Contact

Abo, dons, adhésions

Les droits de l’homme, faux nez de la scientologie

le 1er/05/2004

Les scientologues s’en prennent aux psychiatres de l’hôpital Sainte Marie à Nice, au nom des droits de l’homme : c’est l’hôpital qui se fout de la charitré, en quelque sorte.

JPEG - 14.4 ko

Début avril, la Commission des citoyens pour les droits de l’homme alerte les médias locaux : il y aurait dans les Alpes-Maritimes, « des internements abusif ; un usage excessif des hospitalisations d’urgence en service psychiatrique ». L’association parisienne veut poursuivre en justice l’hôpital psychiatrique Sainte-Marie de Nice, en s’appuyant sur les rapports de la Commission départementale des hospitalisations psychiatriques (CDHP) qui pointe du doigt, en effet, une augmentation importante des hospitalisations sous contrainte. Sont considérées « sous contrainte », les hospitalisations à la demande d’un tiers et les internements d’office, prononcés par arrêté préfectoral si les troubles mentaux de la personne compromettent la sûreté des personnes ou portent atteinte à l’ordre public.

Nice-Matin, consciencieux quotidien local, consacre donc, le 14 avril, une page entière à cet inquiétant problème, avec des petits sous-titres alarmants comme « Interner quelqu’un, rien de plus simple ! » et des hypothèses non moins délirantes : « La Côte d’Azur n’est-elle qu’une cage dorée dans laquelle seraient enfermés des patients piégés par un entourage malveillant, ou par les délires sécuritaires du corps médical ? »

La secte des droits de l’homme !

Malgré les guillemets, l’utilisation du conditionnel et le rappel de la procédure de l’hospitalisation sous contrainte qui n’est pas si simple (1), le journaliste omet un détail et non des moindres. La Commission des citoyens pour les droits de l’homme (CCDH) est en réalité un organisme directement (et publiquement) lié à l’Eglise de scientologie, et qui ne compte pas moins de 128 groupes dans 28 pays, tous placés sous l’égide du bureau situé à Los Angeles. Cette commission a été dénoncée à plusieurs reprise par la très officielle Ligue française des Droits de l’homme pour « la confusion intolérable que cette commission entretient, par sa dénomination et son sigle, avec la Ligue et l’appropriation de la notion des droits de l’homme par une pseudo “Eglise”, qualifiée de secte dans un rapport parlementaire. A ce titre, elle prend systématiquement à partie le corps médical, particulièrement les psychiatres, auquel elle reproche de dénoncer ses méthodes » (2). Particulièrement active depuis cinq ans, elle est aussi citée dans le Rapport sur les dérives sectaires, remis au Premier ministre en janvier 2004. « Depuis la fin de l’année 2000, la CCDH et Ethique et Liberté, tous deux liés à l’Eglise de scientologie, ont émis de très nombreuses demandes de copies de rapports, de lettres, d’avis... auprès de la Commission d’accès aux documents administratifs (CADA), notamment sur les dispositifs de lutte contre les dérives sectaires et les hospitalisations psychiatriques sous contrainte. Des demandes, qui par leur volume et leur caractère répété, se révèlent être un moyen de pression contre les administrations. » Ainsi, juste pour les hospitalisations psychiatriques sans consentement, M. Grossman, président de la CCDH, a entre autres demandé en 2001, 2002 et 2003, la copie des rapports annuels d’activité des CDHP pour 89 départements.

Plus on est de « fous », moins on rit

L’augmentation des hospitalisations sous contrainte est réelle et importante. Mais les CDHP, composées de juges, médecins et représentants des malades, instituées en 1990 en vue d’examiner la situation des personnes hospitalisées au regard du respect des libertés individuelles, n’ont pas constaté d’hospitalisations abusives. L’hôpital psychiatrique n’est plus « l’asile » d’hier. D’une manière générale, les CDHP expliquent plutôt cette augmentation par l’élargissement du profil des personnes pour lesquelles une mesure d’hospitalisation sous contrainte est ordonnée : personnes dépendantes aux produits toxiques, victimes de troubles du comportement, malades perturbateurs ou violents. Par ailleurs, de nombreuses études montrent que le besoin de recourir à l’hospitalisation, quelle qu’en soit la forme, est augmenté de façon massive par les caractéristiques du milieu du malade analysé en termes de réseau social. Lorsque la capacité de soutien du réseau social diminue, le besoin de recourir à une prise en charge collective en cas de dépendance augmente. (3) Dans un département comme celui des Alpes-Maritimes, durement touché par la précarité et l’isolement, destination ultime de certains « voyageurs du non-retour », l’augmentation inquiétante de l’hospitalisation psychiatrique s’inscrit plutôt dans une logique de souffrance sociale. A l’heure où s’ouvrent les Etats généraux de la santé, les différentes provocations et entraves administratives de l’Eglise de scientologie, relayées ainsi par la presse locale, risquent de venir conforter ceux qui veulent « serrer la ceinture » à la prise en charge hospitalière psychiatrique, et ce, au détriment de l’un des véritables droits de l’homme, celui d’être soigné.

V. PATTE

1 - Hospitalisation sur demande d’un tiers (proche ou parent) : demande manuscrite accompagnée de deux certificats médicaux, établis par deux médecins différents et datant de moins de quinze jours. Dans les vingt-quatre heures de l’admission, le malade doit être examiné par un psychiatre qui confirme ou infirme l’hospitalisation. Le malade est à nouveau examiné dans les quinze jours qui suivent l’hospitalisation. 2 - Rapport annuel de la Ligue des Droits de l’homme, 1999. 3 - L’asphyxie programmée de la psychiatrie publique, Bernard Odier (psychiatre) et Jean-Pierre Escaffre (CNRS), ATTAC, mars 2004.

@-Leravi - http://www.leravi.org