Naufragés des hauteurs

septembre 2020 | PAR Samuel Vivant

En montagne on n’abandonne personne. Voilà le mantra d’une poignée de Briançonnais bien décidés à sauver les migrants des cols meurtriers de la frontière franco-italienne. Témoignage aux milles visages, le livre de Stéphanie Besson – cofondatrice de Tous Migrants – raconte par la voix des exilés le chemin cahoteux qui mène jusqu’à l’asile. Les montagnes qu’il faut gravir, mais aussi celles que l’on déplacent. Tout est là : les refus décourageants de l’OFPRA (Office français de protection des réfugiés et apatrides), les recours désespérés devant la Cour nationale du droit d’asile, les séjours sordides en centre de rétention… Et parfois le soulagement d’un SMS annonçant la reconnaissance du statut de réfugié. Mais c’est aussi l’histoire des habitants de Briançon. Il y a les réfractaires bien sûr, mais aussi les solidaires qui parviennent – non sans mal – à accueillir dans la dignité. Et ce, malgré Génération identitaire et ses patrouilles nauséabondes. En dépit d’une administration parfois aveugle et d’une justice prompte à condamner la solidarité. Les mots des Briançonnais prouvent les bienfaits de l’intelligence collective et l’existence d’une alternative lumineuse : celle qui traite humainement les déracinés. Un bon coup de plumeau sur le troisième mot de notre devise républicaine.

Trouver refuge, « Histoires vécues par-delà les frontières« , de Stéphanie Besson, préface Edwy Plenel, éditions Glénat, 312 pages, 19,95 euros.