Contact

Abo, dons, adhésions

Marie-Claude Aucouturier, conseillère régionale FN

Selon elle , "Pour Charlie Hebdo le fric peut avantageusement remplacer la perte des copains"
le 25/02/2015

Tous les mois le mensuel qui ne baisse jamais les bras décerne un "Ravi de plâtre" à une personnalité. En février, Marie-Claude Aucouturier, conseillère régionale (Paca) du Front national, a ainsi été "honorée". Car, selon ses propos, à Charlie Hebdo "le fric peut avantageusement remplacer la perte des copains"

Entre les médias et le FN, les rapports sont compliqués. En atteste la passe d’armes entre Marion Maréchal (nous voilà)-Le Pen et le journaliste Gilles Leclerc peu enclin à remettre à Steeve Briois, le maire FN d’Hénin-Beaumont, le prix de «  l’élu local de l’année  » (sic) du Trombinoscope : «  On va vous avoir. Quand ça va arriver, ça va vous faire mal  », promet la frontiste, non loin de Gilbert Collard et de Stéphane Ravier.

Pourtant, le FN tente, malgré tout, de mettre les formes. Ainsi, la conférence sur les médias organisée par le FN marseillais fin janvier, après s’être intitulée «  La presse est morte, vive la presse !  », a été renommée «  la presse va mourir, vive la presse !  » et enfin, sur le site de Ravier, «  la presse va mal, vive la presse !  »...

Tout le monde n’a pas cette pudeur. La conseillère régionale FN Marie-Claude Aucouturier n’a pas apprécié la newsletter du dernier Ravi, largement consacrée à Charlie. «  Je trouve ignoble et indécent d’exploiter les récents événements dramatiques pour tenter de se refaire une santé financière, nous a-t-elle écrit. Tout le monde sait que Charlie-Hebdo était au bord de la faillite... Pour Charlie le fric semble-t-il peut avantageusement remplacer la perte des copains, cette attitude est bien du même niveau que ses sarcasmes. Mes propos déplaisent ? Puisqu’on est libre de tout dire et de se moquer de tout, j’ai bien droit, moi aussi, à mes petites moqueries personnelles malsaines et de mauvais goût !  »

Et d’asséner : «  Non, je ne suis pas Charlie, je suis les policiers et les victimes collatérales, tristes conséquences des pseudos plaisanteries de ce journal à deux balles dont j’ai hâte de ne plus entendre parler.  » Mais comment s’étonner de telles envolées lyriques de la part d’une élue capable sur son site de publier un article intitulé : «  Journaliste, cette profession qui a trahi la France.  » Allez, tout est pardonné ?

Sébastien Boistel

@-Leravi - http://www.leravi.org