Faut-il diminuer les impôts ou les augmenter ?

avril 2007
ECONOMIE...

Verts, Moukomel : « Il ne faut pas les baisser ! Cela reviendrait à affaiblir les services publics. Il faut mieux les répartir. Concernant les impôts sur le revenu, nous pensons que les riches doivent participer à l’effort national. Il faut, en outre, revoir le système de la TVA. C’est un impôt lourd et injuste, surtout sur les produits de première nécessité ». – UMP, Roatta: « Nous sommes dans une période où nous ne pouvons pas les diminuer. Mais il est impossible de les augmenter encore, car à côté de l’impôt national, de nouvelles pressions fiscales sont apparues au niveau régional et départemental, avec la décentralisation. Le contribuable risque de se retrouver étouffé et le travail perdrait de sa valeur. »Gauche antilibérale : « Il faut une réforme radicale de la fiscalité pour installer un véritable partage des richesses : taxer davantage les revenus du capital et instaurer une imposition plus démocratique » (Bové, Della Sudda). « La question est de les recalculer de manière moins inégalitaire : de les augmenter pour les plus riches, notamment l’ISF, et de supprimer les impôts indirects, comme la TVA sur les produits de première nécessité » (LCR, Saint-Jean). – « Nous sommes pour une vraie justice fiscale. Nous proposons la suppression des impôts indirects, la taxation de la financiarisation de l’économie ou encore une imposition des entreprises en fonction de leurs efforts en matière d’emploi » (PCF, Coppola). – UDF, Salles : « Ni l’un, ni l’autre. Avec 1 200 milliards de dettes, on ne peut pas baisser les impôts. Mais nous traversons une période difficile. Nous proposons donc une pause fiscale tout de suite et pour les trois années à venir. »PS, Caselli : « L’impôt n’est pas mauvais car il sert l’intérêt général. Il doit être justement réparti. Nous n’avons jamais dit qu’il fallait baisser l’impôt. Aujourd’hui, les hauts revenus payent proportionnellement moins d’impôts que les bas revenus. C’est cette logique qu’il faut renverser. »