Contact

Abo, dons, adhésions

Le coin des publiphobes

le 2/04/2008

La finalité des « sucettes » et autres supports de la SA JC Decaux, c’est bien entendu l’affichage des « messages » publicitaires. Des associations dénoncent le saccage des paysages et la propagande intensive à laquelle nous soumet la pub. Quelques adresses et initiatives.

La nébuleuse des anti-pubs Les anti-pubs organisés se font discrets en Paca ; à l’image du collectif « Stopub » marseillais. Il avait réuni 150 manifestants sur la Canebière, en 2004, pour soutenir 62 militants parisiens traduits en procès par la RATP parce qu’ils avaient barbouillés des affiches dans le métro. Depuis, les publiphobes phocéens sont retournés dans la clandestinité. Recouvrir des affiches est un délit. Ceux qui veulent s’organiser dans la région pour protester contre l’invasion des supports et du discours publicitaires rejoignent souvent des réseaux nationaux : les casseurs de pub, le RAP (Résistance à l’agression publicitaire), la Brigade anti-pub, les « déboulonneurs ». En juin 2007, l’Alliance pour la planète (34 associations comme Agir pour l’environnement, Greenpeace, le WWF) et la fédération France nature environnement ont créé un observatoire indépendant de la publicité pour sanctionner les activités publicitaires irresponsables en matière d’environnement. De son côté, l’association Paysages de France mène notamment un vigoureux combat juridique pour faire respecter le droit concernant l’affichage et les enseignes commerciales. Un droit en permanence bafoué.

Pour en savoir plus : paysagesdefrance.org ; www.casseursdepub.org ; www.antipub.org ; www.bap.propagande.org ; www.deboulonneurs.org

Expo « greenwashing » à Marseille

Le collectif K system, qui regroupe six étudiantes du Master information et communication de l’Université de Provence, interroge le phénomène de « blanchiment écologique » très en vogue dans l’univers du marketing. Objectif du « greenwashing », le nom de cette nouvelle marotte des « pubards », selon K system : « donner un vernis écologique à des entreprises ou des produits qui ne le sont pas ». Plutôt que de verser dans la dénonciation ou de longs discours, le collectif a monté une exposition avec des affiches, du packaging, des installations multimédias, détournant avec humour les arguments, le langage et l’univers graphique des publicitaires. Façon de jouer la carte de l’absurde pour inciter le public à réagir et réfléchir... Exposition « Greenwashing », « le blanchiment écologique ou l’envers de la pub ». Du 8 au 11 avril au Point de Bascule. 108 rue Breteuil. 13006 Marseille. www.myspace.com/expogreenwashing.

Semaine internationale sans TV

Relayé en France par l’association « casseurs de pub », la semaine internationale sans TV se déroule en 2008 du 21 au 27 avril. Mot d’ordre ? Se désintoxiquer du petit écran en le laissant éteint toute cette semaine. Motif ? Les français restent en moyenne 3 heures 30 devant leur poste, ingurgitant au passage de nombreux spots publicitaires. Mot d’ordre ? « L’entreprise d’abrutissement télévisuel ou un avenir désirable ? Soyons réalistes, il faudra choisir ! Coup de chance, cette année la « journée mondiale du livre et du droit d’auteur », organisée par l’Unesco, tombe le 23 avril. Renseignement : www.casseursdepub.org

@-Leravi - http://www.leravi.org