Contact

Abo, dons, adhésions

Sexe indébandant

La grosse enquête
le 29/06/2010

Avec les congés payés, les allocations chômages, le RSA, les pensions retraites versées dès nos 60 ans, en été, l’oisiveté est mère de tous les vices. On peut s’y livrer, par exemple, à la lecture d’une enquête torride d’un mensuel régional indépendant qui n’a pas froid aux yeux. Et se poser quelques questions essentielles. Du genre : que reste-t-il de la révolution sexuelle ?

Neuf sex-shops à Marseille, six à Nice, cinq à Cannes, quatre à Avignon, au total une cinquantaine parsemés en Paca, y compris dans un petit village comme Sillans-la-Cascade (83) avec ses 565 habitants. On peut poursuivre longtemps cet inventaire « sexy » à la Prévert : 25 clubs libertins ; 28 saunas spécialisés ; la société marseillaise Lovely Planet, numéro 1 français de la création et de la distribution des sex-toys ; Dreamnex à Rousset (13), leader européen sur le créneau de « l’Internet de Charme », avec 18 millions de visiteurs par an et un chiffre d’affaire de 80 millions d’euros annuels…

Que conclure de cette érection de chiffres ? Que notre région et la libido de ses habitants font preuve d’une belle vitalité ? Ou bien que cet étalage de services marchands, de gadgets en latex, de fantasmes conditionnés et d’images virtuelles témoigne d’une misère sexuelle bien répandue ? Dans nos sociétés en apparence très permissives, mais plus que jamais policées et normées, le sexe est-il encore subversif ? le Ravi, victime d’une montée estivale d’hormones, s’est gravement interrogé. Que reste-t-il de la révolution sexuelle ? Paroles et actes sont-ils définitivement libérés ?

Pas si sûr ! Il y a des tabous qui ont la vie dure. Prenons-en un seul par exemple : celui de la sexualité des personnes âgées dans les maisons de retraite. Les familles font souvent pression pour s’y opposer ! Heureusement, le gouvernement prend l’affaire au sérieux. S’il parvient à repousser sans cesse l’âge légal de départ à la retraite, on finira par pointer directement au cimetière après avoir « travaillé plus » jusqu’à notre dernier souffle…

Lors de notre torride enquête, nous avons croisé des « travailleuses indépendantes » faisant fructifier sans complexe leur beauté, des étudiants aixois se lâchant lors de soirées moites et branchées, des lesbiennes et des gays batifolant au grand air dans des campings communautaires… Que du classique ! Rien de bien nouveau au royaume de la bagatelle. En tant que mensuel régional indépendant, fier héraut de la liberté de la presse, nous avons alors eu envie de lancer un appel : vive le sexe « indébandant » !

De quoi s’agit-il exactement ? Eteignez la TV, la radio, vos portables, débranchez Internet, jetez votre carte bleue, refermez ce journal. Et donnez librement et fiévreusement corps à ce nouveau concept...

Au sommaire de la « grosse enquête » du Ravi 76 de juillet-août.

Page 6 ■ Sexe écolo ■ Entretien : « des touches à trou de génie »

Page 7 ■ Travailleuses indépendantes ■ Skins party : « tout est permis »

Page 8 ■ Sexe drôle & subversif ■ Sexo quizz

Page 9 ■ Ainsi soit-elle ! ■ Bagatelle chez les seniors ■ Internet m’a baisé

@-Leravi - http://www.leravi.org