Contact

Abo, dons, adhésions

Moi, Mireille Mathieu, matriochka provençale

Portrait satirique de la demoiselle d’Avignon in love Vladimir Poutine
le 27/02/2017

La demoiselle d’Avignon prépare une nouvelle tournée en Russie pour mars 2017. Un pays qu’elle chérit et qui le lui rend bien. Vladimir Poutine lui a envoyé ses meilleurs vœux, façon de fêter ses 70 ans. L’occasion pour notre Mireille internationale de prendre sa plus belle plume, trempée à l’encre de son cœur, afin de répondre à son bien-aimé…

Mon Volodia (1),

« Hier, aujourd´hui, demain / Comptent un seul jour quand tu prends ma main / C´est comme un plan fabuleux tracé là-haut / Pour l´amour de nous deux / Qu´on soit ensemble longtemps / Ou séparés par des océans  » (2) Oui je sais mon Vladou, tu me l’as déjà dit, entre toi et moi il n’y a pas d’océan. Je connais ma géographie tout de même ! Mais un océan c’est poétique, tourmenté, qu’on peut même se noyer dedans, mon Vladimir, comme dans tes yeux bleus. «  Je suis une femme amoureuse / Et je brûle d´envie de dresser autour de toi / Les murs de ma vie  » (2) Et en murs, moi je m’y connais ! Non seulement, je viens d’Avignon mais en plus papa était tailleur de pierres. Je m’y connais aussi en ponts, mais à moitié. «  C´est mon droit de t´aimer / Et de vouloir te garder  » (2) Tu sais mon Vladou, «  il n’y a qu’en chanson que je peux dire je t’aime  » (3). Ton message d’anniversaire envoyé en juillet dernier me chamboule encore le cœur quand je le relis : «  On vous aime comme une chanteuse brillante avec un talent extraordinaire et comme une personne charmante, bienveillante et communicative  » (4). Comme je le dis souvent, «  il faut profiter de se délecter et se dire qu’on s’aime  » (5).

Moi dans la cité des papes, toi dans le pays des popes, quand je suis loin de toi, surtout en cette saison, d’abord je coupe le chauffage, comme ça j’ai l’impression d’être dans tes bras au milieu de la toundra. Et ensuite j’allume la télé, et là tout me rappelle à toi. Avant de te connaître et de t’aimer, moi je croyais qu’Alep c’était du savon, maintenant je sais que c’est une ville de Syrie que tu as sauvée des mains des méchants rebelles. C’est décidé, je vais tourner mon prochain scopitone du remix de « Mille Colombes » là-bas. Je me vois déjà, brushing impeccable, robe blanche immaculée, debout au milieu des immeubles en ruine : «  Que la paix soit sur le monde / Pour les cent mille ans qui viennent / Donnez-nous mille colombes / A tous les soleils levant […] Demain partout les canons / Dormiront sous les fleurs / Un monde joli est un monde / Où l’on vit sans peur  »(6). Les copains de l’Armée Rouge n’étant plus, fais en sorte qu’il reste assez d’enfants vivants pour monter une chorale quand même !

L’important c’est que mon message de paix soit entendu dans le monde entier, je peux le chanter en neuf langues (7) si je veux. Car «  la paix c’est important, la terre ne tourne pas rond  » (5). Ah si seulement maman était encore là pour voir ça (8) ! [Pleurs]. Je t’ai déjà raconté que j’étais l’aînée de 14 enfants, que maman nous a élevés sans machine à laver ni lave-vaisselle, qu’elle faisait tout à la main ? (9) Je radote un peu, hein ? Mais j’ai beau t’avoir offert ma petite fleur il n’y a pas longtemps, j’ai tout de même 70 printemps. Tu me dis souvent que c’est dans les vieux pots que l’on fait la meilleure poutine (10) ! Et à chaque fois, ça me fait rire aux éclats mon kouglof. Et ton gentil copain dictateur que tu m’avais présenté au palais du Kremlin en 2008. Mais si, celui qui vivait sous une tente (11), comment il s’appelait déjà ? Sous le casque j’ai parfois des trous de mémoire… Mais si, celui qui a donné un peu de sous à mon Nicolas (12) pour sa campagne… Ah oui Mouammar Kadhafi ! Ben si je lui avais chanté mon message de paix, peut-être qu’il serait encore là !

«  Lorsqu’on me demande quel personnage m’a le plus impressionnée, je réponds notre Saint Père Jean-Paul II !  » (5) Toi tu viens juste après, mon Vladou. «  Ma vie, je l’ai gardée pour toi.  » (13) Tu m’as embarquée dans ton « Golouboï vagon » (14). En m’enseignant ta langue si mélodieuse. Te souviens-tu de mes premiers balbutiements  : « Kak tibia zavout ? Minia zavout (15) Mireille Mathieu ! » Avec l’accent car «  oui, j’ai gardé l’accent qu’on attrape en naissant du côté de Marseille […] C’est l’orgueil provençal, la gloire de Mistral, C’est l’accent de... Mireille !  » (16). Apprendre avec toi c’est un peu le goulag, surtout quand je me trompe dans les déclinaisons, mais j’aime tes coups de trique mon Vladou !

Grâce à ta méthode Assimal, euh, Assimil pardon, j’ai tellement progressé que début décembre j’ai même été nommée ambassadrice de la langue russe dans le Monde (3) ! On m’a même remis un diplôme d’honneur, dis donc, le premier depuis mon certificat d’étude, que j’ai redoublé d’ailleurs. Je suis fière mon Vladou. Presque autant que lorsqu’en 2010, j’ai été nommée conseillère d’une des plus hautes instances juridico-policières du pays (17), celle qui instruit des cas comme celui d’Ana Politkovskaïa… Elle t’a bien causé du souci celle-là ! Mais pas autant que les Pussy Riot ! «  Sacrilège  » (18) celles-ci ! Bon je sais toujours pas ce que je vais y foutre, moi, dans ce comité d’enquête russe auprès du parquet, mais si toi tu es content, alors je suis contente. Je me sens quand même un peu plus à ma place comme marraine du « Spasskaya Tour », qui regroupe chaque année les fanfares militaires du monde entier (3). Un vrai bonheur pour les oreilles !

On me reproche parfois notre belle histoire d’amour mon Vladou. Les gens ne savent pas qu’un cœur bat sous ta cuirasse. «  Ceux qui me critiquent tant mieux, ça veut dire que ça les dérange quelque part, je suis ravie.  » (19) «  On veut me faire croire que c’est là une histoire de celles qu’on peut oublier / Mon impossible amour je n’écoute pas, ne les entends pas / Moi je sais que je t’aime depuis le premier jour / Mon impossible amour qu’importe après tout tant mieux si c’est fou / On s’aimera quand même mon impossible amour.  » (20)

Ya tibia lioubliou (21)

Ta demoiselle d’Avignon

Samantha Rouchard

1. Diminutif de Vladimir en russe. Cette lettre est à lire en articulant chaque syllabe comme le ferait Mireille en se relisant à voix haute, sinon ce n’est pas drôle.

2. Une femme amoureuse - 1980

3. www.mireillemathieu.com

4.  Message relayé par l’ambassade de Russie

5. TV5 Monde. Emission L’Invité. Octobre 2014

6. Mille colombes - 1977

7. Mireille a interprété 1200 chansons en 9 langues.

8. En mars, Mireille a enterré sa maman de 94 ans qu’elle trimbalait partout en tournée.

9. Dans à peu près toutes ses interviews.

10. Nom d’un plat québécois composé de frites recouvertes de fromage fondu et de sauce brune.

11. Magazine Capital octobre 2012, Ces people qui cèdent aux avances des dictateurs

12. Mireille a chanté la Marseillaise en 2007 pour la victoire de Sarkozy. Il l’a nommée Officier de la Légion d’Honneur en 2011 (Chevalier depuis 1999)

13. Je ne suis rien sans toi - 1967

14. Le wagon bleu, chanson russe très populaire pour enfants. Tirée d’un film d’animation racontant l’amitié entre un crocodile et un petit animal que l’on ne sait pas définir.

15. Traduction : « comment tu t’appelles ? Je m’appelle Mireille Mathieu »

16. J’ai gardé l’accent - 1968

17. Le Figaro, septembre 2010, Mireille fait chanter la justice russe

18. Interview accordée à la tv russe en 2012 dans laquelle elle parle de « sacrilège » concernant la prière punk des Pussy Riot à l’intérieur d’une cathédrale. Une interview coupée au montage reprise en boucle par la tv française. lemonde.fr (8/12/2014) : Propos sur les Pussy Riot  : Mireille Mathieu fait condamner France Télévisions.

19. Le Figaro TV - Septembre 2014

20. Mon impossible amour - 1969

21. « Je t’aime » en russe

@-Leravi - http://www.leravi.org