Contact

Abo, dons, adhésions

Du tourisme en gilet pare-balles ?

le 17/01/2013

Passer de capitale criminelle à culturelle grâce à la capitale européenne de la culture, les professionnels du tourisme de « Marseille Provence » l’espèrent de tout cœur en 2013…

« On ne peut pas dire pour l’instant que Marseille Provence 2013 ait un réel impact sur les réservations. Nous sommes loin d’être complets et nous n’avons pas plus de visibilité que l’an dernier à la même époque malgré l’événement », précise la directrice commerciale d’un hôtel 4 étoiles situé sur le Vieux Port. Sur l’autre rive, l’hôtel Hermès, deux étoiles, affiche complet pour le week-end d’ouverture du 12 janvier ainsi que pour le mois de février. Mais rien ne laisse imaginer que ce soit lié vraiment aux festivités…

Pourtant 10 millions de visiteurs sont espérés, un chiffre que Yannick Le Magadure, directeur marketing du Comité régional du tourisme, tempère : « Les Bouches-du-Rhône affichent en moyenne 8 millions de séjours touristiques par an. Les élus et autres responsables annoncent une affluence de 2 millions de visiteurs pour 2013, soit 25 % d’augmentation. C’est une hypothèse un peu surévaluée. Nous tablons plutôt entre 10 à 15 %, c’est-à-dire 1 million de touristes en plus. Mais nous comptons aussi sur les déplacements à la journée de Parisiens faisant l’aller-retour en TGV. »

En attendant les tongs à chaussettes de 2013, les touristes qui avaient choisi 2012 pour visiter la cité phocéenne ont été servis : certaines brasseries du Vieux Port proposaient même un « menu travaux » à 9 euros qui se mariait très bien avec la vue sur les tractopelles. « L’été a été difficile pour le tourisme à Marseille, mais on peut comprendre qu’une ville puisse être en chantier, poursuit Yannick Le Magadure. Mais ce qui nous inquiète surtout c’est tout ce qui est lié au grand banditisme  ! »

L’image d’un Marseille à feu et à sang est en effet relayée par certains journaux étrangers. L’hebdomadaire britannique The Observer parle « d’une terre de non-droit infestée de gangsters qui pourraient survivre dans la plus dangereuse des favelas brésiliennes ». Rien qu’ça ! Après la cagole, le pastis et la bouillabaisse, la kalachnikov gagne la première place des clichés marseillais ! Pour Yannick Le Magadure, la capitale européenne de la culture est l’occasion rêvée de redorer le blason souillé d’une ville qui pour les étrangers est la vitrine de toute une région : « Depuis un an et demi, dès que nous allons sur des marchés étrangers, c’est Marseille Provence 2013 que nous mettons en avant. Et en novembre lors de la Travel Convention Paca qui réunissait 60 professionnels du tourisme, nous avons passé une journée à faire visiter la ville, ses musées, ses grands projets et ses hôtels aux tours opérateurs. Et ils ont été très attentifs à tout ça… »

La coopérative patrimoniale Hôtel du Nord n’a pas attendu 2013 pour tenter de changer l’image de Marseille et notamment de ses quartiers nord en conviant depuis 2010 le touriste à y séjourner en chambres d’hôtes et à s’y balader. « MP13, c’est l’occasion de faire émerger et d’expérimenter d’autres projets comme le nôtre qui, je l’espère, seront pérennes », indique Nathalie Cazals, coordinatrice d’Hôtel du Nord. Bilan en 2014...

Samantha Rouchard

@-Leravi - http://www.leravi.org