Contact

Abo, dons, adhésions

Nous, Luc Besson, Marin Karmitz, Galeshka Moravioff et Didier Tarizzo, « la partie de Monopoly »

Février 2011
le 4/08/2011

Que font quatre patrons, ou futurs patrons, de cinéma à Marseille, lorsqu’ils se retrouvent à table ? Luc Besson, patron d’EuropaCorp, Marin Karmitz, fondateur de MK2, Galeshka Moravioff, propriétaire du César et des Variétés, Didier Tarizzo, directeur du multiplexe des Trois Palmes, parlent affaires...

Marin Karmitz : Deux, trois et quatre… Hauts de Canebière ? J’achète, je remplace la mairie d’arrondissement et je construis un multiplexe, une librairie et un café !

Galeshka Moravioff : Ouah eh, d’abord t’achète rien, c’est la mairie qui te donne l’emplacement ! ! D’toutes façons, ta confirmation officielle, on l’attend toujours ! Et puis le bas de la Canebière, c’est moi qui l’ai déjà, alors tu peux pas construire ! Même que j’ai déjà une salle là, et puis une autre place Castellane. Alors avant de construire, tu vas d’abord passer par la case « Taxe foncière », comme tout le monde. A chaque tour, moi elle me coûte 100 000 € !

MK : Ah ouais ? Attends, si c’est ça je vais jouer ma carte Chance « La mairie vous reprend votre salle qu’elle vous louait en bail emphytéotique », tu vas voir !

Luc Besson : Déjà que tu avais pris dans les gencives la carte « Je paie en retard mes salariés, mes distributeurs et mes réparateurs de clim’ », ah ah !

« Ils vont pas au cinéma, ou alors juste pour voir tes blockbusters à la con ! »

GM : Toi, tu pourras l’ouvrir quand ton multiplexe-en-forme-de-dauphin-on-se-demande-comment-t’as-eu-l’idée sera construit. Il a pris combien de retard, déjà ? Deux ans, hein ? Et ta boîte de prod, combien elle a perdu depuis 2009 ? Treize millions ? (1) Paraît qu’Euroméditerranée a même approché Pathé-Gaumont au cas où tu les planterais ! (2)

LB : C’est pas ma faute, c’est la crise qui a tout retardé ! Moi, je finance pas la pierre, je suis que gérant. Toute façon, les Marseillais ils peuvent me remercier ! Tout ce que j’ai filmé ici ! ! Le Grand bleu, les quatre Taxis, l’Immortel, même Jason Statham le Transporteur il fait son kung-fu dans les entrepôts RTM.

GM  : Ben ouais, que des films d’auteur hein…

LB : Tu veux qu’on parle de ton taux de fréquentation ? 350 000 spectateurs cumulés l’an dernier dans tes deux cinémas. 5 % de moins, alors que tous les autres sont à la hausse, pour le seul cinéma art et essai de la ville, la classe !

GM : C’est parce qu’il y a pas le public, OK ? Ici les gens sont pauvres, du coup ils vont pas au cinéma, ou alors juste pour voir tes blockbusters à la con ! Au moins, ils ont pas mal à la tête pour comprendre les scénarios. Enfin, quand il y en a.

MK : Tu parles qu’ils vont pas au cinéma : 74 000 séances à l’année, 2,5 millions de spectateurs, en hausse de 4 %, 48 écrans et le deuxième rang national en taux d’occupation de fauteuil (3). Pourquoi je viens, tu crois ? Pour les bonnes blagues de Mennucci ? (4)

« Doucement, le révolutionnaire rive gauche, hein ? »

GM : Doucement, le révolutionnaire rive gauche, hein ? Remonte à Paris faire du gringue à Sarkozy et son Conseil de la création artistique. J’ai déjà assez d’emmerdes comme ça. La mairie rêve de me virer (5), maintenant c’est Benedetto (6) qui se sent pousser des ailes et qui veut se la jouer Bernard l’ermite dans MON cinéma (7) !

LB : Du calme les gars, du caaaaalme... L’important, c’est qu’on reste entre nous. Hey ! Je viens de repasser par la case départ : je re-gagne 20 000 !

MK : C’est vrai, pourquoi on se foutrait sur la gueule ? Y a de la place pour les indépendants, ici. L’UGC Canebière est mort, à part le Pathé Madeleine, les grands groupes ils ont tous mis les voiles pour Aix ou Plan de Campagne, même les Trois palmes à la Valentine c’est des indépendants.

Didier Tarizzo : On m’appelle ? Je peux jouer avec vous ?

GM : Ah fous-nous la paix, le bon élève ! Tu crois que tu m’en impose avec ton 1,2 millions d’entrées ? Programme un film sentimental roumain en VO et on reparlera !

DT : Doucement, l’artiste. Je vais te montrer comment on fait : tiens, premier coup de dé, « Caisse de communauté ». « La mairie et la profession vous décernent un satisfecit. Devenez président du Syndicat des exploitants de Marseille et de sa région (8) ». 500 cinémas membres : tu vas adhérer ? Sinon, j’ai déjà une touche avec le Maison des cinématographies de la Méditerranée, au château de Pagnol à la Buzine. Encore la mairie : faut croire qu’ils t’en veulent, on se demande bien pourquoi !

GM : Ouais, ça, pour faire des courbettes devant les réalisateurs et les gros bras de la diffusion, y a du monde ! Plus de 100 tournages par an, et Plus belle la vie en plus…

LB : C’est la lumière ici, elle est tellement spéciale. T’es pas réalisateur, tu peux pas comprendre…

GM : Et quand Telfrance (9) ils font du chantage à la subvention à la mairie en menaçant de tourner leurs intérieurs près de Paris, tu comprends, ça ?

LB : Moi, j’ai jamais entendu parler de ça….

MK : On arrivera jamais à être en monopole, là... On arrête la partie ?

LB : Oh alleeeez, quoi, tu viens juste de commencer !

DT : Ben oui Marin, faut être patient, c’est toujours un peu long à démarrer ce jeu.

MK : OK vous l’aurez voulu, mais faudra pas venir pleurer après si je vous ruine tous !

Par Paul Capito

(1) Site internet du Figaro le 27 janvier 2011
(2) Conférence de presse de Guy Teissier, président d’Euroméditerranée, le 24 janvier 2011
(3) Statistiques 2009 du Centre national du cinéma
(4) Le maire PS du 1er secteur de Marseille à l’initiative du projet d’un cinéma MK2 marseillais.
(5) 20 Minutes du 7 octobre 2010
(6) Directeur du cinéma municipal l’Alhambra, à l’Estaque
(7) Marseille l’Hebdo des 18 et 25 janvier 2011
(8) PSE du 28 janvier 2011
(9) Société productrice de Plus belle la vie. La ville de Marseille subventionne chaque année le tournage à hauteur de 150 000 à 200 000 €. Les retombées pour l’économie locale seraient évaluées à plus de 18 millions annuels (La Provence du 16 juin 2009)

@-Leravi - http://www.leravi.org