Contact

Abo, dons, adhésions

Actualités

| 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... | 138 |

Dans le Ravi de ce mois-ci

Une fac en fusion

L’enquête
le 3/11/2017

Aix-Marseille Université, autoproclamée plus grande fac francophone du monde, est toujours en fusion : précarité, bureaucratisme, privatisation, massification… Avant une éruption étudiante ?

JPEG - 61.8 ko

Volcanologie

C’est la grenouille universitaire provençale qui rêvait d’être plus grosse que le bœuf anglo-saxon ! Née de la fusion en 2012 de trois établissements, Aix-Marseille Université (AMU) s’autoproclame la plus grande faculté francophone au monde. Avec ses 75 000 étudiants, elle a en effet de quoi complexer les facs de Nice-Sophia-Antipolis (30 000) et celle de Toulon (10 000). Elle s’étend même jusqu’à Arles et Gap en passant par Avignon, Digne-les-Bains, La Ciotat, Lambesc et Salon-de-Provence…

Mais à quoi bon cette course au gigantisme ? Pour mieux rivaliser sur le marché mondial de l’éducation ! Six ans après sa création, l’AMU n’est pourtant toujours pas entrée dans le top 100 du classement de Shanghaï dont les critères sont contestés. Si l’argent privé, avec sa « rationalité » entrepreneuriale, fait effet dans des laboratoires de recherche, l’idéologie libérale a surtout accouché d’un nouveau mammouth bureaucratique avec son lot de précarités et de souffrance au travail.

Quant aux étudiants, ils font « masse » eux aussi ! Si l’AMU n’a pas utilisé le tirage au sort pour désengorger des filières, la démocratisation de l’enseignement n’y rime pas à coup sûr avec réussite sociale et émancipation. Alors que le gouvernement, sans parler ouvertement de sélection, s’apprête à réguler les inscriptions, alors qu’étudier a un coût souvent difficile à assumer, le vent de la contestation peine à se lever sur les campus. Mais qui dit « fusion » implique de lents et profonds mouvements tectoniques. Une éruption n’est jamais à exclure !

Michel Gairaud

Au sommaire du dossier « Une fac en fusion », publié dans le Ravi n°156, daté novembre 2018. Actuellement chez les marchands de journaux en Paca :
p. 8 La face cachée d’AMU
p. 9 Berland le bon soldat
p. 10 Une difficile orientation politique
p. 10 Galères étudiantes
p. 10-11 La recherche vendue comme des yaourts
p. 11 Strip de Yakana : bienvenue à AMU
p. 12 Massification, sélection : le bon grain de l’ivraie
p. 12 Tribune de Cédric Bottero CGT AMU : institutionnalisation de la précarité

Vive LES médias citoyens !

L’édito
le 3/11/2017

Une armada de personnalités appelant à créer un « média citoyen » ; la revue XXI propulsant, avec de gros moyens marketing, un « média libre », « alternatif »… La coordination permanente des médias libres et le réseau Médias Citoyens, dont le Ravi est membre, se sont réjouis de pareille publicité. Mais nous nous sommes aussi étonnés que ces nouveaux acteurs n’évoquent pas, ou si peu, l’existence d’une presse pas pareille dynamique défendant déjà, depuis des années, un journalisme indépendant.

Saisissons l’occasion pour rappeler nos convictions : il est possible de faire « masse » - de s’adresser à de nombreux lecteurs, auditeurs, spectateurs - sans reproduire le « modèle » des mass media. Les autoroutes de l’info ne sont pas un horizon indépassable. Il est nécessaire, pour offrir des alternatives aux médias dominants, d’emprunter des chemins de traverse. On y va peut-être moins vite mais souvent plus loin et, surtout, ailleurs. Et ce sans être condamné à ne parler qu’à une poignée d’initiés…

Nous défendons un journalisme à la fois rigoureux et de partis pris, tournant le dos aux manipulations de la communication, autonome des « donneurs d’ordre » économiques et politiques. Nous sommes très attentifs aux urgences sociales et environnementales. Nous développons des projets participatifs, notamment pour faire entendre celles et ceux qui habitent les quartiers populaires.

Alors vive Le Media, proche des Insoumis, et bienvenue à Ebdo, de la SAS Rollin publications ! Mais n’oublions surtout pas que la diversité et l’horizontalité des médias citoyens est une richesse indispensable.

le Ravi

Au sommaire du Ravi n°156, novembre 2017

le - 3/11/2017 -

La « grosse » enquête Fac en fusion Aix-MarseilleUniversité, autoproclamée plus grande fac francophone du monde, est toujours en fusion : précarité, bureaucratisme, privatisation, massification… Avant une éruption étudiante ? 5 pages d’enquêtes, de reportages, d’analyses et de dessins. Séquence enquêtes Fric-frac à l’Ifac En redressement judiciaire, le poids lourd du « social » à Marseille est au bord du gouffre. Certains se demandent qui l’y (...)

Lire la suite...

@-Leravi - http://www.leravi.org