Contact

Abo, dons, adhésions

La Côte d’Azur à bout de souffle

le 1er/04/2006

Nice ne s’est jamais vraiment remise de son annexion à la France, en 1860. Non pas que la République ait été ingrate avec elle : elle a plutôt été absente. Coup de force institutionnel qui mit fin à l’indépendance du Comté, l’annexion augurait mal de ce qu’allait être la République à Nice. Elle entraîna dans un premier temps le départ vers l’Italie de la bourgeoisie éclairée, remplacée par des paysans enrichis qui allaient s’enrichir plus encore en investissant dans l’immobilier. Déjà... Les Médecins étaient des produits de cette élite peu cultivée (Jacques avait à peine le bac) dont ils défendaient les intérêts. Jacques Peyrat, tribun brutal, flatte la même clientèle, sans le même succès. Le résultat de ces décennies d’immobilisme politique et d’absence d’imagination est catastrophique. Nice, ville sans industrie, a tout misé sur le tourisme dont elle subit les fluctuations et les désagréments. L’immobilier est inabordable, la circulation impossible, l’économie moribonde. La politique culturelle municipale symbolise à elle seule où en est Nice : la Ville préfère promouvoir soit l’opéra, soit des héroïnes de téléréalité, plutôt qu’encourager les jeunes artistes ou créer, enfin, une salle de concert pour les musiciens niçois. Aujourd’hui, alors que ce modèle de développement et de gestion de la ville semble exsangue, les Niçois sont face à un choix crucial pour l’avenir. Nice se rajeunit. Des Niçois s’organisent pour promouvoir un autre modèle de Côte d’Azur, rejoints par de nouveaux arrivants, jeunes, diplômés, qui attendent autre chose de la politique municipale qu’une continuation sous d’autres noms du « médecinisme ». Mais par ailleurs, on sent bien Nice tentée de s’offrir à un bébé Médecin, quel que soit son nom. Saura-t-elle résister ?

Gilles Mortreux

AU SOMMAIRE

Une situation migratoire compliquée : Entretien avec le sociologue Christian Rinaudo...

Imbu roi : Peyrat et ses oeuvres

Tradition locale : Chroniques judiciaires

Patrick et Patrick voient l’avenir en rose : Une ville de droite va se donner à la gauche ?

Le Billistère de la santé : Une conseillère municipale lutte contre le chikungunya

Salade niçoise dans le stade : Foot et identité

Le modèle californien perdure : Chaud, chaud les transports

NDLR Jacques Peyrat et ses services n’ont pas pris le temps de répondre, ne serait-ce que négativement, à nos demandes d’entretiens. Elles ont pourtant été multiples et répétées : courrier électronique, téléphone, fax... Fallait-il essayer par pigeon voyageur ?

@-Leravi - http://www.leravi.org