Actualités

Chronique d’une squatteuse

Et si on luttait pour l’accès au logement ?
le 30/10/2014

Alice habite en squat à Marseille entre débrouillardise et choix de vie. « Déjà s’assurer que le lieu que l’on "ouvre" n’appartient pas à un privé car il risquerait de nous envoyer des gros bras pour nous virer. L’idéal c’est un bien en déshérence, mais c’est très difficile à trouver. Ensuite, lorsque la police débarque, il faut prouver que l’on est domicilié à cette adresse depuis plus de 48 heures. Pour ça on s’envoie un courrier (...)

Lire la suite...

« C’est moi qui fais la police ici, pas vous ! »

Fréjus (83), conseil municipal du 24/06/2014
le 5/09/2014

le Ravi teste chaque mois un conseil municipal en région Paca pour surveiller le fonctionnement de la démocratie locale. Avec une attention particulière dans les villes désormais gérées par l’extrême droite. Ci-dessous, Fréjus (FN) dans le Vaucluse. Dans le numéro daté septembre du Ravi, en vente chez les marchands de journaux, nous avons testé le conseil municipal UMP d’Aubagne (13). 18h02 le Ravi tente de s’installer à la table de presse. Nous sommes de trop, une (...)

Lire la suite...

J’ai rêvé d’un autre monde…

le 4/09/2014

L’association marseillaise « Tout un monde » vient de monter un lieu d’accueil enfants-parents hors les murs. En s’installant au parc Longchamp. Un jeudi matin au parc Longchamp, à Marseille. On avait repéré l’endroit depuis un petit moment. Juste à côté des girafes et du tricératops. Pas loin du kiosque à musique. On recouvre quelques bancs d’un drap. On en tend d’autres entre les arbres. Des tapis au sol, des jouets dans les bacs et du thé dans la (...)

Lire la suite...

Laurent Cauwet de Manifesten

Le diffuseur du mois
le 3/09/2014

Comme un retour aux sources, Laurent Cauwet a installé son café associatif, Manifesten, en haut de la rue Thiers, là-même où il avait ouvert sa maison d’édition, Al Dante, il y a 20 ans. Il y a aménagé un espace librairie et un présentoir pour le Ravi. « L’édition, c’est une pratique qui prend énormément de temps. Je travaille sur des livres, qu’ils soient politiques ou philosophiques, qui signifient que la vraie vie est dehors, alors que je restais des heures (...)

Lire la suite...

Le fric, c’est parfois chic

On ne baisse pas les bras !
le 2/09/2014

La finance est la cause de nombreux maux (n’en déplaise au nouveau ministre de l’économie, ce n’est pas toujours notre amie). mais elle peut aussi être une des solutions à nos problèmes. Enquête sur ceux qui veulent faire de l’argent l’outil pour une autre économie solidaire. Un financeur solidaire pour l’emploi, est-ce vraiment possible ? C’est en tout cas l’objet même d’Esia Provence-Alpes-Côte d’Azur. « Esia est un outil (...)

Lire la suite...

Prostitution : la guerre des positions

le 29/08/2014

Si la loi "de lutte contre le système prostitutionnel" est censée offrir plus de protection aux prostituées, et plus de culpabilité aux clients, pas sûr que les unes comme les autres y trouvent leur compte… « A la mémoire de Miquette. Les anciens marins reconnaissants. » Si les militaires commémorent habituellement ceux tombés au combat, les anciens marins de Toulon, eux, ont choisi d’honorer Miquette, surnommée aussi « la reine de la quéquette » (amis de la poésie…) pour (...)

Lire la suite...

Traditions marseillaises

le 28/08/2014

Le Vieux Port de Marseille va-t-il perdre sa nouvelle coqueluche ? Débarqué l’été dernier quai d’honneur sur sa barquette marseillaise en marinière et bonnet d’époque pour vendre des savons de fabrication traditionnelle, Rafik Gharbi, aka « le fada de Marseille », a de plus en plus de mal à exercer son activité. Devenu une véritable attraction touristique en quelques mois - le Marseillais de 36 ans aime raconter l’histoire du savon à Marseille au point que certains (...)

Lire la suite...

Les anti-FN en vigilance « Orange »

On ne baisse pas les bras !
le 27/08/2014

Dans les villes désormais gérées par l’extrême droite « observatoires » et « comités » lancent l’alerte. Revue de détail. Est-ce que, chaque matin, les frontistes pissent autour de leur mairie ? En tout cas, dans le « petit guide pratique de l’élu municipal Front national », on leur conseille de « marquer leur territoire ». Notamment en invitant au conseil municipal « militants et sympathisants ». D’ailleurs, le mot d’ordre de l’entourage de Stéphane (...)

Lire la suite...

Travailleurs de l’humain

On ne baisse pas les bras !
le 26/08/2014

Pauvreté, violence, handicap… Tous les jours, ils sont confrontés à ce que la société ne saurait voir. Ils travaillent beaucoup mais gagnent peu. Rencontre avec des apprentis « éducateurs spécialisés » passionnés par un métier où il ne faut vraiment jamais baisser les bras. « Il faut aimer les relations humaines, sinon c’est pas possible ! », note Xavier, la trentaine, étudiant à l’IRTS (Institut régional du travail social) en deuxième année d’éducateur spécialisé. (...)

Lire la suite...

| 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... | 66 |

Dans le Ravi de ce mois-ci

Partis politiques : état de recomposition avancée

L’enquête
le 3/10/2014

Qu’ils dégagent tous ? Mais pour quoi faire ensuite et au profit de qui ? Les partis sont en crise et avec eux notre capacité à prendre en main nos affaires communes.

JPEG - 71.8 ko

A gauche, c’est la crise finale ! La défaite au Sénat n’en est qu’un épisode de plus. La Haute Assemblée avait basculé à gauche en 2011, pour la première fois dans l’histoire de la Vème République. Son retour à droite indiffère pourtant le tandem Hollande-Valls. C’est que la nouvelle majorité pourrait in fine leur apporter un soutien moins compté que la précédente, indocile, qui additionnait communistes, écologistes et radicaux de gauche.

Le Front de gauche est au bord de l’explosion, tiraillé entre des stratégies électorales qui opposent le PCF, replié sur ces rares bastions, et le petit parti de gauche de Jean-Luc Mélenchon, qui préfère désormais s’adresser directement au « peuple » plutôt que par l’intermédiaire de son propre parti. Le NPA est redevenu clandestin et inaudible. Les écologistes sont toujours divisés vis-à-vis des compromis utiles, ou non, à faire avec le PS. Les partisans d’une « Nouvelle Donne » se cherchent encore et il n’y a pas en France d’initiative citoyenne du type « Podemos »

A l’UMP, Nicolas Sarkozy bénéficie du goût des militants pour l’homme providentiel. Mais hors du parti, son retour en politique, alors qu’il est lié à de nombreuses affaires, enthousiasme peu. Le cœur de la droite balance entre l’envie de fraterniser avec son extrême et celle de rebâtir un projet sur des bases plus républicaines. Une franche hostilité - sur le mode « qu’ils dégagent tous ! » - est l’opinion la mieux partagée à l’égard des partis. L’horizon est donc dégagé pour un FN toujours minoritaire mais qui, lui, réussit encore à mobiliser toutes ses troupes.

Pour remonter, il faut parfois d’abord toucher le fond. Nous y sommes. La grande recomposition qui débute dépasse les cadres partisans : l’enjeu c’est notre capacité à s’associer pour prendre en main un destin commun, c’est celle à pouvoir refaire ensemble « politique ».

Michel Gairaud

Au sommaire de la grosse enquête « partis politiques : état de recomposition avancée », dans le Ravi n°122, daté octobre 2014, actuellement chez les marchands de journaux en Provence Alpes Côte d’Azur.
Page 10 & 11 Recherche gauche désespérément
Page 11 « Hollande forever »
Page 12 L’UMP mal à droite
Page 12 La gauche ? Au fond, à droite
Page 13 Le PS 13 dans tous ses états généraux

La ligne noire

le 3/10/2014

Notre région est toujours à la pointe de l’innovation. Les deux uniques sénateurs d’extrême droite de France, et de l’histoire de la Vème République, se sont fait élire en Provence-Alpes-Côte d’Azur. Et encore ! Si le FN et les époux Bompard avaient réussi à s’entendre dans le Vaucluse, la Paca aurait sans peine envoyé trois frontistes sous les dorures du palais du Luxembourg. David Rachline, 26 ans, maire de Fréjus, est donc désormais le benjamin de la Haute Assemblée accompagné par Stéphane Ravier, maire du 7ème secteur de Marseille.

Cela était-il joué d’avance dans une élection indirecte où pèse pour l’essentiel le vote des conseillers municipaux et de leurs délégués ? Ce n’est jamais aussi simple lors d’une sénatoriale ! Stéphane Ravier pouvait compter sur 210 voix. Il en a recueilli 431. David Rachline a cumulé 401 suffrages là où il aurait dû en rassembler 215. Dans le Vaucluse, le FN a obtenu 137 voix au lieu des 90 attendues…

En clair, dans les Bouches-du-Rhône, le Var et le Vaucluse, 444 « grands » électeurs, officiellement non affiliés au FN, ont plébiscité le parti Lepéniste. Qui sont-ils ? Probablement de nombreux « petits » élus sans étiquette. Mais aussi des élus UMP ayant franchi la ligne noire : une dérive à l’image de celle d’une partie de leurs électeurs dans une région où le vote FN capte pour l’essentiel les suffrages de classes moyennes radicalisées. L’entrée au Sénat de l’extrême droite ne bouleverse pas la donne politique. Mais elle la banalise dangereusement une fois de plus.

le Ravi

Au sommaire du Ravi n°122, octobre 2014

le - 3/10/2014 -

La grosse enquête Partis politiques : état de recomposition avancée Qu’ils dégagent tous ? Mais pour quoi faire ensuite et au profit de qui ? Les partis sont en crise et avec eux notre capacité à prendre en main nos affaires communes. 4 pages d’enquête, d’analyse, de reportage et de dessins. Les enquêtes De l’eau dans le gazoduc Le projet de gazoduc « Eridan », qui traverse Vaucluse et Bouches-du-Rhône, suscite de nombreuses oppositions, fédérant associations et (...)

Lire la suite...

@-Leravi - http://www.leravi.org