Contact

Abo, dons, adhésions

Des médias vraiment pas pareils !

La fachosphère n’épargne pas la presse pas pareille...
le 21/03/2018

Sites de réinformation, conspirationnistes, amateurs de complots... Au sein du tiers secteur médiatique, on n’a pas toujours affaire à des « camarades »...

Vous pouvez lire gratuitement cette archive du Ravi. Mais l’avenir du mensuel régional pas pareil, qui existe car ses lecteurs financent son indépendance, est toujours entre vos mains. Abonnez-vous, abonnez vos amis, vos ennemis, faites un don...

« Comme un avion sans aile »  : la chanson de Charlélie Couture illustre à merveille la trajectoire de nos médias. Avec la baisse du Fonds de soutien à l’expression radiophonique (FSER) et la suppression des contrats aidés, Radio Galère, la radio associative marseillaise, porte très bien son nom. Mais, fin novembre, cette antenne s’est illustrée pour un autre fait d’armes dont elle se serait bien passée. Elle a failli se retrouver avec, sur son antenne, dans l’émission consacrée à l’actualité internationale de Comaguer (Comprendre et agir contre la guerre), Thierry Meyssan   ! L’ancien patron du «  réseau Voltaire  » qui, depuis « L’effroyable imposture »
- 
 qui aurait pu s’intituler «  le 11 septembre n’a pas eu lieu » - est devenu une figure de la galaxie des complotistes et autres conspirationnistes. Et qui, non content d’être proche du régime syrien, s’est affiché aux côtés d’Alain Soral, de Dieudonné ou encore d’un ancien du GUD, Frédéric Chatillon.

De quoi faire tache sur une radio dont la charte précise qu’elle « s’engage contre tous les systèmes d’exploitation et d’oppression, pour l’émancipation de l’humanité, pour le droit des hommes et des femmes ». Comme le résume Etienne Bastide, historique de Galère   : « Notre antenne est ouverte. Mais, là, sur une radio qui se veut antiraciste, antifasciste, c’était trop. Il y a discussion en CA et il a été décidé de ne par mettre à disposition de technicien.   » Meyssan n’aura donc pas eu droit de cité. Et Comaguer, sur son blog, de dénoncer «  la police de la pensée »...

Un cas loin d’être isolé. Si, jadis, il fallait aller dans l’arrière-boutique de certaines librairies, avec internet, ce qui était confiné se diffuse désormais à vitesse grand V. Et le petit monde des médias « pas pareils » n’est pas épargné. La naissance de la Coordination permanente des médias libres a été marquée par les débats autour de l’adhésion d’Inform’Action, un site toulousain d’éducation aux médias mettant à disposition une foultitude de vidéos dont la provenance, comme la proximité avec certains sites et certaines sources, ont conduit la CPML à l’écarter. Un débat encore vivace puisqu’on trouve sur le site d’Inform’Action un « dossier transparence  ».

Chaque demande d’adhésion fait l’objet d’un examen sinon de la ligne, du moins des contenus. Ont été récemment retoqués le site « AgoraVox  » (qui s’auto-proclame «  média citoyen » tout en traînant une sale réputation) ou « Paradigme & Perspectives », un site où l’on trouve d’emblée une interview d’Etienne Chouard et dont le fondateur est passé par «  Nexus  », un magazine faisant la part belle aux histoires d’extra-terrestres. Et qui s’affiche aux côtés des « médias indépendants   » ayant soutenu dernièrement « Envoyé Spécial » et « Complément d’enquête  »...

Pour notre collègue Yanis Youlountas, documentariste et fin connaisseur de ce phénomène, «  nos médias ne sont pas à proprement parler plus touchés que les autres. C’est plutôt la confusion, comme les idées d’extrême droite, qui gagne du terrain un peu partout ». En tête, l’invitation sur La radio insoumise du patron de l’UPR, Alain Asselineau, qu’il voit comme « la volonté de faire du buzz et d’attirer dans une perspective électoraliste le plus grand nombre avec des personnes à forte notoriété ».

A cela s’ajoute, au-delà de l’«  entrisme », toujours possible, « parfois, dans nos médias, un manque de connaissance, de rigueur ». Comme lorsque le Ravi s’est retrouvé, il y a quelques années, invité par le M’PEP, dans un débat sur les médias avec « Le Grand Soir » et « Bastille-République-Nation », le tout filmé par le « Cercle des volontaires »... Sans parler du fait que le mensuel qui ne baisse jamais les bras a tardé à supprimer sur son site, un lien vers celui d’Etienne Chouard, autrefois héraut citoyen du « non » à l’Europe libérale avant de se rapprocher de la galaxie rouge-brun et antisémite. Soupir de notre collègue : «  C’est comme avec Robert Ménard. Les gens évoluent. A l’époque du TCE, Chouard était proche de la gauche. Il faut donc être vigilant. Mais sans que cela ne soit un moyen de régler ses comptes. »

Sébastien Boistel

Enquête publiée dans le Ravi n°158, daté décembre 2017

L’avenir du mensuel régional pas pareil, qui existe car ses lecteurs financent son indépendance, est toujours entre vos mains. Abonnez-vous, abonnez vos amis, vos ennemis, faites un don...

@-Leravi - http://www.leravi.org