Allauch, c'est auch !

août 2020 | PAR Sébastien Boistel

« On doit des égards aux vivants, on ne doit aux morts que la vérité », dixit Voltaire. D’où le rapport de la chambre régionale des comptes sur Allauch (13), publié après la disparition de l’inénarrable Roland Povinelli, maire pendant près de quarante-cinq ans. Où l’on apprend que, jusqu’en 2015, il avait, comme son directeur général des services, de belles « indemnités pour frais de représentation » (jusqu’à 10 000 euros par an) mais ne conservait « aucun justificatif » ! Que la ville a pris en charge ses frais de justice (17 5000 euros entre 2015 et 2017) alors que Povinelli était aussi poursuivi en tant que « sénateur ». Que son chauffeur explosait en 2017 son « compte épargne-temps » avec 109 jours (le maximum étant de 60). Et que, dans une situation financière compliquée, Allauch paye, pour non respect de la loi SRU sur le logement social, plus de 500 000 euros de pénalités… C’est auch !