Contact

Abo, dons, adhésions

Guérini est "Charlie" mais pas "Ravi"

Le président du CG 13 veut acheter le Ravi qui n’est pas à vendre !
le 22/01/2015

A l’occasion des traditionnels vœux à la presse le mensuel le Ravi a interpellé Jean-Noël Guérini. Le président (divers gauche ?) du conseil général des Bouches-du-Rhône est "Charlie". Mais, en 2014, l’institution qu’il préside a, sans motiver sa décision, supprimé ses aides à la Tchatche, l’association qui édite le mensuel "pas pareil" en Provence-Alpes-Côte d’Azur.

Question de Michel Gairaud, rédacteur en chef du mensuel le Ravi :

« Monsieur le président, messieurs les conseillers généraux, depuis une dizaine d’année, le mensuel le Ravi fait vivre en Provence-Alpes-Côte d’Azur, une presse irrévérencieuse, satirique. Je voudrais rendre hommage à Charlie Hebdo avec qui nous avons des histoires communes (…) Nous nous réjouissons bien sûr du mouvement de solidarité qui a suivi l’attentat. Le conseil général, avec les autres, a ainsi proclamé « Je suis Charlie ». Mais en 2014 le conseil général n’a pas été « Ravi  » en tous cas. Les quelques publicités dont nous bénéficions en 2013, des annonces concernant les institutions culturelles du CG 13, n’ont pas été renouvelées. Je tiens à féliciter votre institution qui a crée une ligne financière pour aider les médias associatifs. Mais ce soutien que nous avait apporté le conseil général en 2013, s’est aussi réduit en 2014 à zéro euro. En 2015, alors que nous sommes désormais en redressement judiciaire, nous déposerons auprès de votre institution de nouvelles demandes. Car si nous sommes jaloux, très jaloux, de notre indépendance, il est pour nous légitime de demander un soutien aux institutions publiques pour faire vivre le pluralisme de la presse. Pour finir, nous vous faisons aussi une promesse : quelle que soit la réponse de l’institution que vous représentez, nous continuerons notre travail de journalistes, de dessinateurs, nous continuerons à faire ce pour quoi nous existons : enquêter sur les fonctionnements et les disfonctionnements de la vie démocratique locale et donc forcément, aussi sur les affaires et tout ce qui concerne la vie démocratique dans cette région et dans ce département. »

Réponse de Jean-Noël Guérini, président du CG 13 :

« Qui n’est pas pour le pluralisme de la presse ? Les françaises et les français, tout les journalistes, tout les patrons des médias, sont pour le pluralisme de la presse (…) Je sais que mardi vous faites une réunion, une table ronde, pour fédérer l’ensemble des personnes qui pourraient investir, et moi, je me dis, j’ai toujours rêvé d’être patron de presse, toujours, et je sais qu’aujourd’hui être patron de presse c’est fou, car il faut de l’argent. Mais pourquoi je ne deviendrai pas actionnaire de votre journal, monsieur, si vous m’acceptez ? Je vous fais une proposition. Jean Noël Guérini en tant que citoyen vous propose d’être principal actionnaire de votre journal, en mettant au pot aujourd’hui, voilà, et avec la liberté absolue, rédactionnelle. Alors, à vous de le décider maintenant au lieu de toujours vous plaindre de ceci ou de cela. Voilà, je suis direct. »

Commentaire de la rédaction du Ravi  :

Notre mensuel n’est pas à vendre. Comme dans tous les médias associatifs, sa gestion est désintéressée. le Ravi n’appartient pas à des actionnaires mais aux adhérents (lecteurs pour la plupart) de l’association la Tchatche qui l’édite. Notre question n’était pas adressée à Monsieur Jean-Noël Guérini (dont nous respectons bien entendu le souhait de devenir patron de presse et la façon dont il souhaite investir ses économies personnelles) mais au président du conseil général, collectivité territoriale publique. Nous nous interrogeons toujours sur les critères qui président à l’octroie, ou non, de subventions au titre de « l’aide aux médias associatifs » mise en place par le CG 13. Et nous déposerons donc, comme de droit, une demande de soutien en 2015.

Pour écouter notre question et la réponse du président du CG 13 :

Rebondissement ! Le lundi 19 janvier, Jean-Noël Guérini, invité du journal de France Bleu Provence, est interrogé sur son goût sélectif pour la presse satirique, pourquoi est-il "Charlie" mais pas "Ravi" ?

Réponse de Jean-Noël Guérini : "(les journalistes du Ravi) me jugent sans cesse et me condamnent toujours. Leurs sarcasmes, leurs critiques, leurs attaques, qu’importe ! Ils sont à l’image parfois de leur petitesse et de leur connivence politique. Je soutiens l’indépendance de la presse. Mais ils viennent me donner des leçons et me demander des subventions. Moi je n’ai jamais rien demandé au Ravi. "

Nouvelle question du journaliste de France Bleu :"Pourquoi vous ne les soutenez plus en 2014 ? " Réponse de Jean-Noël Guérini : "Je soutiens tous les médias, je suis pour l’indépendance des médias".

Commentaire de la rédaction du Ravi :

Jean-Noël Guérini "soutient tous les médias" sauf, visiblement, ceux qui lui déplaise. Les critères d’attribution de "l’aide aux médias associatifs" distribuée par le CG 13 se résument-ils au bon vouloir - et aux humeurs - de son président ?

Pour écouter Jean-Noël Guérini sur France Bleu Provence :

Lire ici l’article publié par Métro sur le même sujet

Et lire un autre article publié par Marsactu sur Jean-Noël Guérini et la presse

@-Leravi - http://www.leravi.org