Moi, Patrick Rocca, fantôme maure

mars 2016
Désigné repreneur de la SNCM malgré ses condamnations en justice, le tycoon corse risque de devoir manger son chapeau et fusionner avec ses pires ennemis, sous l'œil impuissant de l’État. [article publié début février 2016 dans le Ravi n°137]
Imprimer