La police fait table rase à la Plaine

le 18/03/2016

Déploiement de force et violence disproportionnée en plein centre-ville de Marseille pour retirer... deux tables installées par les habitants de la Plaine.

Elles avaient fleuri comme ça, fin 2015 : deux tables en bois et en béton fabriquées par et pour les habitants de la Plaine, en plein centre-ville de Marseille. Elles étaient posées au beau milieu de ce parc où, à côté des magnolias centenaires et de la tête en métal d’une vieille célébrité qui entonnait aussi volontiers l’Internationale que « Vive la crise ! », les jeux pour enfants périclitent et où une sorte de no man’s land sert de terrain de foot pour les minots ne craignant ni les tessons de bouteille ni les merdes de chien.

Ces tables étaient une réponse à la volonté municipale de faire « table rase » de la Plaine, ce quartier populaire qui doit faire l’objet d’une opération dite de « requalification » à l’issue de laquelle la mairie espère une « montée en gamme » du marché et de son quartier... Une opération de longue haleine qui n’aboutira pas avant 2019 (Lire ici notre article « Concertation piège à… »).

Mais, comme le veut le slogan municipal, « ma ville accélère ». Sur fond d’état d’urgence, la ville, avec, pour bras armé, une entreprise privée et la maréchaussée, a décidé, vendredi 18 mars, au petit matin, de faire table rase. Au motif que ce mobilier urbain avait été érigé « sans autorisation »...

A coup de masse, de tronçonneuse et sous protection policière, une première table, la plus grande, a été détruite. De quoi attirer l’attention. La nouvelle s’est répandue comme une traînée de poudre. Et c’est ainsi qu’une petite cinquantaine d’habitants, habitués, usagers de la Plaine, ont tenté de protéger la seconde. En vain.

En effet, plusieurs dizaines de policiers municipaux, appuyés par quelques fonctionnaires de police, ont fait preuve d’une violence totalement disproportionnée, n’hésitant pas à faire usage de gaz lacrymogènes en présence d’enfants en bas âge. Coups, menaces, arrestations musclées...

Vers 10 heures, l’opération était terminée. Et un père de famille, de constater, dépité : « Voilà, c’est redevenu comme avant, il ne reste plus que des merdes... »

Sébastien Boistel

Le reportage photographique de P.NK1 de Fokus 21, c’est par ici

@-Leravi - http://www.leravi.org