Contact

Abo, dons, adhésions

Grande Tchatche avec Thierry Fabre

Comment la démocratie et l’Europe peuvent se réinventer ?
le 23/05/2014

Programmateur au Mucem, fondateur des Rencontres d’Averroes et de la revue La pensée de Midi, Thierry Fabre œuvre inlassablement à multiplier les ponts entre les deux rives de la méditerranée. Alors que les élections européennes pourraient plébisciter l’abstention et les replis nationalistes, alors qu’avec les victoires de l’extrême droite aux municipales la xénophobie progresse dans les urnes, comment la démocratie et l’Europe peuvent se réinventer ? Quel rôle pour les gens d’idées et de culture ?

Fréjus, Marseille, Orange, Le Pontet, Bollène, Cogolin, Le Luc, Camaret-sur-Aigues : les dernières élections municipales se sont soldées en Paca par un nouvel affront Républicain avec la victoire de l’extrême droite dans huit mairies. Les élections européennes pourraient à nouveau plébisciter l’abstention, les crispations identitaires, les replis nationalistes et toutes les xénophobies.

Dans ce climat désenchanté et dépressif, le mensuel le Ravi prépare un numéro, celui de juin, consacré à ceux qui ne baissent jamais les bras, comme le santon qui a inspiré son nom. Quoi de plus logique, dès lors, d’inviter, Thierry Fabre, pour une Grande Tchatche (diffusée sur radio Grenouille ce samedi 24 mai à 10 heures) ?

Homme d’idées, de culture, œuvrant inlassablement, et souvent à contre courant, pour multiplier les ponts entre les deux rives de la méditerranée, son CV a de quoi rendre anxiogène tous les idéologues du rejet et de la guerre des civilisations. Né à Cannes en 1960, c’est à Paris qu’il intégre Science Po. Il y témoigne déjà un intérêt prononcé pour le monde arabe.

Un attachement jamais démenti ! Il passe une année au Caire et y apprends l’arabe.

A 34 ans, renonçant à une carrière universitaire, il devient conseiller aux affaires internationales de l’Institut du monde arabe. Il y invente les Rencontres d’Averroes, du nom du philosophe arabo-andalou, passeur entre les cultures du monde méditerranéen. Des rencontres « décentralisées », dès leur 1er édition, avec succès à Marseille.

1995 est une année charnière. Il démissionne de l’Institut du Monde arabe et quitte Paris pour s’installer à Marseille. Marseille qui ne l’accueille pas à bras ouvert ! Faute de soutien, un projet de grand festival méditerranéen prend l’eau. 1995, c’est aussi l’année des premières villes conquises par le FN.

Mais Thierry Fabre ne baisse pas les bras. Les Rencontres d’Averroes s’imposent au fil des ans comme un rendez-vous incontournable. À la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme d’Aix-en-Provence il poursuit ses recherches. Il fonde aussi la revue La pensée de Midi, consacrée à la méditerranée contemporaine, et dont le titre rend hommage à Albert Camus. Il anime également, durant de nombreuses années, sur radio Grenouille, le « rendez-vous de midi ».

Son parcours n’est bien entendu pas un long fleuve tranquille. En 2011, la revue ne survie pas au retrait brutal de la Région qui finançait depuis plus de dix ans son édition. Mais on ne baisse jamais les bras ! Et les Rencontres d’Averroes fêtent leurs 20 ans en 2013.

Thierry Fabre est enfin, depuis 2010, le directeur du développement culturel et des relations internationales du Mucem. En clair, ou en « noir et bleu » comme pour son exposition inaugurale dont il était le commissaire, l’un des principaux programmateurs du musée de l’Europe et des civilisations méditerranéennes où se précipitent touristes et autochtones. Le Mucem : nouvel emblème marseillais à l’entrée du Vieux Port. Et à quelques kilomètres, à vol de Gabian, de la mairie conquise par le FN.

Michel Gairaud

Pour écouter l’émission enregistrée le 23 mai 2014 sur radio Grenouille, animée par Rafi Hamal et Michel Gairaud, c’est ici :

@-Leravi - http://www.leravi.org