Contact

Abo, dons, adhésions

Tsunami bleu, stop ou encore ?

le 2/06/2007

Paca a offert à Nicolas Sarkozy, le 6 mai, une victoire sans appel avec près de 9 % de plus que sa moyenne nationale, soit 61,84 % des suffrages. Les députés UMP comptent surfer sur cette vague pour conforter leur hégémonie lors des législatives. Si les électeurs du Front national restent fidèles au parti du président qu’ils ont adoubé, compte tenu d’un centre plus faible et plus conservateur qu’ailleurs, l’issue des scrutins des 10 et 16 juin ne fait guère de doute dans la région...

Sous le soleil en Sarkoland

Le nouveau président de la République aime la Côte d’Azur, ses yachts, et le fort de Brégançon, résidence d’été des chefs d’Etat à Bormes-les-Mimosas (83) où il fait bon faire son jogging. Au regard des résultats du second tour des élections présidentielles, il y est de fait chez lui. Les Alpes-Maritimes battent tous les records. Sarko y a obtenu son meilleur score en France, départements d’Outre-Mer inclus, en recueillant 68,08 % des suffrages. Le nouveau 1er ministre, François Fillon, aurait eu, selon le Canard enchaîné, un commentaire lapidaire : « tous des vieux et des fachos, il n’y a pas de quoi être fier ».

De fait, 68 % des plus de 70 ans ont voté en France pour le candidat UMP. Seulement 42 % des moins de 24 ans... Le Var n’est pas en reste avec 65,54 % des suffrages pro-Sarko (3ème score départemental). Mais le Vaucluse (60,72 %) et les Bouches-du-Rhône (58,03 %) réalisent aussi de belles performances. Seules les Alpes de Haute-Provence et les Hautes-Alpes ont voté comme le reste du pays. Résultat : Sarkozy est arrivé en tête dans 38 des 40 circonscriptions de la région. Deux exceptions : Ségolène Royal a mené le jeu dans les 4ème (Dutoit, PCF) et 7ème (Andrieux, PS) circonscriptions marseillaises. Chaud bouillant, donc, pour les 4 députés socialistes et les 2 députés communistes qui apportaient une touche rose et rouge en Paca !

OPA sur le FN

La région s’est aussi distinguée, le 6 mai, en accordant une progression de 25 points en moyenne à Nicolas Sarkozy entre le 1er tour et le 2nd tour des présidentielles, phénomène particulièrement important dans le Var. Explication : la quasi-totalité des électeurs du Front national et une bonne partie de ceux de François Bayrou ont reporté leurs suffrages sur Nicolas Sarkozy. Il réalise ses meilleurs scores, en Paca comme en France, là où le Front national avait triomphé en 2002. Les électeurs d’extrême-droite se sont-ils assagis ? Ou bien la droite a-t-elle fait siens, les thèmes qui jusqu’alors les avaient séduits ? La campagne intensive et musclée, avec des accents sécuritaires « décomplexés », que Sarkozy a menée sur nos terres a visiblement été fructueuse. Les députés UMP soucieux d’être réélus veilleront sans aucun doute à dupliquer une méthode qui fait ses preuves...

En ville, comme à la campagne

En France, Ségolène Royal a souvent dépassé Nicolas Sarkozy, ou fait jeu égal avec lui, dans les grandes villes. Une tendance qui ne se vérifie pas en Paca. Et qui peut donner quelques raisons d’inquiétude à la gauche à moins de dix mois des élections municipales. Nice a offert à Sarko 65,34 % des suffrages, Toulon 62,77 %, Marseille 58,03 %. Dans la cité phocéenne, la situation est contrastée avec de très bons résultats pour Ségolène Royal dans les quartiers populaires du centre ville où elle progresse nettement par rapport aux scores réalisés par Lionel Jospin en 1995 (63,55 %, 1er arrondissement ; 58,63 %, 2ème ; 59,79 %, 3ème ) Mais, tout en conservant la tête dans les 14ème, 15ème et 16ème arrondissements, elle y perd du terrain (54 %, 55,34 %, 55,91 %). Sarkozy fait la course en tête dans les 9 autres arrondissements. Avec des pointes à 67,03 % dans le 8ème et 64,80 % dans le 12ème. Si l’on regarde les circonscriptions, Sarkozy domine clairement dans 5 d’entre elles (1ère, 2ème, 5ème, 6ème, 8ème). Royal mène dans deux autres (4ème, 7ème). Sarkozy a un léger avantage dans la 3ème (50,43 %). Par contraste, les 47,98 % de Ségolène Royal à Avignon apparaissent presque comme un succès éclatant. De quoi perturber, en tout cas, la fin du mandat de Marie-Josée Roig, la députée maire UMP.

Géographie élective

En attendant de batifoler à nouveau dans les bureaux de votes, les 10 et 17 juin, portez un dernier regard édifiant sur les résultats des présidentielles. Vous êtes un fan absolu de Sarko, de Cécilia, du petit Louis et de Johnny ? Passez vos vacances ou, mieux encore, installez-vous (en travaillant beaucoup plus, pour gagner peut-être un jour un petit peu plus) de préférence dans les Alpes-Maritimes à Mandelieu-la-Napoule (Sarko, 75,69 %), Mougins (75,50 %), Cagnes-sur-Mer (Sarko, 71,42 %) ou dans le Var à Sainte-Maxime (76,67 %), Saint-Raphaël (75,12 %), Sanary-sur-Mer (73,23 %), Fréjus (70,80 %). Autant d’endroits, on le sait, où la France se lève tôt et fait preuve d’une hyperactivité laborieuse permanente. A l’inverse, si vous aimez l’ordre et la sécurité, pourvu qu’ils soient « justes » et « durables », aficionados de Ségolène, les alternatives sont plus réduites pour poser vos bagages en dehors du centre de Marseille ou de ses quartiers Nord. Digne-les-Bains dans les Alpes-de-Haute-Provence est la seule ville de Paca où Ségolène Royal arrive en tête avec 50,07 % et 13 voix d’avance ! Elle loupe son coup de 17 voix à Fos-sur-Mer dans les Bouches-du-Rhône (50,09 %) et de 35 voix à Briançon dans les Hautes-Alpes (49,73 %). Une flaque rose dans un océan bleu.

Michel Gairaud

AU SOMMAIRE
- Ni rose, ni couronne : Le duel UMP-PS
- Lendemains qui déchantent : La solitude du PCF
- De l’autre côté du miroir : Le centre se cherche
- La tentation sarkozyste : Rapt des électeurs du FN
- Aux urnes citoyens ! Tour d’horizon des « circos »

@-Leravi - http://www.leravi.org