TGV Paca : La bataille duraille - janvier 2005

La bataille duraille

le 1er/01/2005

Le projet de ligne à grande vitesse entre Marseille et Nice va devenir le centre de toutes les discussions en 2005. Parce qu’il va rapprocher Nice de Marseille et de Paris, réinscrire la région dans une logique européenne et représenter surtout un investissement colossal qui aura des répercussions locales et brutales. Plus qu’ITER, c’est l’infrastructure qui pourrait changer la vie quotidienne de centaines de milliers d’habitants de la région. Le débat public (...)

Lire la suite...

La guerre TGV de Marseille

le 1er/01/2005

Les maires UMP de Marseille et d’Aix militent main dans la main pour que la future ligne à grande vitesse traverse la première et évite la seconde. Aubagne fait les frais de cet intense lobbying. « Marseille veut la ligne à grande vitesse. » Le slogan n’est pas franchement très percutant et l’information déjà connue. Cette phrase ne vaut que par le cadre et l’instant où elle a été prononcée : les salons d’honneur de la Préfecture de Région au moment de (...)

Lire la suite...

Toulon ne veut pas rester en rade

le 1er/01/2005

Le Var ne veut pas être une zone de transit entre Marseille et Nice. Mais l’hypothèse de la création d’une gare TGV au Nord de Toulon suscite déjà de fortes réserves. En apparence, rien d’encore très spectaculaire. La Commission particulière du débat public (CPDP) va ouvrir un bureau à Toulon, après l’avoir fait cet été à Marseille et en décembre à Nice. Le public pourra y consulter les documents produits par RFF (Réseau ferré de France) sur le projet de la future (...)

Lire la suite...

Le débat public

le 1er/01/2005

La Commission Nationale du Débat Public a été créée en 1995 et a vu ses pouvoirs élargis en 2002. Elle est devenue une autorité administrative indépendante et impose aux aménageurs un certain nombre de contraintes lorsque leur projet dépasse un seuil financier fixé par décret. Elle est susceptible d’organiser un débat public lorsque le projet est d’intérêt national ou a un impact significatif sur l’environnement. Ce débat est la plupart du temps animé et organisé par une (...)

Lire la suite...

TER : train en retard

le 1er/01/2005

Avant de penser à la future LGV, encore hypothétique, la SNCF serait bien inspirée de faire en sorte que ses trains, et notamment les TER, arrivent à l’heure. Il y a peu, le retard était encore l’exception : il est en passe de devenir la règle. Dans les Alpes-Maritimes, où le train est le mode de locomotion le plus rapide entre Cannes et Monaco, les usagers râlent et ont bloqué des voies, en novembre, pour protester contre les retards ou les trains supprimés. Depuis, la SNCF a (...)

Lire la suite...

Pas con

le 1er/01/2005

Une solution pour réduire la durée du voyage entre Paris et Nice : construire la gare TGV de Nice en banlieue parisienne. Puis instaurer une navette de bus vers la gare Saint-Charles.

Lire la suite...

« Le rail, on en parle, la route, on la fait ! »

le 1er/01/2005

Le rendez-vous était pris de longue date avec Monsieur l’ingénieur Enchèfe. Il nous reçoit en fin d’après-midi dans son bureau de l’administration centrale pour aborder avec nous les enjeux de la future ligne à grande vitesse Pouvez-vous nous parler de ce grand projet qu’est la ligne à grande vitesse entre Marseille et Nice ? La grande vitesse, c’est l’avenir du transport dans le monde. Pensez ! Marseille-Nice en même pas une heure. Vous pouvez avoir (...)

Lire la suite...

Un débat bien encadré

le 1er/01/2005

M. Gilles de Robien, ministre des Transports, a dit sa conception du débat public lors de la séance du Sénat consacrée au TGV Méditerranée, le 6 juin dernier : « Oui à l’expression organisée et maîtrisée dans le temps de points de vue différents ; non à des procédures dilatoires, qui saperaient progressivement toute notion d’intérêt général. » Nous voilà prévenus.

Lire la suite...

Bilan énergétique

le 1er/01/2005

La liaison aérienne Paris-Nice, fréquentée par 3 millions de voyageurs par an, est la plus importante de Paris, elle devance légèrement Paris-Londres et Paris-Toulouse. Près d’un tiers du trafic de Nice est un trafic de correspondances, en partie transférable sur le TGV. Un bon report modal permettra de réduire le trafic aérien sur les aéroports parisiens et sur celui de Nice (9 millions de voyageurs par an) et, par suite, de contenir la pression en faveur de la construction (...)

Lire la suite...

@-Leravi - http://www.leravi.org