A qui profitent les services publics - novembre 2004

A qui profitent les services publics ?

le 1er/11/2004

La question peut être posée, au vue de l’empire qu’est devenue la Générale des eaux (1), au départ simple marchande d’eau, et au regard des nombreux scandales et affaires liées aux délégations de services publics. Votée en 1993, la loi Sapin cherchait à prévenir la corruption en clarifiant les procédures publiques, et par là même à favoriser la concurrence. On ne sait si le premier objectif a été rempli, mais de sérieux doutes pèsent sur le second. S’il est (...)

Lire la suite...

Un enjeu pour la démocratie

le 1er/11/2004

En déléguant la gestion de leurs services publics, les collectivités locales ont favorisé la corruption et permis l’émergence de quelques grands groupes aujourd’hui en position dominante. Les services publics sont soit nationaux, définis et organisés à l’échelle de chaque territoire national, soit locaux, et relèvent alors le plus souvent de la compétence des communes ou de regroupements de communes. Ces derniers recouvrent essentiellement la distribution de l’eau, (...)

Lire la suite...

Utilité de la délégation

le 1er/11/2004

L’examen de la SEMIACS, la société d’économie mixte qui gère les transports urbains à Nice, montre bien la désinvolture avec laquelle la Ville de Nice administre ses services publics. Et prouve également l’omniprésence de Véolia et de ses filiales. La SEMIACS, de son vrai nom Société d’économie mixte intercommunale pour l’amélioration de la circulation et du stationnement, a en charge depuis 1990 la gestion des transports urbains à Nice, au travers de deux (...)

Lire la suite...

Où va la RTM ?

le 1er/11/2004

Quand les transports en commun sont gérés en régie, comme à Marseille, les rapports avec l’autorité organisatrice ne sont pas moins ambigus. La Régie des transports marseillais (RTM) existe depuis 1950 et dépend aujourd’hui de la communauté urbaine Marseille Provence Métropole (MPM). A Marseille, la RTM, qui sous-traite peu, a toujours été instrumentalisée. Sous Deferre, elle était utilisée comme un réservoir d’emplois à la discrétion des élus. Aujourd’hui, elle (...)

Lire la suite...

« Mieux vaut une eau transparente et une gestion opaque que l’inverse »

le 1er/11/2004

Monsieur Lélu avait fort civilement consenti à répondre à nos questions sur le cumul des mandats, nous ne pouvions manquer de retourner l’interroger sur un dossier aussi important et passionnant que la délégation de service public. Votre administration a délégué une partie de ses compétences et au contraire gardé en gestion directe un certain nombre de domaines, pourriez-vous nous dire ce qui a présidé à ces choix ? O pôvre, c’est bien compliqué ça. Euh, ah oui, voilà (il (...)

Lire la suite...

La fin des Aygadiers ?

le 1er/11/2004

En 1847, le Canal de Marseille met fin au manque d’eau potable de la ville, qui avait contribué au développement des épidémies, notamment le choléra de 1835. L’eau du canal vient de la Durance et serpente pendant 80 km à flanc de colline pour finir par ceinturer Marseille, avant de s’éteindre dans la mer. La partie marseillaise de l’ouvrage fournit la majeure partie de l’eau potable marseillaise. Prise à Sainte Marthe, l’eau brute est filtrée dans le (...)

Lire la suite...

@-Leravi - http://www.leravi.org