Contact

Abo, dons, adhésions

Actualités

| 1 | ... | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | ... | 164 |

Dans le Ravi de ce mois-ci

Apocalypse now !

La grosse enquête
le 3/04/2019

Montée des eaux, canicule, inondations, extinction d’espèces, pollution généralisée… C’est déjà ici, en Paca, et maintenant ! Alors vivre ou survivre ? Heureusement le pire n’est jamais certain…

JPEG - 63.8 ko

Au pire

La crainte de l’Apocalypse ne date pas d’hier ! Chargée de surnaturel, l’expression traduit la peur d’une catastrophe conduisant inéluctablement à la fin du monde. Moins religieux, mais débattu par les scientifiques, le concept d’anthropocène désigne notre ère, celle où les activités humaines impactent l’écosystème. Une situation qu’étudient les collapsologues, ceux qui théorisent l’effondrement de la civilisation industrielle.

Le dérèglement climatique n’est désormais contesté que par quelques illuminés, dont le président américain. Et ses conséquences ne sont pas toujours lointaines. Des études envisagent des scénarios où le climat en Paca serait, d’ici trente ans, comparable à celui de l’Afrique du Nord. Dès maintenant, les effets de la montée des eaux sont mesurables en Camargue ou à Gien, qui pourrait ne pas rester une presqu’île. Des espèces disparaissent...

Alors faut-il stocker des vivres au fond d’un bunker comme certains survivalistes ? Ou bien miser sur un deus ex machina technologique, en espérant que la science et la main invisible du marché trouvent toujours des solutions pour sauver le monde et la croissance ? Heureusement, le pire n’est jamais certain. Des alternatives face à la logique du chaos restent possibles. Et selon le GIEC, le groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat, entre 50 et 70 % des solutions doivent être « mises en œuvre à l’échelon infranational ». En clair, à l’échelle locale. La nôtre.

Michel Gairaud

Au sommaire de la grosse enquête, publié dans le Ravi n°172, daté avril 2019. Actuellement chez les marchands de journaux en Paca :

p.8 & 9 Ça va péter !
p. 9 C’est quoi ça ? (lexique)
p. 10 Le bunker est dans le pré
p. 10 Tentatives d’inondation
p. 10 & 11 les élus sortent à peine la tête de l’eau
p. 11 Le strip dessiné de Tone
p. 12 Faut pas s’effondrer !
p. 12 En un battement d’ailes

Le mépris

L’édito
le 9/04/2019

L’image a fait le tour du monde. Celle de Geneviève Legay, 73 ans, la tête ensanglantée, gisant au sol avec son drapeau arc-en-ciel, enjambée par des policiers en tenue anti-émeute. Son délit ? Réclamer « la liberté de manifester », un samedi à Nice, alors qu’un arrêté voulait le lui interdire. Gravement blessée, Emmanuel Macron lui a souhaité un « prompt rétablissement » mais aussi « une forme de sagesse » et un « comportement responsable ».

Au mépris, le président, adoubé par le préfet des Alpes-Maritimes, a rajouté un mensonge : Geneviève Legay n’aurait pas été touchée par les forces de l’ordre... Depuis, les faits ont été établis, prouvant que c’est bien un policier qui l’a violemment poussée alors qu’elle protestait pacifiquement. Heureusement, la vie de cette militante écologiste, syndicaliste, engagée pour le droit des femmes et des migrants, porte-parole d’Attac dans les Alpes-Maritimes, n’est plus en danger.

Les questions se bousculent. Qu’est-ce qu’être responsable passé l’âge de la retraite ? Cultiver silencieusement son jardin en attendant sagement l’heure de rejoindre un Ehpad ? Jusqu’à quand et jusqu’où les interdictions préventives de manifester vont-elles se multiplier ? A Nice toujours, un autre samedi, le préfet a proscrit les rassemblements au simple motif de « préserver l’activité commerciale et touristique de la ville ». Sage précaution.

le Ravi

Au sommaire du Ravi n°172, avril 2019

le - 3/04/2019 -

La grosse enquête Apocalypse now ! Montée des eaux, canicule, inondations, extinction d’espèces, pollution généralisée… C’est déjà ici, en Paca, et maintenant ! Alors vivre ou survivre ? Heureusement le pire n’est jamais certain… 5 pages d’enquêtes, de reportages, d’analyses et de dessins. Séquence enquêtes Habitat indigne : l’étude cachée ! Révélation : une étude sur le logement insalubre à la Belle de Mai dort, depuis 2016, dans les (...)

Lire la suite...

@-Leravi - http://www.leravi.org