Travaille-t-on beaucoup trop ou vraiment pas assez ?

avril 2007
EMPLOI...

UDF, Salles : « Chacun doit trouver sa juste place dans la société. Il faut alléger les charges des PME en les aidant toutes à créer au moins deux emplois. Il faut aussi faciliter pour les entreprises, le recours aux heures supplémentaires pour permettre à ceux qui veulent travailler plus de pouvoir le faire. »PS, Caselli : « Les 35 heures ont prouvé qu’elles pouvaient donner aux entreprises des gains de productivité. Elles ont aussi été un gain social. Il n’est pas question de revenir là-dessus. Il est par contre possible d’améliorer le pouvoir d’achat des salariés aux faibles revenus qui ont pu être victimes de l’application de la réduction du temps de travail. Mais le « travailler plus pour gagner plus » de Sarkozy et Bayrou est une supercherie. Seul l’employeur a la maîtrise des heures supplémentaires, pas les salariés ! La défiscalisation de ces heures qu’ils proposent se ferait au détriment des embauches. »Verts, Moukomel : « Nous sommes pour les 32 heures. Si on descendait ainsi le temps de travail, ce serait créateur d’emplois. On pourrait aussi davantage s’impliquer dans des activités extraprofessionnelles, dans le monde associatif ou militant par exemple ». – UMP, Roatta : « Pas assez, nous sommes contre la manière dont on impose les 35 heures. Que l’on garde le socle des 35 heures comme minimum de temps de travail et qu’on permette à ceux qui le souhaitent d’avoir la liberté de travailler plus. Il faut revoir la loi sur les heures supplémentaires, les défiscaliser par exemple, car ceux qui choisissent de travailler plus ne doivent pas avoir de « coup de bâton » fiscal, mais au contraire une « carotte » sous forme de défiscalisation. . L’idéal, bien sûr, serait d’harmoniser au niveau européen le temps de travail, on serait au diapason d’autres grands pays européens qui eux sont à 42 heures de temps de travail. » – Gauche antilibérale : « la réduction massive du temps de travail doit aller vers 32 heures, pour que chacun bénéficie de temps pour vivre et qu’il y ait du travail pour tous. Mais sans augmenter la flexibilité, ni les cadences, et en maintenant les salaires » (Bové, Della Sudda). « Il faut redistribuer équitablement le travail : tendre vers les 35 heures pour tous, les 32 heures pour les métiers pénibles, revenir à la retraite à 60 ans et aux 37,5 annuités. Ce n’est pas en faisant travailler plus longtemps les plus vieux que l’on pourra embaucher les jeunes » (LCR, Saint-Jean). « Pour nous, il faut des 35 heures bien négociées et appliquées partout, l’abrogation des lois Fillon et Aubry et tendre vers les 32 heures. C’est la seule manière de créer des emplois et c’est le sens de l’histoire » (PCF, Coppola).