Actualités

Lettre aux adhérentes et adhérents de la Tchatche

Les administrateurs et les salariés de l’asso qui édite le Ravi prennent la parole
le 21/11/2014

Chères adhérentes, chers adhérents, Le président de la Tchatche a été contraint de déposer, mardi 18 novembre, le bilan de l’association au tribunal de grande instance. Lors de notre assemblée générale du 7 novembre, nous avions prévu de nous revoir pour une AG extraordinaire afin de décider de l’avenir de l’association une fois l’ensemble des éléments d’information rassemblés. Mais rapidement, les choses se sont accélérées. Deux rendez-vous ont précipité ce (...)

Lire la suite...

Y a plein d’arrangements...

Clientélisme : les incorrigibles
le 31/10/2014

En Paca, le client est roi. Et le clientélisme ne connaît pas la crise. Petit tour d’horizon de ce qui a fait la mauvaise réputation de notre belle région. « Dans un monde où tout se vend, l’interdiction d’échanger son vote contre de l’argent est simplement une norme sociale », tonnait la politologue Camille Floderer dans notre dossier sur la corruption, l’an dernier, à l’occasion d’un premier colloque de l’association Anticor (1). (...)

Lire la suite...

Chronique d’une squatteuse

Et si on luttait pour l’accès au logement ?
le 30/10/2014

Alice habite en squat à Marseille entre débrouillardise et choix de vie. « Déjà s’assurer que le lieu que l’on "ouvre" n’appartient pas à un privé car il risquerait de nous envoyer des gros bras pour nous virer. L’idéal c’est un bien en déshérence, mais c’est très difficile à trouver. Ensuite, lorsque la police débarque, il faut prouver que l’on est domicilié à cette adresse depuis plus de 48 heures. Pour ça on s’envoie un courrier (...)

Lire la suite...

Quand Facebook a du bon

Et si on luttait pour l’accès au logement ?
le 29/10/2014

Via internet, des citoyens se mobilisent pour mettre des SDF à l’abri du froid et de la faim. En février 2012, une vague de froid submerge la France. Le Samu social est débordé et des sans-abri meurent dans les rues. Brann du Sénon, ancien SDF vivant désormais à la campagne, décide d’installer des caravanes sur son lopin de terre de Seine-et-Marne et d’y accueillir ceux qui ont besoin d’un toit sur la tête et d’un plat chaud. Avec Cédric Leret, lui aussi (...)

Lire la suite...

Construire pour se reconstruire

Et si on luttait pour l’accès au logement ?
le 28/10/2014

La communauté Emmaüs Lescar Pau, dans le Béarn, permet à des compagnons de participer à la construction de leur propre maison… C’est une maison bleue, adossée à la colline, on y vient à pied, ceux qui vivent là ont jeté la clef… Au village Emmaüs Lescar Pau, les maisons sont plutôt colorées et un peu biscornues mais l’esprit « on se retrouve ensemble après des années de routes » est bien là. Dans cette communauté Emmaüs du Béarn (64) - la plus grosse de France - qui (...)

Lire la suite...

La Maison commune de Cavaillon

On est ravi !
le 27/10/2014

« Des pov’gens, y’en a pas qu’à Marseille ou Avignon… », s’indigne Thierry, habitué de la Maison commune (1) de Cavaillon (84) et ancien chauffeur de poids lourds désormais invalide au visage marqué par l’alcool. Inaugurée en juillet dernier par le préfet de Vaucluse, cet ancien hangar de 320 m - maintenant partagé entre trois associations (le Village, le Secours populaire et les Restos du cœur) - a ouvert en décembre 2013. A la base du projet, le (...)

Lire la suite...

Grande Tchatche sur le Front National

Entretien avec Elsa Di Méo, fondatrice du Forum républicain, conseillère régional PS
le 24/10/2014

Diffusion de la Grande Tchatche, l’émission politique mensuelle du Ravi sur radio Grenouille en direct ce vendredi 24 octobre à 18 heures (88.8 sur la FM marseillaise) et en écoute en streaming dans la rubrique Grande Tchatche du www.leravi.org . Lors de la naissance d’Elsa Di Méo, en janvier 1982, François Mitterrand, alors très populaire à gauche, gouvernait la France avec le parti communiste. Le tournant de la rigueur n’était pas à l’ordre du jour et le Front (...)

Lire la suite...

le Ravi, comme Heidi, campe à la Villa Méditerranée

Idea camp à Marseille pour "s’approprier l’espace public"
le 23/10/2014

Comment se réapproprier l’espace public ? Trois jours durant, une cinquantaine de porteurs d’idées vont plancher sur ce sujet à Marseille, à la Villa Méditerranée. Sous l’œil attentif et avec le concours des médias citoyens. Malgré tous les exemples qui nous viennent en tête (et que l’actualité en particulier politique mais aussi économique, culturelle, sportive, internationale nous fournit), il faut se rendre à l’évidence : l’homme est un être (...)

Lire la suite...

Le Front national trie les journalistes en Provence-Alpes-Côte d’Azur

le Ravi placé sur « liste noire » par Marion Maréchal Le Pen dans le Vaucluse...
le 21/10/2014

Et de trois ! Ce samedi 18 octobre 2014 Clément Chassot, journaliste au mensuel le Ravi, s’est vu interdire l’accès d’une conférence de presse de Marion Maréchal Le Pen. La députée et patronne de la fédération FN du Vaucluse y faisait sa « rentrée politique ». Le journaliste du Ravi figurait sur une liste rouge et a été éconduit, fermement mais sans heurts. Cet incident s’inscrit dans une série. Le 8 octobre, Stéphane Ravier, le sénateur-maire du 7ème secteur de (...)

Lire la suite...

| 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... | 67 |

Dans le Ravi de ce mois-ci

La démocratie touche le Front

L’enquête
le 10/11/2014

Enquête sur le système FN, le pseudo parti « anti-système » à l’épreuve du pouvoir municipal en Provence-Alpes-Côte d’Azur... Où l’on se rend compte que l’extrême droite, aux fondamentaux idéologiques inchangés, reproduit les pratiques qu’elle prétend combattre.

JPEG - 63.7 ko

Samedi 22 octobre, Marion Maréchal-Le Pen, députée d’extrême droite et patronne du Front national dans le Vaucluse, fait sa rentrée politique au Pontet, la municipalité gérée par le FN dans le département. Les médias locaux et nationaux sont nombreux à avoir été conviés à la conférence de presse. Mais lorsqu’il se présente à l’entrée, notre journaliste, Clément Chassot, découvre que son nom est signalé comme indésirable sur une liste noire. Et des « gorilles » du service d’ordre le reconduisent fermement, mais sans heurts, à l’extérieur.

L’incident s’inscrit dans une série. Le 8 octobre, Stéphane Ravier, le sénateur-maire du 7ème secteur de Marseille a préféré suspendre un conseil d’arrondissement plutôt que de laisser Etienne Bastide, journaliste à Radio Galère, exercer son métier en enregistrant la séance publique. Le mois précédent, le 6 septembre à Fréjus dans le Var, Marine Turchi, journaliste de Mediapart a été elle aussi éjectée par le service d’ordre du Front national lors de l’université d’été du FNJ à laquelle assistait David Rachline, le sénateur-maire FN de la ville.

François Bonnet, directeur éditorial de Mediapart, Radio Galère et le mensuel le Ravi ont « rappelé solennellement qu’il n’appartient pas, dans notre République, aux formations politiques de trier les journalistes participant à leurs conférences de presse ou à leurs réunions publiques ». Quatre des clubs de la presse de la Région se sont officiellement associés à cette protestation, les témoignages de solidarité ont été nombreux… La volonté du FN de trier les bons des mauvais journalistes démontre la difficulté que l’extrême droite éprouve à dissimuler son vrai visage. Elle renforce aussi notre détermination, par un travail rigoureux d’enquête, à le dévoiler.

Michel Gairaud

Au sommaire de la grosse enquête « la démocratie touche le Front », dans le Ravi n°123, daté novembre 2014, actuellement chez les marchands de journaux en Provence Alpes Côte d’Azur.
Page 10 & 11 La banalité du mal
Page 11 Le cadeau de « Marine » Joissains
Page 12 le Ravi chez Ravier
Page 12 "Face au FN, dénoncer ne suffit plus" Tribune par Gérard Perrier
Page 13 En Vaucluse, le FN montre les dents

Censure

Edito
le 10/11/2014

Le Front national trie, depuis plusieurs mois, les journalistes en Provence-Alpes-Côte d’Azur. Et pas n’importe lesquels ! Depuis septembre, dans le Var, les Bouches-du-Rhône puis dans le Vaucluse, trois rédactions ont été tour à tour censurées par le parti de Marine Le Pen  : Mediapart, radio Galère, le Ravi.(Lire aussi ici)

Ce n’est bien entendu pas un hasard si l’extrême droite cible en priorité un site dédié au journalisme d’investigation, une radio libre associative, et un mensuel « pas pareil ». En quête de respectabilité et déterminé à amplifier ses succès électoraux, le FN a un besoin vital d’exposition médiatique. Mais s’il s’accommode volontiers de la presse, ce n’est qu’à la condition que celle-ci le mette en lumière sans l’importuner.

Les journalistes sont-ils responsables de la montée du Front national ? Sans aucun doute oui lorsqu’ils font seulement audience de la démagogie xénophobe de Marine Le Pen, tour à tour banalisée ou maladroitement diabolisée. Sans aucun doute non lorsqu’ils enquêtent sur le système FN, le pseudo parti « antisystème », qu’ils analysent ses fondamentaux idéologiques, qu’ils décrivent ses agissements dans l’exercice du pouvoir municipal, qu’ils décryptent les mécanismes favorisant la progression de l’extrême droite...

Etre « blacklisté » par le FN renforce notre détermination d’informer sur sa nature et ses pratiques.

le Ravi

Au sommaire du Ravi n°123, novembre 2014

le - 10/11/2014 -

La grosse enquête La démocratie touche le Front Enquête sur le système FN, le pseudo parti « anti-système » à l’épreuve du pouvoir municipal en Provence-Alpes-Côte d’Azur. De Fréjus (83) à Marseille (13), en passant par Le Pontet (84), Cogolin (83) et ailleurs (Orange, Bollène, Le Luc…), où l’on se rend compte que l’extrême droite, aux fondamentaux idéologiques inchangés, reproduit les pratiques qu’elle prétend combattre… Enquête, reportage, (...)

Lire la suite...

@-Leravi - http://www.leravi.org