La Belle de Mai toujours en friche

juillet 2013
Avec l’année capitale culturelle, ses deux friches, sa fête annuelle et ses associations dynamiques, la Belle de Mai veut être autre chose que « le quartier le plus pauvre de Marseille ». Mais les « cultureux » qui y travaillent préfèrent souvent vivre ailleurs. Reportage.