Actualités

La valeur s’accorde au nombre des années

Ils n’ont plus 20 ans et se bougent plus que de nombreux jeunes. Et ça fait du bien !
le 21/02/2017

Ce n’est pas parce qu’on a une carte vermeil qu’on est obligé de pantoufler. Petits portraits de « seniors » qui se bougent souvent plus que des jeunes. Et ça fait du bien. Adam Pianko. 78 ans, écrivain et réalisateur. Le genre de type qui a eu plusieurs vies. Né en Russie en 1942 de parents juifs polonais, il débarque en France à 7 ans. Son père est dans le textile. Il suit sa trace avant de monter sa propre boîte : « la grande vie… » Mais déjà, sa passion pour (...)

Lire la suite...

La mer (méditerranée) à boire

Les enjeux humains, environnementaux et économiques méditerranéens dans la Présidentielle
le 2/12/2016

Les enjeux humains, environnementaux et économiques qui traversent la Méditerranée, seront-ils entendus durant la campagne électorale ? Premier tour d’horizon politique. « L’urgence est là, si on ne fait rien, la Méditerranée a vocation à devenir une mer morte. » Le constat vient de Christophe Madrolle, secrétaire général marseillais de l’Union des démocrates et écologistes (UDE). Ce proche de Jean-Luc Bennahmias - candidat à la primaire du PS - est aussi délégué au plan (...)

Lire la suite...

Squat : lutte des classes et classifications

Les squateurs, citoyens nocifs ou activistes pour la communauté ?
le 1er/12/2016

Le sociologue espagnol Miguel Ángel Martínez décrypte les représentations erronées véhiculées contre les squatteurs. Mass medias et politiques présentent les squatteurs comme des citoyens nocifs. Ils assimilent occupation de bâtiments vides et violation de propriété et considèrent le squat comme une grave infraction. Des groupes sociaux particuliers sont ainsi criminalisés : sans-abris, promoteurs d’activités sociales, activistes politiques. En revanche, le courant dominant semble (...)

Lire la suite...

Monseigneur Di Falco emplâtré par le Ravi

L’évêque de Gap et d’Embrun est assigné au civil pour "viols et agressions sexuelles sur mineur"
le 30/11/2016

Le passé rattrape l’évêque de Gap et d’Embrun. Alors qu’il va bientôt prendre sa retraite, Monseigneur Di Falco est assigné au civil pour « viols et agressions sexuelles sur mineur ». Le plaignant avait déjà tenté une procédure au pénal, en 2001, classée sans suite pour prescription. A l’époque, Di Falco dépose à son tour une « plainte contre X » pour « dénonciation calomnieuse » mais la justice prononce un non lieu estimant « impossible d’établir que les faits (...)

Lire la suite...

Robert Ménard ne donne pas envie de Béziers

Un site indépendant fait de la résistance contre l’extrême droite
le 29/11/2016

A Béziers, comme dans d’autres villes qui ont basculé à l’extrême droite, un site internet fait de la résistance. « Ils vous ont laissé rentrer, vous aussi ?! », lance à notre collègue de Marsactu le sénateur-maire FN marseillais Stéphane Ravier que l’on interrogeait lors des Estivales de Marine Le Pen à Fréjus. Entre le FN et les médias, derrière les sourires, c’est toujours aussi complexe. Au-delà du refus d’accréditer pour ses universités Mediapart, il y (...)

Lire la suite...

Primaires & démocratie participative : « Une stratégie de relégitimation pour les élus »

Un entretien avec Rémi Lefebvre, université Lille 2
le 28/11/2016

Professeur de sciences politiques à l’université de Lille 2, spécialiste des partis et de la démocratie participative, Rémi Lefevbre revient sur la « concertationnite » aiguë qui touche nos élus. Une maladie qui n’est pas une bonne nouvelle pour la démocratie. Pourquoi cette prolifération de consultations et autres concertations citoyennes ? Les primaires, comme la démocratie participative, sont des stratégies de relégitimation pour les élus. La meilleure preuve, c’est (...)

Lire la suite...

Le point "G"

Un documentaire sur le "système G" à Marseille
le 28/11/2016

Un documentaire - "Le système G" - vient déconstruire le clientélisme à la sauce marseillaise : "G" comme Gaston Defferre, Guérini, Gaudin... Pédago et courageux. Diffusion sur France 3 Provence ce lundi 28 novembre après le Soir 3 (23h30). « A cette époque, j’étais comestible », roucoule le sénateur-maire (LR) de Marseille Jean-Claude Gaudin en brandissant une photo de lui de 1965. Ce n’est pas un documentaire sur les mœurs de nos édiles. Mais, pour le coup, le « système (...)

Lire la suite...

Poubelles pleines et ventres vides

Reportage sur les glaneurs alimentaires à Marseille
le 26/11/2016

Ils sont passés des champs de patates aux containers des supermarchés. Avec de moins en moins de sous dans le portefeuille et de plus en plus de nourriture à la poubelle, à Marseille comme ailleurs, les glaneurs alimentaires sont de plus en plus nombreux. Le bobo à progéniture s’affaire sur le boulevard Eugène Pierre (Marseille 5ème). Dans vingt minutes le Super U fermera ses portes et il a encore du fromage à acheter. Dehors Aïda, Radu (1) et une dizaine d’autres, cabas à (...)

Lire la suite...

En vert et contre tout !

Financement participatif pour "Irrintzina" : "le cri de la génération climat"
le 26/11/2016

Avec Irrintzina, les Marseillais de Fokus 21, au-delà la bataille autour de la question du climat, démontrent la puissance de feu de nos médias. Le Ravi et Fokus 21, c’est une vieille histoire. La première fois que le mensuel qui ne baisse pas les bras et ce « média citoyen créateur de liens » ont bossé ensemble, remonte au festival sur les monnaies alternatives, Festi’fric, pour lequel le Ravi avait tricoté un de ces suppléments dont on a désormais le secret. Et depuis, de (...)

Lire la suite...

| 1 | ... | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | ... | 121 |

Dans le Ravi de ce mois-ci

Justice nulle part ?

L’enquête
le 3/02/2017

Alors que, partout, la police quadrille un pays toujours placé en état d’urgence, la justice, plus que jamais sollicitée, lente et inégalitaire, semble condamnée à la misère. Réclamons justice ! 5 pages d’enquête, de reportage, d’analyse et de dessins.

JPEG - 70.4 ko

Etrange paradoxe. Plus que jamais, du modeste citoyen aux personnalités les plus en vue, tout le monde réclame une justice rapide, fiable, accessible, équitable. Pourtant, sous-dotés financièrement, les tribunaux manquent à la fois de moyens matériels et humains. Le constat est connu mais notre enquête l’atteste à nouveau : en Provence Alpes Côte-d’Azur, la vétusté des bâtiments rivalise avec la lenteur de l’instruction des affaires.

Ce n’est pas tout ! Qui dit « justice » évoque, en théorie, un idéal où des règles communes s’appliquent à tous égalitairement. François Fillon a beau avoir « confiance dans la justice », espérant qu’elle le dédouanera de sa passion familiale pour les emplois fictifs, il y a quelques écarts entre la théorie et la pratique. Si sous le mandat Hollande, les juges ont moins été entravés qu’avec Sarkozy, les affaires touchant les élus sont toujours instruites au ralenti.

Surtout, alors que la prolongation à répétition de l’état d’urgence installe dans la durée un régime d’exception, le spectacle dans les tribunaux est celui d’un monde cruellement inégalitaire : une justice expéditive y sanctionne à la chaine les plus pauvres, là même où les victimes les moins fortunées peinent à faire valoir leurs droits. Et avec la multiplication des lois sécuritaires engorgeant les prisons, meilleures pépinières de la délinquance, le constat est clair : la justice est à la peine.

Michel Gairaud

Au sommaire de l’enquête « Justice nulle part ? », publiée dans le Ravi n°148, daté février 2017) Actuellement chez les marchands de journaux en Paca :
p. 10 "Abus de pouvoirs" (politiques versus magistrats)
p. 11 "Demandez le programme" (la justice dans la présidentielle)
p. 12 "Du mariage de la robe et du képi" (juges versus policiers)
p. 12 La justice au turbin (comparutions immédiates)
p. 13 "Selon que vous serez puissants ou misérable"
p. 13 Strip de Yakana : "Objectif Top Juge"
p. 14 "Des tribunaux condamnés à la misère"
p. 14 "Tout faire pour éviter la case prison" : une tribune de Amid Khallouf, de l’Observatoire international des prisons.

Les bouilleurs de cru

L’édito
le 3/02/2017

Pendant que, de Primaire en Primaire, les électeurs prennent un malin plaisir à démentir tous les pronostics des sondeurs et que François et Pénélope Fillon se débattent face aux soupçons d’emplois fictifs, une affaire révélée par Mediapart passe étonnement inaperçue. Elle met en lumière d’étranges pratiques dans les discrets couloirs du palais du Luxembourg. Les sénateurs du groupe UMP ont détourné durant douze ans plus de dix millions d’euros d’argent public. Débordants d’imagination, les élus de droite de la haute assemblée ont inventé des noms de code afin de qualifier entre initiés leurs petits arrangements : le classique « étrennes », le boutiquier « ristournes », le culinaire « pizzas », le désuet « bouilleurs de cru ».

Deux juges enquêtent, entravés par les délais de prescription et des mécanismes sciemment opaques, sur des faits de « détournements de fonds publics » et de « recel ». Parmi les bénéficiaires, au côté de l’inévitable François Fillon, l’on trouve tout en haut de la liste les débonnaires Jean-Claude Gaudin et Hubert Falco. Si tous affirment avoir ainsi financé des activités politiques, de nombreux indices attestent pourtant que l’argent a fuité sur des comptes personnels. Mais au fait, qu’est-ce qu’un bouilleur de cru ? C’était le privilège, transmis par héritage, de distiller de l’alcool sans payer de taxes : celui de s’exempter des règles communes. C’est aussi ce qu’ont fait, à Bruxelles, les élus du Front national soupçonnés « d’escroqueries en bande organisée ». Et c’est pourquoi le Parlement européen exige que Marine Le Pen rembourse 300 000 euros détournés pour des emplois fictifs…

Au sommaire du Ravi n°148, février 2017

le - 3/02/2017 -

La « grosse » enquête Justice nulle part ? Alors que, partout, la police quadrille un pays toujours placé en état d’urgence, la justice, plus que jamais sollicitée, lente et inégalitaire, semble condamnée à la misère. 5 pages d’enquêtes, de reportage, d’analyse et de dessins. Séquence enquêtes Le social à la sauce Macron Réconcilier social et économie : c’est le credo du groupe SOS et de son patron, Jean-Marc Borello, un proche de Macron qui pèse de (...)

Lire la suite...

@-Leravi - http://www.leravi.org