Contact

Abo, dons, adhésions

En Paca, on n’a pas de pétrole, mais...

le 23/08/2011

Quelles alternatives au nucléaire dans notre région ? Du soleil, du vent et des ordures…

Depuis Fukushima, un mot revient sans cesse  : Négawatt. Un scénario de sortie du nucléaire et du pétrole d’ici 2050, alliant efficacité énergétique (la «  chasse au gaspi  ») au développement des énergies renouvelables. Or, dans le sud, c’est bien connu, on a du soleil, du vent et des ordures. Mais, interrogée sur la faisabilité d’un tel scénario en Paca, l’association botte en touche  : «  C’est un scénario national, nous n’avons ni les moyens ni l’expertise pour évaluer une situation régionale.  » Le président de l’association aixoise Envirobat, Frédéric Nicolas, militant pour un bâti respectueux de l’environnement, n’hésite pas à donner son avis. «  Notre région est la mieux placée pour Négawatt, affirme-t-il. C’est elle qui a le moins besoin de chauffage et le plus de potentiel solaire.  »

Sauf que si aujourd’hui la région la plus ensoleillée de France est logiquement en tête pour le photovoltaïque (et le solaire thermique), en 2004 elle n’était que onzième. A l’origine de ce rattrapage  ? Outre les aides étatiques, le deal «  alter-ITER  »  : pour chaque euro investi par la Région dans le réacteur, un euro a été placé dans les énergies renouvelables. D’où la distribution de 36000 chèques énergie... Reste que Richard Loyen, président d’Enerplan, l’association professionnelle de l’énergie solaire (basée à la Ciotat), fait grise mine  : «  Non contente de s’être donnée des objectifs peu ambitieux lors du Grenelle, la France vient de donner un grand coup de frein à l’énergie solaire. On vit des moments très douloureux. Certes, il y a dans notre région du dynamisme, chez les pionniers comme chez ceux pour qui le réveil a été tardif. Mais le Conseil régional ne peut pas à lui seul changer les choses.  »

«  Notre spécificité  : progresser vite et être très en retard  »

D’autant que Paca est encore loin d’exploiter tous ses atouts. Pour l’éolien, la région, bénéficiant du deuxième potentiel hexagonal, se classe seizième  ! Et ce ne sont pas les aérogénérateurs flottants à Fos qui, d’ici 2015, vont changer la donne. Quant à l’exploitation du bois et des déchets, elle stagne. Résultat  ? D’après l’Observatoire régional de l’énergie, l’éolien et le solaire ne représentent que 0,7 et 0,3 % de ce que Paca produit en énergie (loin derrière l’hydroélectricité) et seulement 0,27 et 0,06 % de ce qu’elle consomme en électricité. La région ne produit que 11 % de ce qu’elle consomme et dépend à 62 % du réseau national. D’où, dans cette «  péninsule  » énergétique qu’est Paca, des risques de surchauffe. «  Notre spécificité, c’est ce paradoxe  : progresser vite et être très en retard  », résume Envirobat.

«  Même si des efforts importants ont été faits pour les économies d’énergies, c’est encore insuffisant  », juge Jean-Luc Debard, de l’association gardannaise Ecopolenergie. En Paca, 80 % des logements datent d’avant 1975 et, d’après l’Observatoire régional de l’énergie, leur isolation est moins bonne qu’ailleurs. Pire  : sur les «  258 000 logements  » climatisés dans la région (soit 27 % contre 3 % au niveau national) «  95000 d’entre eux présentent un défaut majeur d’isolation  ». D’ici 2014, la Région veut réhabiliter 10 % des logements sociaux. «  La réhabilitation c’est le gros enjeu à venir, explique Frédéric Nicolas. En prouvant qu’elle est plus intéressante que la démolition d’un point de vue écologique, économique, humain et social.  » En clair, mêler, dans le respect de la nature, l’humain et le béton  : une tradition dans le Sud...

Sébastien Boistel


@-Leravi - http://www.leravi.org