Actualités

SOS FN ? J’arrive !

Josette Pons, 3ème au palmarés des maires cumulards
le 18/12/2014

Josette Pons, maire UMP de Brignoles, fait une entrée en fanfare à la 3ème place de notre palmarès des élus cumulards en Provence-Alpes-Côte d’Azur. Voici un cas à part dans la vie politique provençale et même française. Nouvelle venue dans ce palmarès des maires cumulards, Josette Pons est pourtant une vieille élue locale du Var. Entrée en politique en 1977, à l’âge de 30 ans, comme conseillère municipale de Saint-Cyr-sur-Mer, la ville où elle réside toujours (...)

Lire la suite...

Le fric, c’est parfois chic

On ne baisse pas les bras !
le 2/09/2014

La finance est la cause de nombreux maux (n’en déplaise au nouveau ministre de l’économie, ce n’est pas toujours notre amie). mais elle peut aussi être une des solutions à nos problèmes. Enquête sur ceux qui veulent faire de l’argent l’outil pour une autre économie solidaire. Un financeur solidaire pour l’emploi, est-ce vraiment possible ? C’est en tout cas l’objet même d’Esia Provence-Alpes-Côte d’Azur. « Esia est un outil (...)

Lire la suite...

Prostitution : la guerre des positions

le 29/08/2014

Si la loi "de lutte contre le système prostitutionnel" est censée offrir plus de protection aux prostituées, et plus de culpabilité aux clients, pas sûr que les unes comme les autres y trouvent leur compte… « A la mémoire de Miquette. Les anciens marins reconnaissants. » Si les militaires commémorent habituellement ceux tombés au combat, les anciens marins de Toulon, eux, ont choisi d’honorer Miquette, surnommée aussi « la reine de la quéquette » (amis de la poésie…) pour (...)

Lire la suite...

Traditions marseillaises

le 28/08/2014

Le Vieux Port de Marseille va-t-il perdre sa nouvelle coqueluche ? Débarqué l’été dernier quai d’honneur sur sa barquette marseillaise en marinière et bonnet d’époque pour vendre des savons de fabrication traditionnelle, Rafik Gharbi, aka « le fada de Marseille », a de plus en plus de mal à exercer son activité. Devenu une véritable attraction touristique en quelques mois - le Marseillais de 36 ans aime raconter l’histoire du savon à Marseille au point que certains (...)

Lire la suite...

Les anti-FN en vigilance « Orange »

On ne baisse pas les bras !
le 27/08/2014

Dans les villes désormais gérées par l’extrême droite « observatoires » et « comités » lancent l’alerte. Revue de détail. Est-ce que, chaque matin, les frontistes pissent autour de leur mairie ? En tout cas, dans le « petit guide pratique de l’élu municipal Front national », on leur conseille de « marquer leur territoire ». Notamment en invitant au conseil municipal « militants et sympathisants ». D’ailleurs, le mot d’ordre de l’entourage de Stéphane (...)

Lire la suite...

Travailleurs de l’humain

On ne baisse pas les bras !
le 26/08/2014

Pauvreté, violence, handicap… Tous les jours, ils sont confrontés à ce que la société ne saurait voir. Ils travaillent beaucoup mais gagnent peu. Rencontre avec des apprentis « éducateurs spécialisés » passionnés par un métier où il ne faut vraiment jamais baisser les bras. « Il faut aimer les relations humaines, sinon c’est pas possible ! », note Xavier, la trentaine, étudiant à l’IRTS (Institut régional du travail social) en deuxième année d’éducateur spécialisé. (...)

Lire la suite...

Pacap’ ?!

On ne baisse pas les bras !
le 18/08/2014

Paca, région de l’abstention, des fachos et du renoncement ? Ou des nouvelles formes de lutte, des expérimentations ? Petit tour d’horizon de ceux qui, ici, ne lâchent rien. Dans une ville comme Marseille où certains carnavals n’ont pas le droit de cité (comme celui de la Plaine, cf p.5), les défilés du 1er mai, eux, se suivent et se ressemblent. Bon, on exagère. Ça change. Désormais, il y a trois CNT. Et si, avant, c’était les autonomes qui défrayaient la (...)

Lire la suite...

Faites le quartier

Marseille
le 18/07/2014

De nombreuses fêtes de quartier, ADN culturel de Marseille, n’auront pas lieu en 2014. Mais des collectifs se mobilisent pour remonter la pente, tisser un réseau et, avec ou sans l’appui des institutions, se réapproprier l’espace public… Quand la porte se referme, les Marseillais passent par la fenêtre. C’est ce qu’ils s’apprêtent à devoir faire avec la suppression de nombreuses fêtes de quartier. Suite à des coupes dans les subventions publiques, (...)

Lire la suite...

Dérapages en série au garage municipal

Marseille
le 11/07/2014

Plusieurs plaintes pour harcèlement moral ont été déposées contre le directeur du parc auto de la ville de Marseille. Une instruction est en cours. Dans l’indifférence complice de la municipalité Gaudin ? Le quatrième mandat de Jean-Claude Gaudin démarre sur les chapeaux de roues en matière judiciaire. Après le procès en avril de la fausse billetterie des musées de Marseille (le Ravi n°118), et la décision mi-mai du tribunal administratif de casser la promotion expresse d’un (...)

Lire la suite...

| 1 | ... | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | ... | 68 |

Dans le Ravi de ce mois-ci

le Ravi redresse les bras !

L’enquête
le 16/12/2014

le Ravi est en « redressement judiciaire ». Mais le mensuel régional qui ne baisse jamais les bras, n’est pas le seul journal à connaître des difficultés. Une grande partie de la presse, imprimée ou en ligne, traverse une tempête. A l’image de celle qui frappe tout le secteur associatif…

JPEG - 80.5 ko

Liquider ? Redresser ? C’est la deuxième option que nous sommes allés défendre devant le tribunal. Lequel a jugé que notre « redressement » n’apparaissait « manifestement pas impossible ». le Ravi n’est pas isolé avec ses difficultés. La presse, imprimée ou en ligne, va mal. Le quotidien La Marseillaise est lui aussi en « redressement judiciaire ». Et le problème n’est pas que régional. Alors que faire ? Survivre d’abord. Préserver ce qui peut l’être encore. Contraints de nous infliger un plan social, nous allons devoir réduire notre pagination, sans rien lâcher de notre ambition éditoriale. L’idée est de gagner un peu de temps pour, très vite, nous réinventer. Les idées et les envies fourmillent déjà...

Nous comptons, avec les Médias citoyens, faire aussi entendre notre voix dans les débats sur les conditions politiques et économiques nécessaires pour qu’existe une presse libre. Le projet de « sociétés de presse à but non lucratif », cher à Mediapart, semble aller dans le bon sens, a contrario des aides à la presse opaques et dispendieuses. La transformation du journal Altermondes en Scic, une coopérative d’intérêt collectif, est séduisante. Une certitude : nous n’irons pas, comme Nice-Matin, chercher Bernard Tapie pour sauver le navire ! Rassurez-vous, le Ravi, sans valeur marchande ou patrimoniale, ne l’intéresse pas…

Il va falloir, surtout, repenser le lien qui existe entre nous, les journalistes « pas pareils », et vous, les lecteurs « pas pareils ». Une association des Amis du Ravi va être créée [Pour contacter cette asso, c’est par là]. L’ampleur de votre mobilisation pour qu’un journal irrévérencieux dédié à l’enquête existe, dans une région où électeurs xénophobes et pères Ubu ceints d’écharpes tricolores font la loi, sera déterminante. Pour que le Ravi redresse les bras, manifestez-vous !

Michel Gairaud

Au sommaire de la grosse enquête « le Ravi redresse les bras ! », dans le Ravi n°124, daté décembre 2014, actuellement chez les marchands de journaux en Provence-Alpes-Côte d’Azur.


Page 10 & 11 « Le pluralisme au tapis », tour d’horizon en Paca
Page 11 « La bourse ou la vie » : abonnez-vous !
Page 12 « Les nouvelles combines à Nanard », enquête sur Bernard Tapie
Page 12 « Pour que vive la presse citoyenne », Par Thierry Borde, du réseau Médias citoyens
Page 13 « Le monde merveilleux de l’économie sociale et solidaire », enquête sur l’ESS
Page 13 Strip dessiné : les « Vieux » redressent les bras !

le Ravi redresse les bras !

Edito
le 16/12/2014

Ceci n’est pas un numéro du Ravi. Ceci est LE numéro que nous aurions aimé ne pas publier. Parce qu’il y est question d’un mensuel « pas pareil » en cessation de paiement que la justice pourrait « liquider » s’il ne se « redresse » pas très vite. Parce qu’il annonce, là, tout de suite, une « restructuration », un « plan social », bref, l’obligation de tailler dans les effectifs d’une équipe déjà tout sauf pléthorique. Parce qu’il témoigne des difficultés d’une certaine presse, celle qui n’est pas la propriété d’un Bernard Tapie, des marchands de soupe, de téléphones, de béton ou d’armement…

Ceci n’est pas un enterrement. Ceci est un pari, du genre impossible, que nous sommes déterminés à relever. Celui de ne pas baisser les bras alors que la résignation semble devenir un sport local : résignation face à l’extrême droite et la droite extrême qui veulent définir seules l’identité de notre région, résignation face aux baronnets ubuesques qui assoient leur trône sur la démocratie locale, résignation face au pouvoir de l’argent. Ceci est un appel. Pour que vive une presse libre, dédiée à l’enquête et à l’irrévérence.

Pour que le Ravi redresse les bras, va réduire un temps sa pagination (de 24 à 16 pages dés janvier) mais sera toujours au rendez-vous tous les mois (enfin, si vous en décidez ainsi en faisant le pari de nous aider à survivre pour nous réinventer). Pour vous abonner et pour faire abonner à ce journal vos amis et vos ennemis, c’est par ici.

Au sommaire du Ravi n°124, décembre 2014

le - 16/12/2014 -

La grosse enquête le Ravi redresse les bras ! le Ravi est en « redressement judicaire ». Mais le mensuel régional qui ne baisse jamais les bras, n’est pas le seul journal à connaître des difficultés. Une grande partie de la presse, imprimée ou en ligne, traverse une tempête. A l’image de celle qui frappe tout le secteur associatif. Enquête sur le paysage médiatique régional, les manœuvres de Bernard Tapie, sur le monde « merveilleux » de l’économie sociale et (...)

Lire la suite...

@-Leravi - http://www.leravi.org