Contact

Abo, dons, adhésions

Déraillement

L’édito
le 5/04/2018

Une grève perlée de deux jours sur cinq : soit 36 journées réparties en avril, mai et juin ! C’est la méthode inédite des syndicats de la SNCF afin de contrer un gouvernement déterminé à passer en force par ordonnances. Ce dernier veut « libéraliser » le rail, en supprimant au passage le statut des cheminots, désignés à l’opinion comme des privilégiés. Dès décembre 2019, les régions qui le souhaitent pourront recourir au privé pour les TER. Sans attendre, Renaud Muselier (LR) a lancé un appel à projets auxquels ont répondu dix opérateurs, dont deux italiens, deux allemands et un britannique. Et il annonce déjà la couleur : « aux heures creuses, on fera des transports par car. »

La meilleure solution pour que les trains arrivent à l’heure ? C’est donc, selon le président du conseil régional de Paca, de les supprimer ! Ce qui devrait plaire à Emmanuel Macron qui, alors ministre de l’Economie de François Hollande, avait déréglementé le transport par bus, lâchant un peu partout, dans un panache de diesel, une armada de cars : bas prix, bas salaires, basse qualité environnementale… Mais une jolie plus-value financière pour quelques opérateurs. Et un argument de plus pour démontrer que de nombreuses lignes ferroviaires ne sont pas rentables. La pollution ? Les embouteillages ? Les accidents de la route ? La qualité de vie ? Allons ! Un pays en marche forcée ne s’encombre pas d’états d’âme sociaux et écologiques…

le Ravi

L’avenir du mensuel régional pas pareil, qui existe car ses lecteurs financent son indépendance, est toujours entre vos mains. Abonnez-vous, abonnez vos amis, vos ennemis, faites un don...

@-Leravi - http://www.leravi.org