Actualités

Quand les gynécos manquent de doigté

le 17/04/2015

Entre réflexions déplacées, actes brutaux ou carrément gestes non professionnels, depuis quelques mois les femmes dévoilent via internet leurs consultations gynéco aux yeux de tous. Du côté des médecins, on s’en bat un peu le spéculum… « Bon, au lieu de prendre la pilule, vous voudriez pas plutôt faire un gosse ? Parce qu’à 38 ans, faut pas traîner ! » Patricia, marseillaise, raconte son dernier rendez-vous gynéco. « Il y a aussi les réflexions récurrentes sur mon poids. (...)

Lire la suite...

Boues rouges partout, suspicions aussi

Scandale sanitaire à l’usine Altéo de Gardanne ?
le 20/02/2015

L’usine Alteo de Gardanne (13), qui rejette en mer des « boues rouges » polluées depuis près de 50 ans transforme aujourd’hui ses déchets en une matière solide, la Bauxaline, qu’elle souhaite commercialiser. Mais plusieurs études récentes dénoncent sa toxicité. Début d’un scandale sanitaire ? Qui sait, bientôt, le Ravi se lira peut-être sur l’écran d’une tablette grâce à une application développée par le glorieux pool d’ingénieurs de la Tchatche. (...)

Lire la suite...

Parcours de soin ou du combattant ?

le Ravi crèche dans l’urgence sociale
le 19/02/2015

De la difficulté d’accéder au soin quand, au-delà des moyens, on ne maîtrise pas la langue ou quand l’information est lacunaire et les démarches kafkaïennes... Comme nous le disait Arnaud, un sans-abri accueilli à la boutique solidarité de la Fondation abbé Pierre à Marseille (1) : « Quand on est à la rue, il y a la détresse physique, psychique et morale, bien sûr, mais aussi les lourdeurs administratives. » Une thématique creusée par l’atelier « accès aux informations et (...)

Lire la suite...

Institutions piège à... ?

le Ravi crèche dans l’urgence sociale
le 18/02/2015

Une trentaine de personnes se sont réunies lors des deuxièmes Etats généraux de l’urgence sociale pour échanger sur leurs pratiques de travail en réseau afin de développer l’accès aux soins des SDF, notamment avec les institutions. De la politique fiction ? « Les gens ont envie ou pas, le reste c’est de la littérature. » Les formules toutes faites sont parfois utiles. Celle utilisée par un représentant de la CPAM résume bien le sentiment à l’issue de l’atelier (...)

Lire la suite...

En attendant les crécelles...

le Ravi crèche dans l’urgence sociale
le 17/02/2015

A Marseille, on chasse les pauvres et les mendiants du centre ville. Mais on leur distribue des triangles jaunes. Pour la bonne cause, bien sûr ! Un participant des « Etats généraux de l’urgence sociale », réunis à Aix-en-Provence fin décembre, s’interroge à voix haute : l’adjoint au maire en charge de l’exclusion à Marseille, Xavier Méry, « il est pas philosophe de formation » ? En effet, si l’on en croit son profil sur les réseaux sociaux, ce chef (...)

Lire la suite...

L’UHU de Marseille, la sale affaire qui colle à Gaudin

le 13/02/2015

L’arrivée du nouveau délégataire de l’unité d’hébergement d’urgence de Marseille illustre une tendance à la criminalisation de la pauvreté. Mais la gestion de l’UHU donne aussi lieu à d’inquiétantes dérives. Enquête. « On ne leur signe pas un blanc seing. » Deux mois après la polémique sur l’arrivée de l’association de médiation sociale (AMS) à la tête de l’unité d’hébergement d’urgence (UHU) de la Madrague Ville à (...)

Lire la suite...

Aide aux communes : Guérini superstar

le 12/02/2015

Les 22 et 29 mars prochains, on vote pour les départementales. Même si l’avenir des Conseils généraux est incertain, ils pèsent toujours lourd pour les mairies notamment grâce à la manne de l’aide aux communes. Comment les « CG » la distribuent-ils en Paca ? Enquête. Le paradoxe fait bien rire le sénateur-maire UMP de Marseille. Alors que de nombreux maires des Bouches-du-Rhône craignent de perdre une part de leur indépendance avec la création de la métropole Aix-Marseille (...)

Lire la suite...

le Ravi crèche dans la place (publique)

Et si on se réappropriait l’espace public ?
le 11/02/2015

le Ravi donne la parole à deux groupes de citoyens sur deux territoires, le premier dans le quartier populaire de Noailles, au cœur de Marseille, et le second à Cavaillon (84), au sein de l’association le Village. Chacun, en partant de ses expériences et de ses envies, s’est interrogé sur ce qu’est l’espace public, sur ce qu’il y manque pour que l’on puisse de nouveau s’y rencontrer et se l’approprier. Et si on repeignait les rues en (...)

Lire la suite...

« Des élus maintiennent leurs quartiers dans la pauvreté »

Un entretien avec Fatima Orsatelli
le 10/02/2015

La laïcité, la citoyenneté, les quartiers populaires, l’islam, la politique, autant de sujets, autant d’enjeux, qui sont au cœur du parcours de Fatima Orsatelli. Jeune quinquagénaire, née au Maroc, elle a grandi dès ses 6 ans à Caderousse, petit village du Vaucluse. Après des études de psycho à Lausanne, elle pose ses bagages à Orange et s’investit dans l’action sociale et associative. Manque de pot, en 95 la ville bascule à l’extrême droite suite à (...)

Lire la suite...

| 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... | 76 |

Dans le Ravi de ce mois-ci

Le FN, à qui perd gagne

A la Une
le 3/04/2015

La gauche à terre, l’UMP au ciel et le FN qui fait la tête mais poursuit son implantation et ses scores de vainqueur. Retour sur les départementales en Paca à neuf mois des régionales.

JPEG - 69.7 ko

Le PS pris dans un cyclone

Comme dirait Raoul Volfoni, dans la région la gauche est désormais dynamitée, éparpillée par petits bouts, façon puzzle. Après les gifles des européennes, des municipales et des sénatoriales, la claque des départementales fait craindre son extinction progressive en Paca, PS compris. Pour preuve son splendide 9,57 %, seul, au niveau régional au premier tour.

Les socialistes disparaissent ainsi du Var (comme toute la gauche) et sont en voie de disparition dans les Alpes-Maritimes (1 élu) et les Hautes Alpes (4 élus). Seuls lots de consolation : les Bouches-du-Rhône et les Alpes-de-Haute-Provence (1). En perdant le département du « 13 », le PS 13 se débarrasse de l’encombrant Jean-Noël Guérini (voir p.2), sénateur et président sortant du département multi mis en examen. Surtout, le PS conserve le 04 en gagnant trois sièges, au détriment de ses partenaires... Pas sûr que cette bonne nouvelle réconforte Christophe Castaner, député-maire de Forcalquier... et future tête de liste PS aux régionales (qui n’a pas donné suite à nos sollicitations). « Sauf reprise économique et baisse continuelle du chômage, ça va être très difficile, ironise le socialiste marseillais Michel Pezet. Si c’est l’UMP qui vire largement en tête, on pourra se maintenir au second tour. Mais si c’est le FN et qu’on arrive troisième, on retire la liste de gauche ? Au risque qu’elle ne disparaisse plus encore ? » [...] Suite de et article dans le Ravi n°128, daté avril 2015, actuellement chez les marchands de journaux en Paca et chez les abonnés partout en France !

Orange amère

Edito
le 3/04/2015

Le scénario qui s’est joué à Orange préfigure-t-il notre avenir politique ? Au deuxième tour de l’élection départementale, fin mars, les électeurs ont eu le choix entre un binôme d’extrême droite, Ligue du Sud, et un binôme d’extrême droite, Front national. Fachos contre fachos ! Pour l’anecdote, c’est la Ligue du clan Bompard qui a emporté le duel d’une poignée de voix. Et il s’en est fallu de peu pour que le Vaucluse, désormais sans véritable majorité, ne devienne le premier département Front national de France.

L’exemple varois va-t-il faire école ? Dans le nouveau Conseil général, où siègent désormais 6 élus FN, il n’y a plus un seul élu de gauche, qu’il soit étiqueté PS, EELV ou Front de gauche. C’est l’UMP, et ses alliés, qui ont raflé la totalité de la mise. Dans les Alpes-Maritimes, cela fait longtemps que la droite occupe tout l’espace politique : deux PCF et un PS apportent une petite touche de pluralisme…

Les rangs du CG 13, désormais UMP, sont plus bigarrés. Dans les Alpes, le CG 04 apporte un peu de diversité. Mais le constat est sans appel en Provence-Alpes Côte d’Azur : les urnes désavouent le PS, droit dans ses bottes au gouvernement, et marginalisent Front de gauche ou écolos. A Orange, moins de 36 % des électeurs se sont exprimés. Plus de 60 % des électeurs inscrits n’adhèrent donc pas à l’extrême droite. Nous sommes encore partout majoritaires. Mais jusqu’à quand ?

Au sommaire du Ravi n°128, avril 2015

le - 3/04/2015 -

A la Une Poison d’avril Extrême droite, droite extrême, farce du 13, gauche molle : à neuf mois des élections régionales, alors que le FN cartonne en Paca, l’UMP triomphe. C’est par où la sortie ? Les enquêtes La Marseillaise refuse de « PC » les bras ! Tiraillée entre deux offres de reprise, La Marseillaise est boudée par les banques. Radiographie d’un titre en crise dont la disparition serait une mauvaise nouvelle. Le FN se met au vert (de gris) L’extrême (...)

Lire la suite...

@-Leravi - http://www.leravi.org