Contact

Abo, dons, adhésions

Actualités

| 1 | ... | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | ... | 136 |

Dans le Ravi de ce mois-ci

En marche ou crève !

L’enquête
le 5/10/2017

L’horizon des salariés s’assombrit dans les entreprises. Mais les « fainéants » manifestent toujours contre le détricotage au pas de course du code du travail, de leurs droits et des protections sociales…

JPEG - 61.4 ko

L’addition sociale

Drôle d’ambiance dans les cortèges où les « fainéants » stigmatisés par Macron défilent pour protester contre les ordonnances détricotant en mode express le code du travail : mélange de colère sourde (beaucoup ont voté pour ce président afin de faire barrage à l’extrême droite), de résignation (certains pensent que cette bataille est perdue mais que d’autres, victorieuses, pourraient suivre), et de détermination (nombreux estiment qu’il ne faut surtout rien lâcher).

Licenciements facilités, instances représentatives du personnel fusionnées, syndicats court-circuités, actionnaires et dirigeants choyés : l’addition sociale est déjà lourde au nom de l’idéologie selon laquelle pour créer des emplois il faut libérer l’initiative en rabotant les droits des salariés. Avec d’autres signaux comme la suppression de l’impôt sur la fortune, celle brutale des contrats aidés fragilisant les associations et les plus précaires, on cherche en vain l’équilibre annoncé entre « flexibilité et sécurité ».

Dans les TPE, comme l’emblématique Maison Empereur à Marseille (cf p. 12), ou les grands groupes, à l’image d’Onet (cf p. 3), les salariés sont pourtant déjà soumis à forte pression. Une « bonne » nouvelle : avec la déréglementation généralisée, les inspecteurs du travail ne vont pas chômer, eux ! D’autres façons d’entreprendre, comme celle expérimentée par les Scop-TI (cf p.10), offrent pourtant des alternatives. Mais les « marcheurs » (cf p. 8) ne semblent pas l’avoir compris. Ils sont pressés de courir.

Michel Gairaud

Au sommaire du dossier « En marche ou crève ! », publié dans le Ravi n°155, daté octobre 2018) Actuellement chez les marchands de journaux en Paca :
p. 3 ONET mais pas tant que çà...
p. 8 L’art du moonwalk (sur LREM)
p. 9 FO semblants
p. 10 Scop-Ti : mettre de l’eau dans son thé
p. 10-11 La précarité en chantier à l’AMU
p. 11 Strip de Yakana : Monsieur Jupiter et la France qui se dresse
p. 12 L’Empereur, sa fille et le fait du prince
p. 12 Tribune de Carole Giraudet, co-auteur de Proposition de Code du travail
p. 13 Des patrons à sens unique (UPE 13)

Politique spectacle

L’édito
le 5/10/2017

Un gars bien de chez nous est devenu le visage le plus familier de l’ère Macron : Christophe Castaner, maire de Forcalquier dans les Alpes-de-Haute-Provence. Porte parole du gouvernement, secrétaire d’Etat chargé des relations avec le Parlement, il truste les écrans des chaînes d’infos en continu, sature les ondes des radios, affole les commentateurs qui scrutent la dernière saillie du « Belmondo en marche », du « castagneur d’Emmanuel »

Et il y a du lourd ! « Casta » à propos du mouvement social : « Je m’oppose au fait qu’on emmerde les Français et qu’on bloque ceux qui vont bosser… » (BFM TV). Le même au sujet du président : « J’assume une dimension amoureuse (…) Emmanuel est fascinant. Tout l’est chez lui : son parcours, son intelligence, sa vivacité, sa puissance physique même… » (Le Point). Sans oublier les blagounettes franchouillardes, comme à propos de Rihanna à l’Elysée : « sa tenue était un poil trop ample ! »

Qui se souvient qu’il était la tête de liste inaudible du PS aux élections régionales en Paca ? Les deux « stars » médiatiques du scrutin s’appelaient Marion Maréchal (nous voilà) le Pen et Christian Estrosi, le motodidacte de la Riviera. En tapant « Castaner » sur Google, on tombait alors sur des photos… d’espadrilles. 69 % des électeurs n’avaient jamais entendu parler de lui. Deux ans plus tard, miracle de la politique spectacle, le voilà désormais au nirvana de la notoriété ! Mais pour combien de temps ?

le Ravi

Au sommaire du Ravi n°155, octobre 2017

le - 5/10/2017 -

La « grosse » enquête En marche ou crève ! L’horizon des salariés s’assombrit dans les entreprises. Mais les « fainéants » manifestent toujours contre le détricotage au pas de course du code du travail, de leurs droits et des protections sociales… 5 pages d’enquêtes, de reportages, d’analyses et de dessins. Séquence enquêtes Irradiés par l’armée ? Ils travaillaient sur le plateau d’Albion (entre le Vaucluse, les (...)

Lire la suite...

@-Leravi - http://www.leravi.org