Qui sommes-nous ?

Depuis quinze ans, le Ravi promène sa plume en Provence-Alpes-Côte d’Azur, mixant dessins et articles, enquête et satire.

Le mensuel qui ne baisse jamais les bras !

Le Ravi pratique un journalisme d’investigation et se donne un devoir d’irrévérence en privilégiant le dessin de presse. Il est né, en 2004, d’un constat : la presse régionale, trop liée aux pouvoirs locaux, focalisée sur les faits-divers et le sport parce-que-ça-fait vendre, ne remplit plus sa mission. Édité par une association indépendante, le Ravi n’appartient qu’à ses lecteurs. C’est un mensuel diffusé dans le réseau presse en Provence-Alpes-Côte d’Azur dont tous les contenus – et plus encore – sont désormais disponibles en ligne sur ce site. C’est aussi un journal citoyen investit dans l’éducation aux médias et les quartiers populaires.

L'équipe

Rédaction
Dessinateurs
Séphora Beley
Communication
Communiquer pour le Mucem ou pour les Petits frères des pauvres, ça n’a pas de secret pour Séphora. Alors pour un projet brindezingue comme le Ravi, c’est tout juste un peu plus de défi.
Sébastien Boistel
Reporter/Bouches-du-Rhône
Polygraphe humain, Sébastien pose sur les humbles et les puissants son regard perçant, auquel il ajoute pour les seconds des phrases qui cognent comme des uppercuts. Il tisse le réseau de la presse pas pareille.
Agnès Chapal
Correctrice
Si vous ne saignez pas des yeux en nous lisant, remerciez Agnès. Grâce à elle, nous pouvons foncer sur les autoroutes de l’écriture. Elle est notre barrière de sécurité.
Clément Chassot
Reporter/Vaucluse
Alpiniste franco-suisse, classé n°2 mondial en coolitude catégorie « Snoop Dog », Clément masque derrière une feinte nonchalance volonté de fer et esprit caustique. Il est aussi M. « éducation aux médias ».
Michel Gairaud
Rédacteur en chef
Sosie en T-shirt du chanteur Morrissey, Michel est depuis quinze ans le maître alchimiste du Ravi, dosant avec adresse l’écrit et le dessiné, le régional et l’hyper local, le sérieux et la drôlerie.
Frédéric Legrand
Édition Numérique
Frédéric se fait des nœuds dans la tête, qu’il tente de trancher d’un coup de plume. Il aime raconter et comprendre. Il se marre en travaillant au Ravi. Et le rire, c’est une drogue dure.
Jean-François Poupelin
Grand reporter
Après un travail dans la finance, Jean-François renonce à faire fortune et choisit le journalisme où il fait son miel - bio - de dossiers ardus cachant des vérités insondables. Il est aussi le king de l’éduc’ pop.
Samantha Rouchard
Reporter/Var
Samantha prend le temps. Le temps de poser son œil clair et affûté sur les gens, et les situations. Pour en dire la vérité. Quoi qu’il en coûte.
Cécile Silvestri
Administration
Éduquer par l’art et, par là, faire du politique, Cécile fait ça depuis plus de vingt ans. Au Ravi, elle jongle avec les chiffres pour que ces artistes de journaleux puissent exercer leur art : parler du politique.
Babouse
Fils de mineur et de cheminot, issu d’une famille de juifs laïcs « dont 80 % des membres ont été exterminés » Babouse ne fait pas dans la demi-mesure. Avec lui, Macron décapite les pauvres et Marianne taille des pipes aux frontistes
Ben8
Officiellement, Ben8 est journaliste rédacteur, mais c’est plus fort que lui. Dans la rue, pendant une conférence de presse, une réunion, un reportage, à pied, en bus, en tram, il remplit ses carnets de croquis.
Bib's
Il était plutôt du genre « à fond dans le graffiti » mais, à 40 ans, il est « trop vieux pour se faire courser par les chiens ! ». Le dessin de presse « c’est devenu une drogue : dès qu’il se passe un truc, il faut en faire une blague ».
Charmag
Gamin, Charmag rêvait d’être cuisto et dessinateur. Depuis il a travaillé pour la Sodexo puis, de rage, déversé son mauvais esprit dans les pages d’une dizaine de journaux. Tout ça, avant 50 ans et même pas pour s’acheter une Rolex !
Claire Cordel
Passée par les Beaux-arts, Claire, la nancéenne, est médiatrice culturelle à la ville. Son rêve absolu : coller des affiches de dessins de presse dans la rue, pour se réapproprier l’espace public.
Fathy
Lorsqu’il a débarqué à l’Estaque, en 1994, fuyant l’Algérie des années de plomb, Fathy s’est senti chez lui. Au point qu’il y a co-fondé le Festival international de la caricature, du dessin de presse et de la satire.
Jimo
Dessinateur industriel avant, puis luthier maintenant, Jimo a débuté en croquant l’actu sur des post-it. Aujourd’hui, il savoure sa liberté de ne pas vivre du dessin : « Le but c’est de faire ce que je veux, c’est mon luxe à moi. »
Moix
Avec son regard lucide et tendre sur ses "Vieux", le strip de Moix devrait traîner dans tous les Epad. Après avoir tenté l'aventure du dessin de presse, Moix a rejoint un collège du côté de Gap. Un jour il nous enverra un strip « Les jeunes » !
Na !
Il fait partie des rares à en vivre. Il publie quotidiennement pour BFM TV, dessine pour la communication d’entreprises ou lors de séminaires. Et au Ravi, qui sous-paie ? « C’est ma façon d’aider la presse pas pareille ! »
Red !
Avec son tarin à faire pâlir Cyrano et sa silhouette à la Lucky Luke, ce ne sont pas les foulards rouges mais les causes vertes qui titillent Red ! Tout ça à cause d'un oncle qui lui avait prêté Le tour du monde d'un écologiste.
Tone
Tone a tout expérimenté. En BD mais aussi dans la vie où il a fait tous les métiers : « Régisseur de théâtre, roadie, vendeur de charcuterie, vendangeur… » Et au Ravi, où il fait partie des pionniers !
Trax
Fascinée par les « profils que (son) père dessinait sur les nappes de restaurant », Trax, avant d’être dessinatrice, a été avocate. Mais voulant être « grain de sable plus que goutte d’huile », elle a troqué la robe contre la plume.
Yakana
Signature historique du Ravi, c’est depuis sa cabane au fond d’un jardin, douchée par les draches bruxelloises, que cet amateur de Reiser, Sempé, Quino ou Franquin, brocarde nos mœurs provençales ensoleillées.
Ysope
Prof Taï chi et de Tchi kong, Ysope est le plus zen de nos dessinateurs. À 54 ans, dont dix ans de dessin de presse, il illustre des manuels de maths, fait des caricatures, intervient dans des écoles et en prison...
Xénoïde
Son pseudo ? Parce que « je me sens étranger, c’est ce qui ressort de mes rencontres lors de mes reportages ». Dans sa maison-atelier à Forcalquier, Xénoïde auto-édite ses créations, fabrique et relie lui-même ses fanzines ou BD.

L'association la Tchatche

Informer, former et faire débattre en Provence-Alpes-Côte d’Azur en assurant l’indépendance du Ravi : c’est, depuis 2003, les missions de la Tchatche !

Depuis son lancement, la Tchatche a un objectif : redonner de l’air au débat démocratique local. Pour y arriver, deux outils : un journal, le Ravi, qui mélange satire et enquête, et des actions d’éducation populaire, en direction de tous les publics, pour redonner le goût du débat, de l’actualité, et développer un sens critique vis-à-vis des médias.

L’association, animée par une direction collégiale bénévole, appartient à ses adhérents et se finance, pour l’essentiel, par les ventes du journal et des prestations auprès d’autres acteurs de l’économie sociale et solidaire. Elle s’emploie à fédérer la « presse pas pareille » et les médias citoyens.