Ce mois-ci dans le Ravi

Clientélisme : les incorrigibles

L’enquête
le 5/09/2014

Petit frère de la corruption, le clientélisme est un sport régional toujours très pratiqué : la justice pour tous, les faveurs pour mes amis...

JPEG - 66.1 ko

Un Escartefigue peut en cacher un autre. Il y a le capitaine du Ferry boat, celui de la partie de carte de Pagnol. Il y a aussi Marius Escartefigue, élu à deux reprises maire de Toulon sous la 3ème République. Proche du Milieu, c’est en quelque sorte le Papet du clientélisme à la sauce aïoli. Maurice Arreckx, maire UDF de Toulon, au parfum lui aussi sulfureux, prêtait à Escartefigue cette définition de l’art de soigner sa clientèle électorale qu’il maîtrisait lui-même à merveille : « la justice pour tous, les faveurs pour mes amis. »

Les années passent et les traditions demeurent. Le sénateur-maire UMP de Toulon, Hubert Falco, utilise à grande échelle les vieilles recettes pour assoir sa domination politique sur le Var : distribution de logements, subventions, emplois... Christian Estrosi, le député maire UMP de Nice, inscrit lui aussi son action dans le sillage de Jacques Médecin auprès duquel il a débuté. On lui souhaite d’être plus prudent que son prédécesseur multi-condamné pour détournement de fonds, corruption…

Quant à Marseille, c’est une autre ombre tutélaire qui plane sur la ville : celle de Gaston Defferre (SFIO puis PS), docteur es relations clientélaires, dans le sillage duquel aussi bien le sénateur-maire UMP, Jean-Claude Gaudin, que le président ex-PS du conseil général du « 13 », Jean-Noël Guérini, inscrivent leurs pas. La victoire du premier aux municipales avec le soutien du second, toujours mis en examen pour « prise illégale d’intérêt, trafic d’influence et association de malfaiteurs », n’est pas qu’une alliance opportuniste : les deux élus partagent les mêmes pratiques politiques.

Au 21ème siècle, les héritiers d’Escartefigues n’ont toujours pas fini de nous fendre le cœur.

Michel Gairaud

Au sommaire de la grosse enquête « clientélisme : les incorrigibles », dans le Ravi n°121, daté septembre 2014, actuellement chez les marchands de journaux en Provence Alpes Côte d’Azur.

Page 10 & 11 « Y a plein d’arrangements », tour d’horizon en Paca
Page 11 Colloque sur la corruption à Aix-en-Provence (13)
Page 12 « Déficit d’Anticor », quand incorruptibles ont des allures de paria…
Page 12 « Au Nord, la fin d’un système ? », analyse d’une victoire du FN à Marseille
Page 13 UMP en Paca : « union pour des moyens à partager »
Page 14 Grande Tchatche avec Cesare Mattina, sociologue, spécialiste du clientélisme

Une rentrée rythmée

Edito
le 5/09/2014

C’est un rituel en France : la rentrée de septembre. Celle des classes, cette année, se traduit par l’application de la réforme des rythmes scolaires dont pas grand monde ne voulait. Pour ceux qui ont quitté depuis longtemps les bancs de l’école élémentaire et n’élèvent pas une ribambelle de minots, on vous résume à toute vitesse l’enjeu. L’idée de départ est généreuse. Elle consiste à mieux répartir les temps d’apprentissages en faisant travailler les enfants le mercredi matin mais en prévoyant, les après-midi, plus d’activités périscolaires culturelles et sportives.

Seulement – austérité oblige (pardon ! « Responsabilité » oblige) - il n’y a qu’une poignée d’euros pour mettre en œuvre l’ambitieux programme. Le gouvernement a donc renvoyé aux maires la mise en place des temps périscolaires. Selon que vous ayez la chance, ou non, de vivre dans une ville où l’éducation des enfants est une priorité budgétaire, ils seront choyés ou gardiennés. Marseille, notre capitale régionale, décroche ainsi le bonnet d’âne avec un maire ayant refusé de préparer la rentrée. Résultat : la plupart des enfants sont jetés à la rue dès le vendredi midi…

Bien sûr, c’est toujours moins pire que la rentrée politique des trois ministres, dont celui de l’Education nationale, virés lors du remaniement express décidé par le tandem Hollande-Valls ! Ou que celle de Jean-Claude Gaudin et de nos sénateurs, obligés d’aller, tous les six ans, quêter un nouveau mandat et malgré leur âge avancé de sortir de leur torpeur pour tenter de séduire les « grands électeurs »… Blague à part, nous vous la souhaitons heureuse, cette rentrée. Et nous vous invitons, avec le Ravi, à ne jamais baisser les bras !

le Ravi

Un journal libre ne s’achète pas : il se finance !

Abonnez-vous !

Au sommaire du Ravi n°121, septembre 2014

le - 5/09/2014 -

La grosse enquête Clientélisme : les incorrigibles ! Petit frère de la corruption, le clientélisme est un sport régional toujours très pratiqué : la justice pour tous, les faveurs pour mes amis. 4 pages d’enquêtes, d’analyse et de dessins. Les enquêtes L’attaché de Gaudin fait tache L’attaché parlementaire de Jean-Claude Gaudin, sénateur UMP de Marseille, candidat à sa réélection, est le patron d’une noria de sites web intégristes. Le FN au milieu du Pontet (...)

Lire la suite...

@-Leravi - http://www.leravi.org