Contact

Abo, dons, adhésions

Le maire, la cabane et les gitans

Saintes-Maries-de-la-Mer
le 24/09/2012

Roland Chassain, le maire UMP, veut faire place nette. La tête haute, bien sûr…

Si, dans les calanques, ce sont les cabanons que nos édiles abhorrent, aux Saintes-Maries-de-la-Mer, c’est une cabane que l’ex-député UMP Roland Chassain a dans son viseur. Celle de Sylvette César. En bord de mer et de l’étang des Launes, elle fait pourtant partie du paysage depuis les années 50. «  Ces cabanes sont sorties de terre au lendemain de la guerre, à l’époque où il fallait reloger en urgence la population  », explique Gilbert Roussel, de l’association «  Renaissance saintoise  ». Qu’importe  : le maire veut raser cette bâtisse construite «  sans permis sur un terrain communal dans une zone classée  ».

Depuis 2008, les procédures se multiplient. En janvier, Sylvette a trouvé devant chez elle une pancarte annonçant la «  démolition  » de cette cabane qu’elle loue depuis trente ans ! En attendant que le tribunal administratif se prononce sur le fond, la justice vient de suspendre cette procédure et a, en outre, refusé d’examiner la demande d’expulsion formulée par la mairie, ayant peu goûté les multiples reports demandés par cette dernière.

De quoi rassurer cette locatrice «  ayant toujours payé son dû  » et soutenue par 3500 pétitionnaires. De son côté, Gilbert Roussel se bat sur l’aspect patrimonial : «  Le maire veut détruire, au nom de la culture, ce qui fait partie de notre patrimoine puisqu’à la place de la cabane, il veut couler une dalle de bêton pour y installer une rose des vents.  » Pour lui, ce projet en cache un autre  : l’extension d’un parking qui empiéterait sur l’étang des Launes, une zone pourtant protégée. Un projet qui date de 1998 et qui avait été retoqué par la justice en 2000. Soupir de Gilbert Roussel  : «  Chassain veut faire des Saintes Saint-Tropez. Sa méthode  ? L’urbanisme 3B  : des bites [de trottoir, NDLR], du bitume et du béton. Sauf qu’avec ça, il va faire fuir tout le monde.  »

Chassain nie vouloir installer «  le moindre parking  », voulant au contraire «  mettre en valeur la croix de Camargue et le pont des Morts  ». Sauf qu’en 2006, il ira jusqu’à plaider pour l’aménagement dans le coin d’une aire de grand rassemblement pour les gens du voyage. De quoi surprendre vu ses propos peu amènes à leur égard ou les arrêtés contre les diseuses de bonne aventure en centre-ville lors du pèlerinage.

«  Si le maire s’acharne, c’est peut-être parce que je lui résiste et que j’ai sollicité Michel Vauzelle  », déplore Sylvette, Vauzelle, le patron (PS) de la Région, celui-là même qui vient de battre à nouveau aux législatives le maire des Saintes. Dont acte  ! «  Quand on a rasé la cabane en face de celle de Sylvette César, personne n’en a parlé, proteste Roland Chassain. C’est donc une histoire avant tout politique avec, derrière, Vauzelle. D’ailleurs, à l’association «  Renaissance saintoise  », y a que des socialistes. Je devrais les traîner en justice pour qu’ils arrêtent de raconter n’importe quoi.  » Pas de doute, quand il s’agit de faire place nette, le boucher des Saintes sait y faire. On ne peut pas en dire autant de son parti  : à l’UMP, plus personne ne semble vouloir parler de l’exclusion de celui qui, lors des dernières législatives, a été, pour tenter (en vain) de faire battre la gauche, jusqu’à se désister en faveur du FN.

Sébastien Boistel

@-Leravi - http://www.leravi.org