Contact

Abo, dons, adhésions

Eté 2050. Une fiction dont vous êtes le héros

Alternatiba, ça va chauffer !
le 9/08/2015

L’été le plus chaud que la région Paca ait jamais connu s’annonce. Allez-vous réussir à prendre le frais ? Faites vos choix !

Les yeux perdus vers le large, vous mordez dans une pêche certifiée bio et carbone responsable de Bretagne... D’un revers de la main, vous essuyez le jus qui dégouline de votre menton. Poisseux. Comme ce chaud dimanche de juin 2050. Sur votre terrasse du très chic quartier de la Joliette à Marseille, le thermomètre indique 32 degrés... Vos deux enfants geignent déjà : « Fait trop chaud ! »... Pastis noyé sous les glaçons à la main (il est des choses immuables), vous vous demandez comment échapper à la chaleur cet après-midi... [Vous allumez la clim, allez au point 1. Vous allez à la plage, allez au point 2. Vous installez une pataugeoire sur la terrasse, allez au point 6.]

1. Malheureusement, la clim à fond, vos deux enfants ne la supportent pas. Ils souffrent d’hypersensibilité respiratoire à cause de la pollution selon le pédiatre. Votre déménagement au 23ème étage de la tour Onet n’y a rien changé. Malgré les sanctions européennes, Paca est depuis dix ans la région la plus polluée, avant l’Île-de-France. Mais au moins vous avez une vue imprenable sur la Méditerranée... [Ça vous donne envie d’aller squatter chez Tonton Michel en Camargue, allez au point 3. Vous préférez la Côte-d’Azur, point 4.]

2. Las ! Vous n’êtes plus au temps où il suffisait de charger les serviettes, le seau, le râteau et le goûter dans la voiture pour goûter aux joies d’une plage de sable fin... De la Côte Bleue à La Ciotat, pas une n’a résisté à la montée des eaux. 50 centimètres depuis son niveau des années 2000 disent les experts. Toutes les plages ont fini par s’éroder.

À Marseille, comme dans la plupart des grandes villes, il a été décidé d’arrêter de recharger les plages en sable après chaque hiver. Trop cher. Et puis de toutes façon, le Maroc, l’Inde et l’Australie, anciens principaux pourvoyeurs, ont interdit l’exportation de sable, devenue une ressource stratégique extrêmement précieuse pour le bâtiment et les technologies de pointe.

3. Au bout du fil, Tonton Michel n’est pas content. S’il a pris sa retraite sur la presqu’île des Saintes-Maries-de-la-Mer, c’est pas pour que la smala débarque tous les 15 jours. Malgré la construction de la digue Roland-Chassain en 2020, la ville semble de plus en plus coupée du monde par la montée des eaux. Mais pour Tonton Michel, le changement climatique, c’est fantastique ! En avançant, la mer a créé de nouvelles lagunes naturelles, offrant aux anguilles et autres poissons de nouveaux lieux de reproduction. C’est tous les jours la pêche miraculeuse et Tonton Michel ne veut pas que vous la gâchiez avec vos sales gosses mal élevés. Retour au point 1.

4. Même sur la Côte d’Azur, les municipalités ont décidé d’arrêter de lutter contre la mer, malgré la mobilisation du syndicat des plagistes. Résultat, les plages se réduisent à un mince et fragile cordon, quand elles n’ont pas totalement disparu, comme à Nice. Dernière action en date du syndicat, un sit-in sur les plages privées de Menton à Cassis dont les images ont été relayées sur toutes les applis : à la place des transats, des cercueils en carton. 10 000 emplois directs et indirects seraient en danger ! Un chiffre invérifiable évidemment... et une action coup de poing dans l’eau qui n’aura pas fait changer d’avis la préfecture de région. Au bout de quelques heures, les cercueils en carton étaient emportés par une violente tempête qui a touché le Var et les Bouches-du-Rhône. La troisième cette année. 2 morts par noyade. [Dégoûté-e, vous checkez les infos sur votre téléphone, direction le point 5. Ou alors vous installez une pataugeoire sur la terrasse, point 6.]

5. Alerte info La Provence, le pure player régional. Suite à la tempête qui a inondé les alentours du Vieux-Port pendant 3 jours, Marine Pustorino la candidate de droite à la mairie de Marseille, a une idée de génie. Créer des canaux dans la ville, du quai de Rive-Neuve au Quai de la Fraternité en passant par le cours d’Estienne-d’Orves et du Mucem au Vieux-Port. Marseille deviendrait ainsi la nouvelle « Venise provençaaaaaaaale » et le tourisme serait relancé. [Vous vous dites que ce programme respire le Gaudin 2014. Changement climatique : check. Changement politique, vous attendez toujours. Retournez au point 1.]

6. La bonne vieille baignoire pleine d’eau. Ça vous rappelle les vacances à la campagne chez Mamie. Avec vos enfants, ça marche toujours autant. Par contre, le chat qui cuisait sur les dalles de la terrasse court se réfugier dans la cuisine. On ne peut pas plaire à tout le monde. (FIN)

Margaïd Quioc

@-Leravi - http://www.leravi.org