Contact

Abo, dons, adhésions

« Ce soir, je reste pas, j’vais voir Bosso ! »

Aubagne (13), conseil municipal du 28/06/2013
le 8/09/2013

En juin, le Ravi a "testé" le conseil municipal d’Aubagne (13) dont nous publions ci-dessous le résultat. Dans notre numéro de septembre, actuellement chez les marchands de journaux en Paca, notre "contrôle technique de la démocratie" est consacré au conseil de la communauté de commune du pays du Rhône et Ouvèze...

18H22

Ah ! Aubagne, le pays des santons (et de la Légion)... Le pays de l’Etoile, aussi ! Allons-nous nous retrouver dans un épisode de Star Wars ? Non. Aubagne, c’est un peu Bonheur-les-Bains, la ville des Renés, ces cyclopes à grande bouche imaginés par Di Rosa, chargé du design du futur tram qui sera, comme les bus ici, gratuit. Reste qu’avec un conseil municipal délocalisé en pleine zone industrielle, chez les Renés, c’est un peu la panique.

18H25

Mais maman René, l’adjointe au sport, Hélène Lunetta, « toque rouge, casaque rose », a tout prévu  : « Ce soir, je reste pas. Je quitte à 20 heures, j’vais voir Bosso. » Le clown ? Le clown.

18H33

Papa René, enfin Daniel Fontaine, le maire, sourire carnassier, teint rouge et coupe au bol, salue la presse : « Vous êtes du Ravi ? Je me disais, La Provence a une drôle de tête... »

18H40

La correspondante de La Provence, arrivée en retard, s’inquiète : « Vous êtes qui ? Et vous faites quoi ? Suivre le conseil ? Mais pourquoi ? Pourquoi celui-là ? D’ordinaire, vous venez pas ! »

18H50

Après l’appel, papa René annonce à ses ouailles que le prochain conseil municipal sera le... « 26 juillet ». Stupéfaction chez les conseillers qui ont déjà leur tenue de vacances .

18H55

Le transfert de la salle des mariages suscite quelque émoi. Sylvia Barthelemy, ex-UMP passée à l’UDI : « Que les mariages ne se fassent plus à la mairie, ça fait quelque chose. Il y a une perte du caractère officiel. » Papa René soupire, se souvenant s’y être marié. Mais qu’il y faisait chaud. Avec sa trogne de Madelin, Gérard Gazay, de l’UMP, s’agace : « Ça n’a rien à voir mais je vous ai transmis une question écrite et vous ne l’avez pas mentionnée… »

18H59

A Bonheur-les-Bains, c’est Noël tous les jours : la mairie va créer « 23 postes en emplois d’avenir ». L’opposition reste de marbre. Mais qu’il faille 75 délégués à l’Agglo, « dont 35 pour Aubagne », là, ça coince. Gazay fulmine : « 60, c’était suffisant ! » «  Pas pour représenter 100 000 habitants ! », rétorque un adjoint.

19H03

Début d’un tunnel sur l’Huveaune, le fleuve qui arrose Bonheur-les-Bains. Chacun y va de son anecdote. L’opposition, elle, cherche « le nom des affluents »...

19H11

Papa et maman René distribuent les « sub » aux associations sportives. Mais trébuchent sur « taekwondo ». Gazay en profite pour annoncer la mort de l’athlète Alain Mimoun.

19H16

Une conseillère commence à pique-niquer tandis que maman René s’enorgueillit d’un espace de jeux aquatiques qui est « le seul de la région car pour trouver l’équivalent, il faut aller jusqu’à Saint-Raphaël ». Fontaine, lui, arrose large, prêt à accueillir « les petits Marseillais qui, eux, n’ont pas beaucoup de piscines »...

19H21

Fontaine aime la fraîche. Surtout quand Samia Ghali puise « 20 000 Euros » dans sa réserve parlementaire pour payer une « pelouse synthétique ». Barthélémy se demande si ce genre de coup de pouce est lié à l’opération « transparence » des élus. Fontaine, lui, se dit prêt à re-boire de cette eau-là. L’opposante s’en ira dix minutes plus tard dans l’indifférence générale.

19H30

Dans le public, un portable donne le ton : « Born to be wild ! » Dans la famille René, voici Gérard (Rampal), en charge, avec son profil de chef de chantier, de l’urbanisme. Les travaux du tram et la construction de logements sociaux réveillent un autre Gérard, celui de l’UMP. Qui défend les propriétaires de villas cernés par les « murs de béton »  : « C’est un non-sens urbanistique et humain ! » Fontaine rétorque : « Vous vous dites pour le logement social mais la vérité, c’est que vous ne voulez pas construire du tout ! » Le ton monte. Fontaine met de l’eau dans son rouge : « Ne répondez pas à la provocation ! » Avant de lâcher : « Ça faisait longtemps qu’on n’avait eu ces débats. Ça doit être la période pré-électorale... »

20H00

Maman René s’en va : « J’vais voir Bosso ! » Le clown ? Le clown... Pendant ce temps, ça s’empaille encore sur le foncier. Détente avec un changement de nom de rue : « Impasse du Grand Duc ». En référence à Pagnol, l’opposant Joseph Piterra, lui, préférerait « impasse du grosibou ». Fontaine rétorque : « Ah non ! Le grosibou, c’est sacré ! » Gérard (Rampal) propose de faire « le chant du grand duc ». Fontaine : « Si vous faites ça, je fais la collecte pour vous payer à boire ! »

20H29

La Provence profite d’un tunnel sur la culture pour s’éclipser, suivie, dix minutes plus tard, par La Marseillaise. Pourtant, ça recommence à se chicaner sur... les fermetures de classes. Dans le sillage de l’électrique Hélène Trik, Piterra donne le la : « Si ces fermetures étaient intervenues sous un gouvernement qu’on a pu qualifier de droite, vous auriez déjà organisé des manifestations en poussant des cris d’orfraie ! »

20H50

A Aubagne, nous avait-on prévenus, « un conseil qui ne parle pas du tram, ce n’est pas vraiment un conseil ». Dont acte : «  Des commerçants s’inquiètent de ne pas savoir quand débuteront les travaux du tram qui risquent de bloquer les rues, demande Gagay, l’air mauvais. Pourriez-vous nous donner le calendrier et nous dire quelles seront les mesures financières pour les indemniser ? »

20H51

Fontaine, affable : « Merci pour cette question. Que j’aurais pu considérer comme irrecevable car le tram, c’est l’agglo, pas la mairie. Et heureusement qu’on ne vous a pas attendus pour répondre aux préoccupations des commerçants. Cela fait deux ans qu’a ouvert la maison du tram. La plupart des commerçants sont venus. On y trouve, comme sur internet, le calendrier des travaux. Et si, en moyenne, on indemnise les commerçants jusqu’à 60 % du montant estimé de leur préjudice, sachez qu’on va le faire à hauteur de 90 %. Vous voyez, nous aussi, on se préoccupe des commerçants. Vous, à des fins politiciennes. Nous, pour trouver des solutions. » Des fois, à Bonheur-les-Bains, papa René, il voit rouge. Mais, chez les Renés, en général, on garde le sourire. Même quand, comme la veille, Le Pen débarque pour inaugurer une permanence du FN : « On l’a reçu, pouffe une conseillère, avec un apéro républicain salle Stéphane Hessel, à l’espace des Libertés, au rond-point Martin Luther-King. »

Sébastien Boistel

le Ravi fête son 10ème anniversaire et ça risque d’être le dernier ! Pour s’abonner, pour faire un don, le "Couscous Bang Bang" c’est par ici !

Aubagne (13)

46 423 habitants (2010)
3 fleurs « villes et villages fleuris »
0 caméra de vidéosurveillance
24 % de logements sociaux
24,15 % pour Marine Le Pen le 22 avril 2012

Le maire : Daniel Fontaine (PCF) depuis 2001, vice-président de la communauté d’agglomération du pays d’Aubagne et de l’Etoile, vice-président du conseil général. 67 ans. Instituteur (à la retraite).
La majorité : 33 conseillers de la liste « Ensemble, tous pour Aubagne » (du PCF au Modem)
L’opposition : 5 conseillers de la liste « Alliance républicaine, radicale et centriste » (autour de la candidate UDI Sylvia Barthélémy) et 5 conseillers d’opposition (autour du chef de file de l’UMP Gérard Gazay)

Le conseil municipal soumis au test du Ravi
Durée : 2 h 15.
Présents : 30 élus de la majorité, 9 de l’opposition
Temps de parole cumulée de l’opposition : 30 minutes.
Le public : 15 personnes, 3 journalistes (dont un du Ravi)

@-Leravi - http://www.leravi.org