Moi, Patrick Bosso, gentil cliché

mai 2017
Des bidonvilles phocéens aux projecteurs des cafés théâtres, en passant par d’innombrables plateaux de télévision, Patrick Bosso traîne son accent en surjouant le Marseillais. Avec une sincérité désarmante.
Imprimer