Contact

Abo, dons, adhésions

Moi, Myriam Lamare Boxe, boxe !

mars 2010
le 4/06/2010

Minuit, Marseille, dans une cave au 11 place du 4 septembre. Sur un ring improvisé, Michel Vauzelle fait face, torsu nu, à Patrick Mennucci. Pour les besoins de l’entraînement, son directeur de campagne porte des petites lunettes rondes et un pin’s UMP. Bref, il s’est grimé en Thierry Mariani. Une seule personne assiste à la scène : Myriam Lamare, septuple championne de boxe. Elle lance le signal du premier round et coache aussitôt le candidat. « Ne rentre pas dans son jeu, donne des bons coups au corps. Fais-lui mal ! » Le visage de Michel Vauzelle, écarlate, brille dans la semi-obscurité. Il fait preuve d’une agilité étonnante, tournant à toute vitesse autour de son adversaire. « Faut aller le travailler ! Ton crochet gauche ! Cadre-le ! Attention aux répliques ! ».

Pas de chance ! Alors que Battling Michel se réjouit d’un direct balancé-jeté dans le buste de Mennucci-Mariani, celui-ci réplique d’un violent uppercut au visage. Vauzelle s’effondre, KO, le nez ensanglanté. « Oh putain ! Je l’ai défiguré alors qu’on a un plateau sur France 3 demain soir. Myriam je t’avais bien dit que c’était une connerie cette mise en scène ! ». Et Patrick Mennucci, de quitter la pièce, furieux, en emportant son candidat, sonné, sur l’épaule. Myriam Lamare reste calme.

« On y gagne en maturité pugilistique ! »

C’est le métier qui rentre. J’ai annoncé la couleur lors de la conférence de presse pour présenter ma candidature : « Je vais passer de la théorie à la pratique ! » (1). Je l’ai expliqué aux journalistes : « Mon ambition dans cette campagne est de donner du punch aux équipes du président sortant » (2) L’entraînement cette nuit, ce n’est qu’un début. Je vais les désinhiber cette bande de mollassons ! Un nez cassé ? C’est pas bien grave ! « Bien sûr, quand on est dans la difficulté, la souffrance, la douleur physique ou psychologique, on a forcément des moments de doute ». (3) Mais on y gagne en maturité pugilistique !

J’ai pas fait l’Ena. J’ai arrêté l’école à 17 ans pour ramener un peu d’argent à ma famille. Je suis pas née avec une cuillère en argent dans la bouche. J’ai grandi à Aubervilliers. Ma mère est d’origine algérienne. Mon père, fils de Breton, était manutentionnaire. Gamine, j’aurais bien aimé être une grande championne dans un sport élitiste, la natation par exemple. Mais c’était pas jouable dans mon milieu. Sans avoir les moyens de m’inscrire dans un club, j’ai commencé le sport en amateur. J’ai pratiqué l’athlétisme, du 400 mètres haies, pendant six ans. Et puis, en Martinique, où je bossais dans la petite restauration, j’ai découvert le full-contact, le kickboxing.

J’ai gardé des bons rudiments. Cela va être utile dans cette campagne. Christian Estrosi manque de respect à notre tête de liste dans les Alpes-Maritimes ? J’enseigne à Patrick Allemand le jumping-back-kick, la technique du coup de pied en arrière sauté. Hubert Falco la ramène un peu trop dans le Var ? Robert Alfonsi maîtrise parfaitement le hammer kick, un fameux coup de pied retombant porté avec le talon. Bernard Deflesselles fait encore le malin ? Je vais apprendre à Michel Vauzelle le straight knee-thrust, un coup de genou direct qui recadre avantageusement le débat.

« J’aime marier l’esthétisme à la puissance »

Il n’est jamais trop tard pour apprendre. Le noble art, la boxe anglaise, j’ai commencé à le pratiquer seulement à 24 ans. Et avec succès s’il vous plaît : en carrière pro, 20 combats, 17 victoires dont 9 par KO, 4 fois championne de France, 2 fois d’Europe, une fois du monde. Je vous entends ricaner : la boxe c’est un truc de bourrins qu’il vaudrait mieux réserver aux hommes. Double impact, double erreur ! « Comme reflet de la vie, il n’y a pas plus proche que la boxe qui touche l’intégrité physique et morale de l’être humain » (4) Et puis les femmes sont l’avenir de la boxe : « elles prennent comptant l’aspect curatif et libérateur de ce sport » (4)

N’empêche. A 35 ans, il est temps que je me recase. J’ai appris le piano. Comme Canto, j’aimerai bien tâter de la peinture, monter sur les planches d’un théâtre, m’essayer au cinéma. Mais faut faire preuve de réalisme. Depuis 2004, j’émargeais, pour mettre du beurre dans mes épinards, comme agent administratif à la Ville de Marseille, un contrat d’athlète de haut niveau. Merci Gaudin et bye-bye ! « Myriam Lamare a une puissance de conviction étonnante. Elle n’a pas froid aux yeux » (1), qu’il a dit Vauzelle. Il m’offre une place éligible, en deuxième position dans les Bouches-du-Rhône : du super lourd ! Maintenant je reste lucide. S’il m’a choisie c’est parce qu’il sait aussi que mon nom va faire un buzz ces prochaines semaines. Car en attendant de jouer du Shakespeare, j’ai accepté de faire le clown à Koh-Lanta.

Et oui ! Je suis l’un des six sportifs en pré-retraite à participer au « choc des héros », une édition spéciale de l’émission de télé réalité la plus populaire de TF1. Le tournage a eu lieu en novembre en Nouvelle-Calédonie. La diffusion se sera probablement en avril, au moment de prendre mes nouvelles fonctions de Conseillère régionale. J’ai eu l’honneur de patauger dans la boue et manger des insectes avec Franck Leboeuf, illustre marseillais lui aussi, et Frédérique Jossinet, la judokate qui pantoufle à la ville de Paris aux côtés de Bertrand Delanoé.

J’ai toujours dit « non seulement on doit avoir du punch, mais aussi de l’allure. J’aime bien marier l’esthétisme à la puissance » (5) A koh-Lanta, l’esthétisme, c’était pas vraiment au programme. Du réalisme, toujours du réalisme ! J’ai quand même appris quelques trucs là-bas. Cela me donne même des idées pour un training entre les deux tours : un petit stage de survie de 24 heures pour souder les candidats rescapés après la fusion des listes, avec quelques épreuves de confort et d’immunité. Les écolos vont apprécier... Faut que j’en parle à Mennucci...

Par Rackham

(1) Vidéo sur le site de campagne www.vauzelle2010.fr (2) La Provence, le 25/01/2010 (3) La Provence.com, le 22/10/2009 (4) Le Figaro, le 16/03/2009 (5) Le Monde, le 10/11/2004

@-Leravi - http://www.leravi.org