Contact

Abo, dons, adhésions

"On est un élément moteur de lobbying"

Contrôle technique d’une "fraternelle" de franc-maçons pro-Macron
le 4/09/2018

Nous avons testé, en avril, une "fraternelle" réunissant des francs-maçons pro-Macron. A lire avant de retrouver dans le Ravi, daté juillet-août 2018, notre nouveau "contrôle technique" lors du "roadshow" de Formule 1 sur le Vieux Port marseillais.

Vous pouvez lire gratuitement cette archive du Ravi. Mais l’avenir du mensuel régional pas pareil, qui existe car ses lecteurs financent son indépendance, est toujours entre vos mains. Abonnez-vous, abonnez vos amis, vos ennemis, faites un don...

19h50

le Ravi chez les « francs-macrons » ! Dans une brasserie anonyme à Vitrolles, ce 27 avril 2018, va se tenir une « fraternelle », réunion de francs-maçons se regroupant par affinité politique (Cf le Ravi n°158). Le cercle Giacometti - des macronistes du « 13 » - a invité un élu européen. Qui, après une réunion publique à Aix-en-Provence, va « plancher  » sur «  Europe et fraternité : les véritables enjeux  ». Sacré symbole après la loi sur l’immigration !

20h50

L’invité arrivé, la réunion (et le repas) peut commencer. Trônant au bout de la tablée en « U », notre « parrain » - le jeune quinqua à lunettes cerclées qui nous a « cooptés » - annonce la couleur : «  On est là pour parler de fraternité, d’Europe... Et donc tisser des liens pour constituer une fraternelle européenne. Mais on va devoir travailler sérieusement car il y a un journaliste parmi nous ! Vos noms ne seront pas cités. Pour le reste, tout dépend de vous.  » On sort notre objectif « Macron »…

20h55

Chacun se présente. En précisant l’obédience (il n’y a pas que le « Grand Orient »), le grade (il y a quelques « maîtres ») mais aussi la profession, le mandat : l’assemblée est masculine, grisonnante, « CSP+ » avec quelques élus (et pas mal d’animateurs de comités « EM »). L’invité ferme le ban. S’il n’est pas à En Marche, ce petit avocat dont on nous distribue le CV, soutient Macron pour «  son engagement européen  » et «  sa vision moderne, sa volonté de réformer  ». En attaquant l’entrée (pas question de parler la bouche pleine), on ne peut s’empêcher de penser à ce député européen belge qui a rhabillé Macron pour l’hiver.

21h20

Qu’y a-t-il de «  maçonnique  » dans l’Europe ? Même s’il monte un «  groupe d’élus européens francs-maçons  », pour notre parlementaire, «  l’Europe ne s’est pas constituée sur des valeurs franc-maçonnes. Mais on peut en trouver : la défense d’intérêts économiques, d’une civilisation...  » Et de plaider pour des réponses communes sur «  l’immigration, la défense, la diplomatie...  » Appelons ça la « longue marche » !

21h48

Repu, notre élu explique ce que la «  maçonnerie a pu faire au sein de l’Europe  ». Et de brandir la «  charte des droits fondamentaux  ». Dans le préambule : «  Les Allemands voulaient faire référence aux racines chrétiennes. On parle de "patrimoine spirituel et moral"… » Et « comme le mot "laïcité" est intraduisible, j’ai découpé le concept en morceaux, pour évoquer la liberté de penser, de croire ou non. En clair, la loi de 1905 !  » Sourires. Qui s’estompent lorsqu’il plaide (car «  il ne peut y avoir que des réponses nationales  ») pour une «  uniformisation juridique, politique et sociale  » sur l’immigration : «  Pour que personne ne se dise qu’il sera mieux traité ici qu’ailleurs.  » Welcome !

21h59

Commencent les « questions-réponses ». La 1ère fait glisser la discussion vers «  l’islam. Je n’aime pas le mot "invasion" mais voilà une religion qui régit des questions privées comme publiques. Qu’un type croit en Allah, on s’en fout. Pas qu’il remette en cause l’égalité homme/femme  ». Et de tiquer sur l’appellation «  musulman de France. Non : Français musulman !  » Son interlocuteur lui dit être catholique : «  Ça va, c’est pas contagieux !  » Comme Macron ?

22h02

A quand, tente notre voisin, une «  relance plus solidaire que monétaire  » ? Le couperet tombe : «  L’Europe sociale, ça n’existera pas. Elle n’en a pas les moyens, il faudrait qu’on ait tous le même niveau de développement et qu’on soit tous d’accord. On a une retraite par répartition, la sécu, des services publics. Va expliquer ça à un Finlandais !  » Et à Macron…

22h05

Et quid, interroge un ex-journaliste, d’«  une uniformisation du coût du travail  » ? L’élu, roublard : «  Ceux qui sont en bas sont ok pour égaliser. Mais expliquer à ceux qui touchent plus qu’ils vont toucher moins, j’sais pas faire !  » Macron non plus !

22h10

Question frontale : «  Tu connais comme moi l’Afrique. Les gens ne resteront pas sur place pour mourir !  » Réponse cash : «  L’aide au développement, c’est humain, ça permet de créer des partenaires, mais il y a un effet pervers : ceux qu’on sort de la pauvreté ont désormais de quoi payer le passeur.  » Tout en ajoutant : «  Je serais habitant d’une île à côté de Mayotte, bien sûr que j’irais y faire accoucher ma femme. C’est humain ! Mais aussi un problème de moyens. Et donc d’arbitrage. Or, si on ne pose pas le problème, les populistes vont le faire et leurs réponses finir par plaire.  » Un raisonnement qui résonne à Vitrolles !

22h15

Ça réagit… pour regretter qu’à la présidentielle «  la populiste était la seule à dire que c’était une connerie d’avoir viré l’autre en Lybie  ». Ce qui permet à l’invité de rappeler ses faits d’arme en diplomatie à Tripoli. Mais il demande au Ravi de lever sa plume. Sinon pour dire que ça n’a pas sauvé Kadhafi, qu’un «  bouchon a sauté  » et que «  l’Europe n’est pas le bon acteur. Sauf à dire ouvertement que l’on a intérêt à ce que la Lybie soit stable. Et puis, tu as déjà essayé d’avoir l’unanimité à 27 ?  » Déjà que chez Macron…

22h20

Ça sent la fin de repas : il propose une Europe «  plus refermée  » ! Sans toutefois écarter les derniers. Mais «  la Turquie, c’est hors de question. On n’a pas les moyens. Ni intérêt à avoir une frontière avec l’Irak. Même le Maroc a été candidat. Car pour un pays, l’Europe, c’est le jackpot. Mais faut un minimum de continuité territoriale.  » En revanche, côté francophonie, «  on a de moins en moins d’influence. Notamment au sein des jeunes élites.  » Et m… !

22h25

D’où cette réflexion d’un des convives : «  Pourquoi ne pas se servir des réseaux de la franc-maçonnerie pour réfléchir, au niveau national voire européen, sur des questions de société ?  » Le président du cercle et notre parrain, qui entourent l’invité, bondissent : «  C’est ce qu’on est en train de faire !  » L’élu opine du chef : «  On est un élément moteur de lobbying. Faut s’assumer !  » Et d’en profiter pour se demander, au passage, à quoi sert le Grand Orient : «  Le rite, c’est sympa mais, au bout d’un moment, il faut réfléchir sur des sujets de SO-CIE-TE !  » Aurait-il une dent contre la bande à Bauer ?

22h27

Rappelant l’objet du cercle («  raisonner, enrichir et faire résonner les idées qui permettent de mettre en marche un Humanisme moderne et universel  »), le président (qui aime couper les cheveux en 4 sinon il n’aurait pas la coupe de Mc Gyver) cible moins le « parti » que «  la base du mouvement  ». L’élu, dubitatif : «  Ce que tu proposes, j’y crois pas. Le Parti radical, il est né de francs-maçons qui en avaient marre de réfléchir en comités. Peut-être faudra-t-il créer directement un parti plutôt que de vouloir influencer ceux existants. Pour jouer au foot, faut un ballon !  »

22h30

L’invité va devoir se mettre « en marche ». Alors, notre parrain, «  ambassadeur  » du cercle au niveau « européen », lui demande s’il ne pourrait rencontrer à Bruxelles les frères parmi ses pairs. L’élu, jupitérien : «  J’vais pas t’inviter. Je vais vous inviter à un colloque que j’organise cet automne et qui est ouvertement maçonnique. Pour avoir la salle, j’ai dit qu’on était nombreux et qu’on ne comprendrait pas qu’on n’en ait pas. Du bluff. Mais puisqu’on a la réputation d’être partout !  » Notre parrain, qui ramait pour réunir un groupe prêt à débourser 600 euros pour 3 jours à Bruxelles, n’en revient pas. Parce que c’était son projet !

22h40

Ça vaut bien une standing ovation. Sur ordre du président, on se lève. On aligne nos «  canons  ». Main gauche en équerre sur la table, on les «  charge  ». «  Aux armes  » : on prend notre verre. «  En joue  » : on le lève. «  Feu  » : on boit. «  Grand feu  » : on boit un peu plus. «  Triple et parfait feu  » : on le vide. Puis, du bras, on fait «  3 équerres  ». On baisse le verre «  en 3 temps  ». Et l’on applaudit 3 fois, en clamant «  Viva ! Viva ! Semper viva !  »

Sébastien Boistel

Fraternelle « En Marche » 13

Nom : Cercle Giacometti

Objet : «  Raisonner, enrichir et faire résonner les idées qui permettent de mettre en marche un Humanisme moderne et universel  »

Création : janvier 2018

Président : J-L, conseiller municipal

Membres : plusieurs dizaines (adhérents ou sympathisants d’En Marche, de toutes obédiences)

Logo : une chaussure au centre d’une pyramide

La réunion testée par le Ravi

Thème : «  Europe et fraternité : les véritables enjeux ! »

Invité : un parlementaire européen (ancien député-maire du sud-est, avocat centriste, non adhérent d’En Marche)

Lieu : une brasserie dans le sud de Vitrolles

Menu : Tomate farcie en entrée, poulet-riz en plat, fraises à la chantilly en dessert, (café et vin compris)

Prix du triangle : 25 euros (apéritif offert)

Nombre de participants : 21 (dont 6 profanes, parmi lesquels un journaliste du Ravi)

Durée : 1h50 (dont 40 de repas)

Temps de parole :

De l’invité : 1 heure

Du président : 5 minutes

De notre « parrain » : 5 minutes

Des profanes : 0

Reportage publié dans le Ravi n°163, daté mai 2018

L’avenir du mensuel régional pas pareil, qui existe car ses lecteurs financent son indépendance, est toujours entre vos mains. Abonnez-vous, abonnez vos amis, vos ennemis, faites un don...

@-Leravi - http://www.leravi.org