussi en « redressement judiciaire ». Et le problème n’est pas que régional. Alors que faire ? Survivre d’abord. Préserver ce qui peut l’être encore. Contraints de nous infliger un plan social, nous allons devoir réduire notre pagination, sans rien lâcher de notre ambition éditoriale. L’idée est de gagner un peu de temps pour, très vite, nous réinventer. Les idées et les envies fourmillent déjà...

Nous comptons, avec les Médias citoyens, faire aussi entendre notre voix dans les débats sur les conditions politiques et économiques nécessaires pour qu’existe une presse libre. Le projet de « sociétés de presse à but non lucratif », cher à Mediapart, semble aller dans le bon sens, a contrario des aides à la presse opaques et dispendieuses. La transformation du journal Altermondes en Scic, une coopérative d’intérêt collectif, est séduisante. Une certitude : nous n’irons pas, comme Nice-Matin, chercher Bernard Tapie pour sauver le navire ! Rassurez-vous, le Ravi, sans valeur marchande ou patrimoniale, ne l’intéresse pas…

Il va falloir, surtout, repenser le lien qui existe entre nous, les journalistes « pas pareils », et vous, les lecteurs « pas pareils ». Une association des Amis du Ravi va être créée [Pour contacter cette asso, c’est par là]. L’ampleur de votre mobilisation pour qu’un journal irrévérencieux dédié à l’enquête existe, dans une région où électeurs xénophobes et pères Ubu ceints d’écharpes tricolores font la loi, sera déterminante. 5102 abonnés en 2015 ? On n’achète pas un journal libre, on finance son indépendance ! Pour que le Ravi redresse les bras, abonnez-vous et participez au Couscous Bang Bang Royal 2015

Michel Gairaud

Au sommaire de la grosse enquête « le Ravi redresse les bras ! », dans le Ravi n°124, daté décembre 2014, actuellement chez les marchands de journaux en Provence-Alpes-Côte d’Azur.


Page 10 & 11 « Le pluralisme au tapis », tour d’horizon en Paca
Page 11 « La bourse ou la vie » : abonnez-vous !
Page 12 « Les nouvelles combines à Nanard », enquête sur Bernard Tapie
Page 12 « Pour que vive la presse citoyenne », Par Thierry Borde, du réseau Médias citoyens
Page 13 « Le monde merveilleux de l’économie sociale et solidaire », enquête sur l’ESS
Page 13 Strip dessiné : les « Vieux » redressent les bras !

le Ravi redresse les bras !

Edito
le 16/12/2014

Ceci n’est pas un numéro du Ravi. Ceci est LE numéro que nous aurions aimé ne pas publier. Parce qu’il y est question d’un mensuel « pas pareil » en cessation de paiement que la justice pourrait « liquider » s’il ne se « redresse » pas très vite. Parce qu’il annonce, là, tout de suite, une « restructuration », un « plan social », bref, l’obligation de tailler dans les effectifs d’une équipe déjà tout sauf pléthorique. Parce qu’il témoigne des difficultés d’une certaine presse, celle qui n’est pas la propriété d’un Bernard Tapie, des marchands de soupe, de téléphones, de béton ou d’armement…

Ceci n’est pas un enterrement. Ceci est un pari, du genre impossible, que nous sommes déterminés à relever. Celui de ne pas baisser les bras alors que la résignation semble devenir un sport local : résignation face à l’extrême droite et la droite extrême qui veulent définir seules l’identité de notre région, résignation face aux baronnets ubuesques qui assoient leur trône sur la démocratie locale, résignation face au pouvoir de l’argent. Ceci est un appel. Pour que vive une presse libre, dédiée à l’enquête et à l’irrévérence.

Pour que le Ravi redresse les bras, va réduire un temps sa pagination (de 24 à 16 pages dés janvier) mais sera toujours au rendez-vous tous les mois (enfin, si vous en décidez ainsi en faisant le pari de nous aider à survivre pour nous réinventer). 5102 abonnés en 2015 ? On n’achète pas un journal libre, on finance son indépendance ! Pour que le Ravi redresse les bras, abonnez-vous et participez au Couscous Bang Bang Royal 2015

Au sommaire du Ravi n°124, décembre 2014

le - 16/12/2014 -

La grosse enquête le Ravi redresse les bras ! le Ravi est en « redressement judicaire ». Mais le mensuel régional qui ne baisse jamais les bras, n’est pas le seul journal à connaître des difficultés. Une grande partie de la presse, imprimée ou en ligne, traverse une tempête. A l’image de celle qui frappe tout le secteur associatif. Enquête sur le paysage médiatique régional, les manœuvres de Bernard Tapie, sur le monde « merveilleux » de l’économie sociale et (...)

Lire la suite...

@-Leravi - http://www.leravi.org