Contact

Abo, dons, adhésions

"Je suis presque évêque"

Contrôle technique du conseil municipal de Sainte-Maxime (83)
le 5/04/2018

Nous avons testé, en février, le conseil municipal de Sainte-Maxime dans le Var, présidé par Vincent Morisse, le maire LR qui rêve d’être sanctifié par son opposition. A lire avant de retrouver dans le Ravi, daté avril, notre nouveau "contrôle technique de la démocratie, avec le conseil municipal, celui de Briançon (05).

Vous pouvez lire gratuitement cette archive du Ravi. Mais l’avenir du mensuel régional pas pareil, qui existe car ses lecteurs financent son indépendance, est toujours entre vos mains. Abonnez-vous, abonnez vos amis, vos ennemis, faites un don...

18h50

« Ah ! Le Muppet Show est là ! » Un élu salue deux retraités, dont l’un équipé d’un sonotone, assis au premier rang. Ils sont quasi les seuls Maximois à avoir bravé le froid, ce 22 février 2018. Le directeur de cabinet nous accueille, sourire en coin : «  On lit parfois le Ravi, vous savez.  »

18h59

Le maire LR, Vincent Morisse (Cf sa caricature ci-contre par Trax), a abandonné son légendaire brushing « feux de l’amour » pour une coupe courte plus dans l’air du temps. Il s’installe en milieu de table, l’opposition à chaque bout. Derrière lui, une fresque représente Poséidon maîtrisant ses chevaux fougueux. Les portraits de Sarkozy et Macron sont à même hauteur, Mitterand trône au-dessus de la table de presse, de Gaulle est défraîchi, Chirac bancal. Quant à Hollande, il reste invisible du public.

19h01

L’édile tacle d’entrée de jeu Eric Provensal, élu DVD d’opposition, proche de l’ancien maire, en lui faisant remarquer son absence à la réunion des Bravadeurs qui prépare la fête annuelle célébrant Sainte-Maxime. Il faut dire que depuis novembre l’ambiance n’est pas au beau fixe entre le maire et son opposition, toutes listes confondues. Ces derniers ont saisi le tribunal administratif de Toulon pour demander l’annulation du conseil municipal du 23 novembre 2017. Depuis l’été dernier, les élus sont équipés de tablettes numériques sur lesquelles ils reçoivent les notes de synthèse. Suite à un dysfonctionnement constaté par huissier, en novembre, l’opposition n’avait pas pu étudier celles concernant le débat d’orientation budgétaire. Le maire avait cependant refusé de repousser le conseil.

19h04

«  Il est noté que nous nous sommes abstenus alors que nous n’avons pas voté du tout  », reproche Thierry Gobino, élu DVD d’opposition du groupe « Sainte-Maxime Autrement  » à la lecture du procès-verbal du conseil municipal du 21 décembre. L’opposition avait en effet boycotté le vote du budget primitif, pour les raisons citées précédemment. Provensal ne participera pas au vote du PV.

19h06

Anna-Maria Mallamaire, groupe «  Sainte-Maxime Autrement  », demande au maire des détails sur un emprunt d’un million d’euros : quel établissement bancaire, le taux et la durée ? «  Je n’en ai aucune idée  », répond Vincent Morisse qui passe la parole à une fonctionnaire. Il s’agit d’un crédit de 20 ans souscrit à la Caisse d’Epargne mais dont ni la fonctionnaire ni le maire n’ont le taux exact en tête.

19h20

Délibération concernant la commission consultative des services publics locaux. « Il est dommage que les membres de l’opposition aient été absents à toutes ces commissions, se désole le maire. Vous avez la possibilité d’y être mais personne n’y est venu... Ça fait partie des paradoxes... Mais voyez que même en voulant faire bien, ça ne marche pas toujours.  »

19h25

Coûts supplémentaires liés aux travaux d’aménagement de l’avenue Charles de Gaulle, axe central de la commune. Le Muppet Show commente à haute voix. Gobino, lui, s’interroge : «  Je ne me souviens pas que l’on ait voté l’attribution du marché en conseil municipal.  » Et le maire de taquiner : «  C’est grave ! Je vous invite à reprendre le déroulé auprès du service des marchés, puisque vous faites partie de la commission !  » S’ensuit un débat entre Morisse et Provensal sur le manque de signalisation visible et les incivilités des automobilistes. «  Certains cherchent des solutions aux embouteillages, malgré qu’ils sachent (sic) le sens des routes  », explique le maire dont la faute de français n’échappe pas aux oreilles bioniques du Muppet Show qui commente allègrement.

19h44

Provensal s’interroge sur le réaménagement de la place Louis Blanc, point phare du programme du maire qui a évolué depuis son annonce d’un parking en sous-sol abandonné d’abord au profit d’un parking aérien avec destruction de la poste avant de découvrir que finalement ça ne serait pas possible à cause des réseaux « Orange » enterrés... Bref, finalement la poste devrait devenir un parc d’exposition. «  Petit à petit, on évolue et on travaille comme ça monsieur Provensal ! », répond Morisse aux attaques. Le débat dévie sur le nombre de places de parking. «  Il faut arrêter de penser que l’on va stocker des bagnoles dans le centre-ville en créant des parkings. A m’en donné (sic) on arrive à saturation !  », s’énerve le maire. Le ton monte. «  L’avenir ce sont les modes doux. Arrêtez d’être à contre courant de la mouvance actuelle !  », poursuit l’édile agacé mettant ainsi fin au débat.

19h55

«  Sinon on peut quand même parler du projet ?  », tente Provensal. Le maire demande le silence : «  Je sais qu’au bout d’un moment ça lasse, mais écoutez tout de même monsieur Provensal, merci.  » A sa grande surprise, Provensal approuve la salle d’exposition. «  Dites-le : "Nous sommes très contents !" Un compliment de votre part ? Le jour où ça arrivera, je serai curé !  », s’impatiente l’édile. «  Alors commencez à mettre la soutane !, ironise Provensal. Parce que je suis heureux que nous vous ayons fait évoluer sur ce projet.  »

20h03

Création d’une vigie concernant les feux de forêt. L’élue d’opposition DVD Pascale Chevreau s’abstient. «  Je suis curieux, je peux savoir pourquoi ?  », demande le maire. «  Parce que je n’ai pas envie  », répond Chevreau. Et Morisse de se moquer : «  C’est d’ailleurs une bonne méthode. C’est celle que j’aimerais adopter mais je ne peux pas (Rires). Vous n’avez pas envie... bien !  »

20h30

Josiane Devaux, yeux de biche et voix d’hôtesse de l’air - qu’elle a été - énumère en détail les séjours de l’UFCV qui gère les centres de loisir. Son ton mélodieux berce l’assemblée. Mais on se demande à quel moment elle va nous indiquer les marquages au sol et les sorties de secours !

20h38

Tarifs de stationnement. «  Vous allez pouvoir vous acheter une deuxième soutane...  », lance Provensal. «  Vous allez me faire un compliment ? Mais je deviens chanoine !  », répond l’édile sous les rires du conseil. Provensal est heureux de constater que le maire après avoir «  tapé sur les automobilistes  » va baisser les tarifs. «  J’ai la larme à l’œil car finalement le devoir d’un politique c’est de comprendre les joies et les insatisfactions. Je le prends avec beaucoup d’honneur  », conclut Morisse qui s’est emballé un peu vite. Et de constater : «  C’est un compliment mitigé. C’est comme si vous disiez à votre épouse, je te trouve belle mais y a mieux !  »

20h50

Baisse des tarifs du parking du Port. «  Allez, troisième compliment et je suis presque évêque, monsieur Provensal !  », lance le maire. Provensal s’abstient.

21h03

Monseigneur Morisse passe à la question orale et écrite de Provensal. Lors du conseil de décembre, le maire n’a pas pris part au vote concernant le renouvellement du marché public des navettes communales. Provensal s’en étonne et demande à l’édile de s’en expliquer. «  Est-ce un conflit d’intérêts de nature personnelle ou professionnelle ?  », interroge en conclusion le courrier de l’élu d’opposition. Vincent Morisse précise qu’il n’a pas participé aux commissions d’attribution, ni aux négociations, ni au vote du rapport. Il explique qu’en tant que mandataire indépendant de courtier en assurance depuis 2016, certains de ses clients ont pour clients des entreprises adjudicatrices de la commune, notamment dans le cas cité. «  Sans que j’en tire le moindre profit  », note-t-il. Et d’insister : «  Depuis que je suis maire, je n’ai jamais démarché aucune entreprise adjudicatrice de la commune. C’est un principe de précaution que j’applique et je veux que tout le monde en fasse autant… En tout cas c’est l’attitude qu’il faut avoir  », conclut l’édile en lançant un regard insistant au Ravi.

Samantha Rouchard



Sainte-Maxime (83)

14 018 habitants (2014)

3 fleurs (Villes et villages fleuris)

7,2 % de logements sociaux (source mairie)

22 caméras de surveillance

51,13 % pour le FN au second tour de la présidentielle

Le maire : Vincent Morisse, 52 ans, Les Républicains, courtier en assurance. Maire depuis 2008.

La majorité : 26 élus de la liste DVD «  Sainte-Maxime, C’est Vous !  »

L’opposition : 2 élus DVD de la liste «  Sainte-Maxime Autrement  » menée par Thierry Gobino. 2 élus DVD de la liste «  Sainte-Maxime avant tout avec Bernard Rolland  » (ancien maire UMP de 1995 à 2008). 2 élues groupe « OPA », initialement sur la liste «  Sainte-Maxime Autrement  ».

Le conseil soumis au contrôle du Ravi 

Durée : 2h08

Temps de parole de l’opposition : 1 heure

Nombre d’absents : 4 élus de la majorité. 1 élue de la liste «  Sainte-Maxime avant tout avec Bernard Rolland  ».

Le public : 5 personnes dont le Muppet Show. Journalistes : 2

Reportage publié dans le Ravi n°160, daté mars 2018

L’avenir du mensuel régional pas pareil, qui existe car ses lecteurs financent son indépendance, est toujours entre vos mains. Abonnez-vous, abonnez vos amis, vos ennemis, faites un don...

@-Leravi - http://www.leravi.org