Contact

Abo, dons, adhésions

Inès de la Fressange emplâtrée

le 14/10/2015

Tous les mois le mensuel qui ne baisse jamais les bras décerne un "Ravi de plâtre" à une personnalité. Inès Marie Lætitia Eglantine Isabelle de Seignard de la Fressange, ancien mannequin, a ainsi été "honorée". Elle a été condamnée à détruire une maison de 100 m2 construite sans permis de construire en zone naturelle près de Tarascon (13).

Pourquoi s’acharner sur une étoile ? Pourquoi chercher des noises à Inès Marie Lætitia Églantine Isabelle de Seignard de La Fressange ?

L’ancien mannequin, l’égérie de Chanel, la digne héritière de la noble lignée des seigneurs de La Fressange, née dans le Var, nous a fait l’honneur de revenir en Provence pour bâtir sa résidence secondaire. Inès achète donc, en 2004, une propriété sise à la Montagnette de Tarascon (13), au cœur d’une zone naturelle inscrite à l’inventaire des sites pittoresques. Et c’est tout aussi naturellement, en 2015, qu’elle décide d’étendre son domaine en construisant près de sa piscine une « petite » maison de 100 m2. Sans permis de construire.

Mais c’était sans compter la mesquinerie procédurière de Philippe Chansigaud, un gueux dépourvu de titres de noblesse, apiculteur, président de l’Ader (Association de l’environnement rural), aux lectures malsaines (il est abonné au Ravi). Il porte plainte pour construction illicite, oblige le maire de Tarascon, jusqu’alors peu pressé d’agir, à demander l’arrêt des travaux. La Cour d’appel d’Aix-en-Provence tranche : elle réclame, le 18 août, la « remise des lieux en l’état » immédiate.

«  La maison est en cours de destruction, nous confirme Philippe Chansigaud. Ce serait bien que cette décision de justice face école et mette un terme à la stratégie du "permis provençal" qui consiste à régulariser après coup des constructions illicites.  » L’histoire ne dit pas si Inès a trouvé réconfort auprès de Denis Olivennes, son compagnon, le preux PDG d’Europe 1

Michel Gairaud

@-Leravi - http://www.leravi.org