Le dessous des Pieds noirs - octobre 2004

Le dessous des Pieds noirs

le 1er/10/2004

Plus de quarante ans après leur arrivée d’Algérie, les pieds noirs font toujours l’actualité : comédie musicale, voyage des rapatriés en Algérie, projet d’un Mémorial national à Marseille... En Provence, là où les rapatriés ont le plus souvent posés leurs bagages, les plaies sont vives mais la fin du deuil semble désormais possible... Lorsqu’ils débarquent en Provence, en 1962, les rapatriés d’Algérie ont peut-être trouvé quelques réconforts en y découvrant (...)

Lire la suite...

Les enfants de la malle...

le 1er/10/2004

Avec « les enfants du soleil », le spectacle musical d’Assous, Barbelivien et Arcady, Marseille voudrait se réconcilier avec les pieds noirs qu’elle a mal accueilli. N’hésitant pas à louper le dernier « Prime » de la Star Academy, nous nous sommes déplacés pour vous donner un avant goût du spectacle avant sa tournée nationale. D’abord l’embarquement. Des hôtesses vendent du pop-corn comme au cinéma, proposent le programme ou le disque, des fois qu’on ne (...)

Lire la suite...

« Les pieds-noirs ne votent pas massivement pour le Front National »

le 1er/10/2004

Doctorante, Emmanuelle Comtat termine une thèse sur les relations que les pieds-noirs d’Algérie et leurs enfants entretiennent avec la politique aujourd’hui. Parmi ses terrains d’étude : les Alpes-Maritimes. Les pieds-noirs sont-ils des conservateurs ? « Contrairement à ce que l’on croit, les pieds-noirs étaient, avant 1962, majoritairement à gauche. Toutes les opinions politiques existaient en Algérie mais la population française, essentiellement constituée de (...)

Lire la suite...

Pourquoi vouloir bouter Boutef ?

le 1er/10/2004

Lorque Geneviève Lévy, député UMP de Toulon, reçoit des associations de pieds noirs et de harkis émues par la venue pour la commémoration du débarquement de Provence de M. Bouteflika, connu pour ses déclarations hostiles aux harkis, sont sang ne fait qu’un tour ! Partageant leur indignation, la député varoise adresse une question écrite au Ministre des Affaires Etrangères. Puis cosigne une lettre ouverte au Ministre avec Claude Goasguen et soixante autres députés UMP, qualifiant (...)

Lire la suite...

Un mémorial, des mémoires

le 1er/10/2004

3624 m2 de surface utile, cinq niveaux, un centre de ressource, une salle de conférence de 200 places... Jamais avare d’effets de manche, Jean-Claude Gaudin a convoqué la presse pour annoncer la pose de la première pierre, boulevard Rabatau dans sa bonne ville de Marseille, du futur « mémorial national de l’outre-mer »... en octobre 2005 ! Si tout va bien, il faudra tout de même attendre début 2007 - année électorale - pour que l’équipement ouvre ses portes. Son objectif (...)

Lire la suite...

Confusion des guerres

le 1er/10/2004

Les cérémonies du débarquement dans le Var se voulaient un hommage collectif aux troupes coloniales venues libérer la Provence en août 1944. Las ! Une fausse note a entaché les célébrations de Saint-Raphaël, lors de la cérémonie du souvenir organisée le 16 août. En effet, à l’issue de la cérémonie publique organisée sur le port, le cercle algérianiste de Saint-Raphaël avait convié ses adhérents à une cérémonie privée, sur le même lieu... public. Jordan Pouille, journaliste à Var (...)

Lire la suite...

Melchior le bâtisseur

le 1er/10/2004

Chassés d’Algérie, accueillis froidement, des rapatriés ont fondé une ville, Carnoux-en-Provence, pour retrouver des « racines ». Rencontre avec Melchior Calendra, l’un des pionniers de cette épopée provençale. « Toute minorité a besoin de se retrouver majoritaire quelque part ». Melchior Calandra n’est plus le fringuant trentenaire qui, avec sa femme et ses trois enfants, a débarqué en France en 1962. Mais l’énergie qui l’a aidé, durant sa vie, à surmonter (...)

Lire la suite...

Algérienne de France

le 1er/10/2004

Une poignée de français d’Algérie ont souhaité la décolonisation. Certains ont refusé de prendre leur valise. Ils n’ont pas fini dans un cercueil. Rencontre avec Michèle Fourny, française de nationalité, algérienne de coeur. « Ah, mais vous êtes algérienne ! », s’exclament souvent les fonctionnaires du consulat algérien, en ouvrant le passeport de Michèle Fourny. La remarque n’est pas pour lui déplaire. C’est un signe qu’elle sera toujours la bienvenue (...)

Lire la suite...

@-Leravi - http://www.leravi.org