le Ravi crèche dans la place (publique). Février 2015

« Le Street art pour revendiquer notre liberté »

Et si on se réappropriait l’espace public ?
le 1er/04/2015

Airo One a 25 ans, passionné de dessin depuis toujours, il graffe depuis six ans dans les rues de Marseille du Jarret (4ème) au Cours Julien (6ème). Sa façon à lui de se réapproprier l’espace public. Rencontre. Les graffeurs c’est tout le monde ! C’est très varié, ce ne sont pas que des voyous ou des mecs de quartier. Ma mère sait que je pose. Et elle regarde les autres graffs et les miens puis elle se dit « c’est des gens comme mon fils pas des voyous ». Si je (...)

Lire la suite...

Là où y’a le Grec, on se sent bien !

Et si on se réappropriait l’espace public ?
le 26/03/2015

Au cœur du quartier populaire de Noailles (Marseille 1er), la place Homère, avec ses bancs et ses plantes vertes, est un bel exemple de réappropriation d’un espace public par ses habitants. le Ravi s’y est posé quelques heures. Reportage. 13h35 Après avoir croisé les fourrures hérissées, les petits pulls sur les épaules et les cheveux bien soyeux des habitués de la rue Davso, traversé la rue Saint-Ferréol et sa population plus mixée, gravi un tas de sable de deux mètres, (...)

Lire la suite...

« Un projet qui fasse sens pour tout le monde »

Et si on se réappropriait l’espace public ?
le 25/03/2015

Un espace public « multi fonctions », ouvert à tous où il serait possible de faire la sieste comme d’organiser des projections en plein-air, jouer de la musique grâce à des instruments en libre-service, partager des savoirs ou des compétences… Un petit coin d’utopie auquel le projet de réhabilitation du tri postal à Avignon se raccroche. La cour de cette friche industrielle, inoccupée depuis une vingtaine d’années, propriété de Réseau ferré de France, est occupée (...)

Lire la suite...

« Un besoin pressant de se regrouper »

Et si on se réappropriait l’espace public ?
le 18/03/2015

Cosimo Alterio, Italien d’origine napolitaine, gère avec Sonia Retamero, « La cantine du midi » à la Belle de Mai. Ils ont pour ambition de faire vivre ce quartier marseillais, l’un des plus pauvres de France, grâce à la cuisine en laissant les fourneaux à ses habitants qui partagent ainsi leur savoir-faire. Le tout avec des produits locaux et à des prix très bon marché. En parallèle, Cosimo développe un projet de cuisine mobile, thème sur lequel nous avons phosphoré à (...)

Lire la suite...

le Ravi crèche dans la place (publique)

Et si on se réappropriait l’espace public ?
le 11/02/2015

le Ravi donne la parole à deux groupes de citoyens sur deux territoires, le premier dans le quartier populaire de Noailles, au cœur de Marseille, et le second à Cavaillon (84), au sein de l’association le Village. Chacun, en partant de ses expériences et de ses envies, s’est interrogé sur ce qu’est l’espace public, sur ce qu’il y manque pour que l’on puisse de nouveau s’y rencontrer et se l’approprier. Et si on repeignait les rues en (...)

Lire la suite...

@-Leravi - http://www.leravi.org