Contact

Abo, dons, adhésions

Faire de l’or avec du vieux

Le marché de la "silver economie"en Paca
le 15/02/2017

Paca est vieillissante. La « silver économie » a de beaux jours devant elle, à condition que la région se bouge le déambulateur !

La doyenne des Français a 113 ans et vit à Sainte Maxime (83). Sans pour autant atteindre cet âge canonique, en Paca 27 % de la population a plus de 60 ans, un chiffre supérieur à la moyenne nationale (24 %). Et selon l’Insee d’ici 2040, le nombre de personnes âgées augmenterait de 57 %, soit un habitant sur trois qui aura plus de 60 ans. Autant dire que l’odeur de la naphtaline aura bientôt remplacé celle de la lavande ! Et comme Paca est la région de France où l’on vit le plus longtemps, le business de nos chères têtes grises a de beaux jours devant lui !

Les seniors incluent, d’un point de vue marketing, les plus de 50 ans. «  A cet âge là il y a des changements dans la vie qui vont impacter la consommation, explique Hervé Sauzay, toulonnais d’origine, directeur de l’Institut des Seniors et organisateur des Salons des seniors. Les enfants s’en vont donc on réaménage la maison différemment, on part en voyage plus souvent, on a des évolutions physiologiques qui font que l’on dépense plus en santé ou que l’on fait du sport. Et on prépare aussi la fin de sa vie professionnelle…  » Les seniors représentent 33 % des Français mais 52 % de la consommation en France et leurs dépenses se tournent vers la santé, le logement et le tourisme.

Nice l’a bien compris et fait figure de précurseur notamment en matière d’e-santé. La ville possède un espace dédié à la Silver économie, le 27Delvalle, dont un appartement de démonstration pour tester et expérimenter tous les produits et services utiles au « bien vieillir ». La Chambre de commerce et d’industrie (CCI) Côte d’Azur est aussi très active. « C’est une vraie économie transversale. Une filière qui bouge beaucoup et qui prend confiance, explique Catherine Ghelelovitch, responsable de la filière au sein de la Chambre de commerce. En 2014, nous avions dressé une cartographie qui regroupait à peine une centaine d’entreprises. En 2015 on en dénombre 400, majoritairement dans l’offre de services à la personne, mais aussi de la santé et de l’habitat. Le tourisme adapté et les loisirs étant l’axe sur lequel nous travaillons pour 2017.  »

Estrosi a su soigner ses vieux au niveau local. Les professionnels de la Silver économie espèrent qu’il en sera de même pour la Région car pour l’instant Paca est à la traîne… En décembre 2013, lors de la signature du contrat de filière, le gouvernement mise sur les régions comme moteur essentiel au développement de la Silver économie car connaissant les spécificités des territoires. Mais aujourd’hui, hormis quelques épiphénomènes, les « Silver régions » n’existent toujours pas. Et en Paca, même si France Silver éco, l’association émanant du ministère de l’Economie, des finances et de l’emploi, a son siège à Nice, les acteurs ont toujours du mal à se fédérer.

«  On a un Nice qui est très fort, un Marseille qui commence à devenir actif et un Var, par contre, qui est totalement passé à côté !  », explique Thierry Semionnoff-Bru, chef d’entreprise d’Innovation santé conseil dont le siège est à Bandol (83). « Les raisons sont d’abord géopolitiques, car Marseille et Nice ne fonctionnent pas pareil, et culturelles aussi qui font que les préoccupations des institutionnels se portent vers d’autres intérêts, poursuit ce spécialiste du "bien vieillir et en bonne santé". Développer une Silver région, ça implique que le Conseil régional mette à disposition des agents dédiés. Et aujourd’hui, ça paraît compliqué.  » Thierry Semionnoff-Bru a participé à la rédaction du contrat de filière et est membre actif de France Silver éco. Sa société est un bel exemple de réussite car grâce à la Silver économie, en trois ans, il a doublé son chiffre d’affaire. Mais il travaille principalement avec d’autres régions (Occitanie, Hauts-de-France…), plus en avance que Paca.

Constat amer aussi du côté des Bouches-du-Rhône. «  Je crois qu’on ne s’intéresse pas trop aux seniors à Marseille  », explique Hervé Sauzay qui a racheté le Forum des seniors (Cf le Ravi N° 118) qui depuis deux ans est en stand-by car la mairie et la Carsat (organisme de retraite) refuseraient d’y participer. « Pourtant ce qui préoccupe les seniors en premier lieu c’est quand et avec combien ils pourront partir à la retraite, explique-t-il. On n’est pas des marchands de poissons, un forum doit proposer un vrai service. L’élue "à la politique en faveur des seniors" [ndlr : Catherine Giner] est 30ème, soit la dernière sur la liste, ça veut bien dire quelque chose...  »

Christian Estrosi voudrait obtenir un label Silver région et faire de Paca le leader européen en matière de recherche. Pour Thierry Semionnoff-Bru le coche est à ne pas rater : «  La silver économie est un enjeu fantastique pour l’emploi de demain (1). Et l’on va se retrouver avec de plus en plus de retraités actifs qu’il ne faut pas voir comme un fléau mais comme une opportunité.  » Et l’entrepreneur de conclure : «  Une personne âgée a deux shake-up importants : le premier c’est son bilan de santé et le deuxième c’est le bilan de sa carte bleue. Et dans le sud, ce dernier est plutôt positif !  »

Samantha Rouchard

1. Au niveau national, 300 000 emplois seraient à la clef d’ici 2020, un chiffre à relativiser quand on sait que nombre d’entre eux sont liés au maintien à domicile, des emplois souvent précaires.

@-Leravi - http://www.leravi.org