Ce mois-ci dans le Ravi

le Ravi crèche à la fac

Supplément "éducation" !
le 1er/05/2015

le Ravi s’est installé à la fac Saint-Charles et a transformé les étudiants marseillais de la licence « Sciences & Humanités » en apprentis-journalistes. Ils ont enquêté sur l’université et sur Marseille. 8 pages spéciales…

JPEG - 63.6 ko

Un campus perdu au milieu des calanques, une fac dissimulée derrière la gare... La seconde ville de France chercherait-elle à cacher ses étudiants ? Comment s’étonner après de voir l’université fonctionner presque en vase clos à Marseille ? Il suffit pourtant de tourner le dos à la Bonne Mère, de traverser quelques voies de chemin de fer et de grimper les étages d’un bâtiment soviétique pour dénicher LA perle rare : la licence « Sciences & Humanités » !

Késako ? Un cocktail détonnant et étonnant : «  42 % de sciences et 58 % d’humanités  », dixit la plaquette de ce cursus pas comme les autres puisque mariant sciences « dures » et sociales, enseignant, en trois ans, à une cinquantaine d’étudiants autant les mathématiques que la philosophie, la linguistique que les neurosciences. Un « ovni » à la fac où un prof de math, à la faveur d’un voyage à Florence, fera partager, double CD à l’appui, sa passion pour... les chants grégoriens !

Une expérimentation « made in » Marseille qui bénéficie d’un budget lui aussi hors du commun. Comme nous l’explique son responsable, Gaëtan Hagel, «  cette licence est née lors du mouvement universitaire de 2009. On s’était collectivement opposé à ce que le pouvoir voulait faire de l’université. En organisant des choses comme le marathon des savoirs, avec des cours sur le Vieux-Port... Et l’on s’est retrouvés, enseignants-chercheurs venus de toutes les disciplines, pour réfléchir à la formation de nos rêves. Une formation qui associerait toutes les disciplines. Les sciences dures comme les sciences sociales. » (...)

Or, parmi les thématiques abordées par cette licence protéiforme, il y a la question des médias et du journalisme. «  Pas simplement parce que l’on voudrait préparer les étudiants à des concours mais parce qu’on souhaite qu’il y ait chez eux une réflexion sur l’écriture. Et ce, grâce à l’intervention de personnes extérieures à l’université  », précise l’une des responsables de la licence, Marie-Laure Schultze (...)

En plein redressement judiciaire, le Ravi s’est donc chargé de transformer une dizaine d’étudiants en une rédaction à part entière...

Sébastien Boistel

Suite de cet article dans le Ravi n°129, daté mai 2015.

Parmi les enquêtes, reportages et rubriques de ce cahier spécial de 8 pages :
« Des facultés limitées » (grandeur et misère de la fac Aix-Marseille)
« Ecurie ou boucherie chevaline ? » (sur les prépas médecine)
« La politique ? Une option facultative... » (sur l’engagement à la fac)
« La fac de l’oie », un véritable jeu de l’oie illustré
« Rame, rame, rameur, ramez » (les transports à Marseille)
« Faire revenir les étudiants qu’on a chassé » (sur la gentrification)
« Ca va suer » (sur le sport à Marseille)
Et d’autres articles encore...

Fraudeurs

Edito
le 1er/05/2015

Après le grand-père, la fille, la petite fille, voici le majordome ! Gérald Gérin qui siège au Conseil régional en Paca, est l’assistant de l’eurodéputée niçoise Marie-Christine Arnautu et du président d’honneur du Front national. Son CV ? Il est depuis de nombreuses années l’homme à tout faire de Jean-Marie Le Pen. Mediapart révèle que ce Nestor d’extrême droite gère aussi un « trust » en Suisse ayant permis au fondateur du FN de dissimuler plus de 2 millions d’euros dont l’essentiel en lingots et pièces d’or. Tête haute et mains dans le coffre fort !

C’est en Suisse aussi qu’un autre élu de notre belle région a dissimulé pendant des années plus de 1,5 millions d’euros. En 2014, il a profité d’un dispositif de régularisation, ouvert après l’affaire Cahuzac, pour rapatrier discrètement en France le petit trésor. Mais la Haute autorité pour la transparence de la vie publique, révèle là encore Mediapart, a saisi la justice qui a ouvert une enquête préliminaire. Le nom de ce fraudeur ayant aussi oublié de déclarer un hôtel dont il est propriétaire en Belgique ? Dominique Tian, député UMP marseillais.

Et quelle est la grande cause politique à l’assemblée nationale de ce militant de la droite populaire ? La lutte contre la fraude ! Pas celle bien entendu de ceux qui payent, comme lui, l’impôt sur la fortune : Dominique Tian préfère fustiger les petites fraudes aux prestations sociales, « source d’injustice et de déséquilibre économique ». Salauds de pauvres !

Au sommaire du Ravi n°129, mai 2015

le - 1er/05/2015 -

A la Une Estrosi ? Marion (s) - le ! Christian Estrosi (UMP) démarre en trombe la campagne des régionales. Contre - tout contre ! - Marion Maréchal (nous voilà) Le Pen et le FN dont il veut séduire les électeurs… Les enquêtes Ça infuse chez les (ex) Fralib La coopérative Scop ti s’apprête à relancer, à Gémenos (13), la production de thé et d’infusion. Un nouveau combat où les utopies se confrontent au capitalisme ! Mosquées : prière de patienter ! Les projets de mosquées (...)

Lire la suite...

@-Leravi - http://www.leravi.org