Contact

Abo, dons, adhésions

En attendant Godot

le 1er/09/2006

PCF. A vouloir trop rassembler une gauche antilibérale, le PC pourrait finir par se retrouver seul. A moins qu’il ne retente le diable socialiste.

Au Parti communiste, le temps est suspendu. Tout à leur volonté d’un rassemblement de gauche sur un contenu antilibéral, du PS à la LCR, les fédérations s’activent pour tenter de trouver le compromis qui permettra de battre la droite. Avec, naturellement, comme premier horizon la présidentielle. Une échéance qui, comme à la LCR, risque de décider de tout. Enfin, presque. La réaffirmation de Marie-Georges Buffet de ne pas fermer la porte à des alliances avec le PS pour les législatives (comme pour la présidentielle, si la formation socialiste revient à des ambitions antilibérales) plombe pour l’instant toute possibilité d’accord avec le parti du facteur. Ce jeu d’alliances (dans dix circonscriptions sur 40) avait permis en 2002 l’élection de Michel Vaxès dans les Bouches-du-Rhône, un des deux députés communistes de la région, avec Frédéric Dutoit à Marseille.

C’est donc tout naturellement que, pour l’instant, tout en gardant en tête l’impact de la présidentielle, les pronostics sont énoncés en termes de « gauche ». « Les gens ne demandent pas à avoir des communistes pour des communistes, même si je souhaite qu’il y en ait, mais plus de députés de gauche sur un véritable contenu de gauche », affirme ainsi Frédéric Dutoit, le député de la 4e circonscription des Bouches-du-Rhône. Dans cette optique, il juge six circonscriptions « gagnables » dans son département : trois à Marseille (1re, 3e et 5e) et trois en-dehors (Arles, Aubagne, Gardanne).

Bien que largement partagée, cette évolution vers un grand rassemblement antilibéral n’est cependant pas sans poser problème. Certains militants craignent en effet que le PC y perde son identité. Conscient du risque, Robert Injey, secrétaire départemental de la fédération des Alpes-Maritimes, estime cependant qu’un compromis est envisageable : « Une répartition proposant 70 % de candidatures unitaires de gauche pourrait être une solution, et rien ne nous empêche de mener une campagne de rassemblement en même temps qu’une communiste, comme nous l’avons fait pour les régionales de 2004 et le référendum constitutionnel ». Une gauche rassemblée peut, selon lui, gagner trois circonscriptions dans son département.

Un pronostic que partage Jean Hénion pour le Var. Le secrétaire départemental ne rêve toutefois pas à une possible élection d’un député communiste. « Cela fait 50 ans qu’il n’y en a plus dans le département », rappelle-t-il. Son principal objectif est d’ailleurs tout autre : ramener les gens à la politique en leur proposant des perspectives et des solutions aux problèmes quotidiens. « Pour nous il s’agit de remonter la pente et de faire le meilleur score », avoue-t-il. Un objectif qui pourrait finalement être le seul pour les communistes de la région. J-F.P.

PCF

2 députés sortants : Bouches-du-Rhône : Frédéric Dutoit et Michel Vaxès.

40 candidats ? : Le PCF ne se prononcera pas avant mi-novembre et son choix pour la présidentielle.

@-Leravi - http://www.leravi.org