Contact

Abo, dons, adhésions

« 2-0 pour l’OM ! »

Salon-de-Provence (13), conseil municipal du 17/09/2015
le 6/11/2015

le Ravi teste chaque mois un conseil municipal en région Paca pour surveiller le fonctionnement de la démocratie locale. Ci-dessous, le conseil municipal de Salon-de-Provence dans les Bouches-du-Rhône (en illustration Nicolas Isnard, le maire LR). Dans le numéro daté novembre du Ravi, actuellement chez les marchands de journaux et les abonnés, nous avons testé l’assemblée plénière du conseil départemental du Var).

18h23

Un majestueux savon de Marseille trône au milieu du rond-point de l’entrée de Salon-de-Provence.

18h34

Faux air de Kevin Spacey, Nicolas Isnard, maire (LR) depuis 2014, en chemise blanche et costard (bleu) de travail, annonce tout sourire : « Ce soir, c’est une grande soirée de sport, pour tous les goûts (OM en coupe d’Europe, la France en quart de finale du championnat d’Europe de basket). On va attaquer dans le timing [car] certains ont envie de regarder. »

18h35

Mais avant de siffler le coup d’envoi, l’ancien attaché parlementaire du député LR d’Aix-en-Provence Christian Kert, temporise : « Je me dois de déclarer la démission de Jean-Luc Chave [groupe PS-DVG « Ensemble pour Salon », Ndlr]. » La énième depuis la défaite du PS et sortant Michel Tonon, en 2014, qui, lui-même, ne siège plus. Au point que l’opposition de gauche n’arrive plus à se compter !

18h42

Michèle Blanc-Pardigon, « Ensemble pour Salon » (PS-DVG), demande la parole : « Notre groupe souhaite que notre ville accueille des familles de réfugiés. Quelle est votre position ? » Réponse outrée de « Kevin » / Nicolas Isnard : « Nous avons tous du cœur […] Mais j’ai été élu pour être maire et pas responsable de la politique migratoire ! » Et de conclure : « On va attaquer les questions salonno-salonnaises. »

18h53

« Kevin » joue la colère. En réponse à Philippe Sanmartin (bouc et chemise rose), et Michel Prorel (lunettes sur front dégarni), qui l’attaquent sur ses décisions de modifications budgétaires, Nicolas Isnard ironise en agitant un document : « Vous avez scruté les lignes de ce pavé pour en trouver une ! » Le dit pavé ne doit pas dépasser les 30 pages... Et approuve de la tête son adjoint aux finances, le jeune doctorant en droit David Ytier qui fayote : « A la différence de ce qui était fait avant, il n’y a pas d’embauches mais des investissements et des festivités (marché nocturne, festivités de noël). » Dis comme ça…

18h59

Avant le vote, le FN Philippe Adam prend position… au centre : « Certains éléments sont positifs, d’autres négatifs. Mais je n’ai pas tous les éléments pour juger. » Et d’annoncer son « abstention ». Le maire, compréhensif : « Nous entendons votre décision. »

19h02

« Kevin » jubile. L’après-midi, il a signé avec Martine Vassal, nouvelle présidente LR du conseil départemental des Bouches-du-Rhône, un contrat d’objectif de 7,7 millions d’euros et le fait savoir. Visiblement, la si décriée « aide aux communes » du temps du sulfureux Jean-Noël Guérini fait toujours des heureux...

19h06

Philippe Véran, adjoint aux affaires économiques, et Philippe Montagnon, adjoint à l’embellissement de la ville, se poilent pendant que leur voisin Michel Roux, adjoint au stationnement, remonte le col de sa veste.

19h09

Nouvelles amabilités entre le maire et son opposant FN à propos d’un vieux serpent de mer : le très coûteux réaménagement de la place Morgan (une nouvelle enveloppe de 500 000 euros doit être votée ce soir), voulu par Michel Tonon, le prédécesseur PS de Nicolas Isnard. « Vous y installez l’office du tourisme, avec un loyer au prix de l’achat. Nous pourrions avoir des explications ? », interrogent le frontiste et ses rares cheveux plaqués. « Kevin » boit du petit lait : « J’ai envie de dire que ça n’est pas à nous de répondre. » Et d’enchaîner tout sourire : « Effectivement, quelle surprise cachée dans le tiroir ! Un document nous lie pour un loyer de 77 000 euros hors charges sur douze ans pour un des kiosques. » L’opposition de gauche encaisse tête basse dans un joli brouhaha.

19h12

La charmante Sabrina M’Jahed, adjointe au logement assise à la gauche du maire, enfourne un bonbon pendant qu’un gamin d’une dizaine d’année baille dans le public.

19h15

Le duo Isnard-Adam se poursuit à l’occasion du vote de subvention. Un peu gêné, Claude Cortesi (Modem) annonce de son côté qu’il ne participe pas au vote, comme la loi l’y oblige. L’association qu’il dirige reçoit ce soir 37 900 euros. « J’espère qu’on pourra vous rencontrer avec la présidente pour envisager la suite », susurre quand même le conseiller d’opposition. Réponse du maire, grand prince : « Il était hors de question de laisser tomber les bénévoles. Nous avons comblé le désengagement supplémentaire du conseil départemental. » Mais de prévenir : «  Nous avons tenu nos engagements, j’espère qu’il y aura réciprocité. »

19h26

Délibération 8, élections des futurs conseillers métropolitains. « Kevin » surjoue : « C’est une délibération symbolique qui va malheureusement consacrer une institution à laquelle je ne suis pas favorable. Mais la loi est la loi. » Et d’annoncer : « C’est une élection solennelle. » Avec isoloir et urne, installés devant une Marianne à mèche et une horloge grand format mais arrêtée.

19h27

Sabrina M’Jahed se marre en envoyant des sms à sa colistière Sabina Fabbi, à l’autre bout de la petite salle. D’autres préfèrent se lever pour discuter.

19h29

Une retraitée s’inquiète : « On n’est pas sorti ? » Réponse de son mari, avé l’accent : « Oh pôvre ! »

19h45

« Je déclare le scrutin clôt et appelle Mme Gomez, notre spécialiste des dépouillements », annonce le maire. Suspension du conseil, Nicolas Isnard sort de la salle.

19h51

Une sonnette tintinnabule. « Kevin » fait son entrée en lançant à la cantonade : « 2-0 à la mi-temps pour l’OM ! » Résultat du vote : faute de s’entendre, l’opposition de gauche et du centre offrent les 5 sièges de conseillers métropolitains à la majorité.

20h00

Tacle involontaire de Nicolas Isnard sur le maire de Marseille à l’occasion d’une délibération sur les temps d’activités périscolaires. « La balance entre les recettes et les dépenses est de 62 000 euros pour la commune. Soit on fait une réforme minable et qui ne coûte rien, soit on pense à l’avenir », explique naïvement l’ancien attaché parlementaire. Qui en profite pour taper à nouveau sur le gouvernement avec l’approbation de son compère Adam.

20h06

Le frontiste et Claude Cortesi se bidonnent. Le conseiller FN n’a finalement pas que des amis à droite.

20h14

« Kevin » est de gauche ! La majorité décide de changer la rémunération « du vacataire chargé de recoller les collections des musées de Salon et de La Crau », notamment celles du château de l’Empéri, qui propose parmi ses «  pièces phares », selon le site de la ville, « une giberne ayant appartenu à Louis XV ». Fini la rémunération au forfait, vive le SMIC…

20h19

La nuit est tombée. Le public s’éclipse et le conseil se dissipe.

20h30

« Dernière délibération », annonce Nicolas Isnard avant de se reprendre : « En fait, ça n’est pas une délibération. » Pour faire simple, la ville doit choisir un nom pour son futur pôle d’échange multimodal et a décidé de mettre aux votes les propositions de l’association Salon patrimoine et chemin qu’elle a sollicitée. Pendant que les conseillers retournent à l’urne, le maire met le Ravi dans l’embarras. « Je veux saluer le journaliste du Ravi qui est là. Depuis la disparition de Marsactu, c’est le dernier poil à gratter de notre région » (NDLR qui n’a pas disparu car le pure player marseillais est à nouveau en ligne depuis octobre !). Et de conclure : « Je souhaite une longue vie au Ravi ! » Cri de jalousie de mes confrères de La Provence et du Régional, alors que ni « Kevin » ni sa mairie ne sont abonnés au mensuel pas pareil : « Et nous ! »

20h40

Résultat des courses : c’est « Aire de la Crau » qui l’emporte pour le nom et l’OM (3-0) face aux modestes Hollandais de Groningue.

Jean-François Poupelin

5102 abonnés en 2015 ? On n’achète pas un journal libre, on finance son indépendance ! Pour que le Ravi redresse les bras, abonnez-vous et participez au Couscous Bang Bang Royal 2015

Salon-de-Provence (13)

43 771 habitants (2012)
3 fleurs « villes et villages fleuris »
47 caméras de vidéosurveillance (103 programmées d’ici la fin du mandat)
21,71 % de logements sociaux (2013)
24,34 % pour Marine Le Pen le 22 avril 2012

Le maire Nicolas Isnard (LR) depuis 2014, président de la communauté d’agglomération Agglopole Provence. Ancien attaché parlementaire du député d’Aix-en-Provence Christian Kert (LR). 45 ans ce 6 octobre.

La majorité 34 élus de la liste « Réussir Salon » (LR, ex UMP)

L’opposition 6 élus de la liste « Ensemble pour Salon » (PS), 2 Modem (issu de la liste « Ensemble pour Salon »), 1 FN et 1 non identifiée (élue à la suite de la démission de Jean-Luc Chave, du groupe « Ensemble pour Salon », la veille du conseil municipal, Monique Calvo-Aravecchia n’a pas siégé ce 17 septembre). Le conseil soumis au test du Ravi
Durée. 2h02
Présents : 28 élus de la majorité, 8 de l’opposition.
Temps de parole cumulé de l’opposition : 31 minutes.
Le public : 29 personnes, dont un gamin d’une petite dizaine d’années, et trois journalistes.

@-Leravi - http://www.leravi.org