Contact

Abo, dons, adhésions

« L’éternel est une nouille trop cuite » (enseignement du Boudha)

Cuisiner, c’est déjà résister
le 5/12/2013

Tous les mois dans le Ravi, une recette relevée ! Ne loupez pas le prochain numéro !

Il y a quelque chose de beau à regarder un enfant bouffer un hamburger. Je me souviens de la flamme qui m’animait la première fois que j’en ai tenu un dans mes mains. La flamme de la transgression. On m’avait tellement rabâché que c’était mauvais pour la santé que j’en salivais de plus belle. Et quand j’ai planté mes dents dans le bigmaque, un vent de liberté m’a décoiffé les papilles. La sensation de faim presque immédiate après le léger dégoût qui accompagne le derniers tiers était aussi un régal de frivolité. «  Non seulement c’est dégueulasse, mais en plus ça sert à rien... Comme la vie est belle !  », pensais-je en léchant mes mains pleines de ketchup à la manière de Barbe Rousse après un abordage particulièrement sanglant.

Aujourd’hui quand je sors de mes cuisines végétariennes, paysannes et locales, après un petit consommé de légumes et quelques flans de carottes en sauce à l’oseille, il m’arrive de fureter dans la ville à la recherche d’un parfum spécifique : la viande, la côtelette, la saucisse, l’alouette, la brochette, le barbeuque, le sang, le pâté, la biche, l’odeur des fonds de caverne dans lesquels les cro-magnons bouffaient la bidoche, avidement, comme des cinglés, comme s’ils bouffaient leur frère. Et je me retrouve invariablement en train de me becqueter un bon gros kebab des familles et la sauce me coule le long des coudes et, même si parfois les frites sont molles et ont un goût de carton, je dois avouer qu’au fond de moi la satisfaction générée par cet acte de trahison est vertigineuse et me fait du bien.

Or, cher lecteur qui m’accompagne, si tu en es arrivé à ce point de la lecture, tu dois te demander comment faire. Quelle est l’issue ? Si transgression et trahison sont les mamelles de la liberté alors jamais nous ne sauverons le monde avec des casseroles. L’univers peut bien s’écrouler dans un bruit de vaisselle pétée. Cuisiner et résister sont incompatibles puisqu’aucun pont entre ces deux termes n’est visible et que cette chronique touche à sa fin. Eh bien, sache que je ne désire pas te faire languir plus longtemps et que la vérité va te sauter au visage lorsque tu découvriras la recette du mois.

Pierrick – Le Grain De Sable

Hamburger maison au pain des collines

Il vous faut :
Un pain de campagne spécial hamburger de votre boulanger (Au pain des Collines le pain spécial hamburger est un pur régal, http://www.lepaindescollines.fr) Un steak haché de producteur (au Marché du mercredi du Cours Julien à Marseille, Magali et Julien endorment leurs bêtes avec des mixtures de plantes avant de les zigouiller, sympa non ? Toute leur viande est très savoureuse)
Quelques lichettes de Cantal
Quatre rondelles de concombre
Un bouchon de vinaigre de riz
Du miel
Quelques fines rondelles d’oignon rouge
Une belle tomate bien mûre
De la moutarde
De l’huile d’olive
Une feuille de laitue bien croquante

Commencer par mettre les rondelles de concombre à mariner dans un peu de vinaigre après les avoir enduites de miel. Préparer le ketchup : couper la tomate en deux, la tartiner d’une fine couche de miel, piment selon votre goût, quelques gouttes de vinaigre de riz et une lampée d’huile d’olive et la mettre à caraméliser copieusement sous le grill du four. La réduire ensuite en ketchup au mortier.

Faire chauffer le barbecue et cuire le steak haché avec force sel et poivre. Faire aussi légèrement griller le pain sur le barbecue après l’avoir coupé en deux dans l’épaisseur. Y déposer immédiatement les tranches de fromage, le concombre, le steak, le ketchup, l’oignon, la moutarde et la salade.

Au Café Borely à Marseille, il y a un de mes amis aux cuisines qui fait, entre autres gourmandises, des hamburgers végétariens à tomber par terre.

le Ravi fête son 10ème anniversaire et ça risque d’être le dernier ! Pour s’abonner, pour faire un don, le "Couscous Bang Bang" c’est par ici !

@-Leravi - http://www.leravi.org