La viticulture est dans le rouge mais la Provence voit la vie en rosé - avril 2005

La Provence voit la vie en rosé

le 1er/04/2005

La viticulture française est dans le rouge : surproduction, baisse de la consommation intérieure, baisse des exportations. En Paca, le Vaucluse, gros exportateur, est particulièrement touché. Les vins de Provence - produits dans les Bouches du Rhône et le Var - n’échappent pas à la crise. Mais le succès du rosé en atténue pour l’instant les effets. Santé ! « On est en train de descendre en enfer ». Le propos est de Jean-Claude Pellegrin, président de la fédération des (...)

Lire la suite...

« Il faut que le vin ait de la personnalité »

le 1er/04/2005

Un entretien avec Jérôme Paquette, œnologue-consultant. Conseillé des vignerons des Côtes de Provence, de la plantation de la vigne jusqu’à la mise en bouteille, il est également vigneron au domaine de Curebeasse, à Fréjus. La technique ne risque-t-elle pas d’entraîner une uniformisation du goût du vin, la thèse du film Mondovino ? Ce film est superbe. Le cinéaste a une critique pleine d’humour envers Michel Rolland (1), que je connais bien puisque j’ai fait (...)

Lire la suite...

Evin et contre tous

le 1er/04/2005

Et si on autorisait la pub pour le vin ? Tous les viticulteurs en rêvent... En temps de crise, il fait bon se donner un ennemi commun. Dans la viticulture, cet adversaire a pris le visage d’un texte adopté en janvier 1991 et devenu célèbre : la loi Evin. Destinée à lutter contre l’alcoolisme et le tabagisme, elle limite notamment la publicité pour les boissons alcoolisées. Bien qu’assouplie à plusieurs reprises, dernièrement pour autoriser sous certaines conditions la (...)

Lire la suite...

Rosé : potion miracle ou pis-aller ?

le 1er/04/2005

Le Var et les Bouches du Rhône misent beaucoup sur le rosé. Une stratégie payante mais jusqu’à quand ? « Le principal atout du rosé, c’est sa couleur. Elle est liée à l’affectif, au décalage, au plaisir ». Jérémy Arnaud est intarissable lorsqu’il s’agit de louer les atouts du rosé. Il est même payé pour ça, en tant que responsable du service économie du CIVP. Traduction : le Comité interprofessionnel des vins de Provence, organisme qui rassemble les (...)

Lire la suite...

L’irréductible village bio ?

le 1er/04/2005

A Correns, 95 % des viticulteurs ont opté pour le bio afin de sauver leur coopérative C’est un beau roman, c’est une belle histoire. Celle d’un village qui dépérissait et dans lequel, en 1997, la coopérative a frôlé la faillite. Un village qui, aujourd’hui, connaît un véritable regain économique après s’être reconverti entièrement dans la viticulture bio. C’est l’histoire de Correns, 700 habitants, au nord de Brignoles, dans le Var. Au (...)

Lire la suite...

Ma p’tite entreprise, elle connaît la crise

le 1er/04/2005

Entre retour aux sources et stratégies marketing, le cœur des vignerons balance dans le Lubéron. On connaissait déjà le Luberon comme un haut lieu du tourisme international : villages perchés enchâssant châteaux et églises, bories, murets de pierres sèches, vertes forêts et blanches collines... Loin des clichés touristiques, il est aussi une région viticole dont l’appellation d’origine contrôlée a été attribuée aux vins des Côtes du Luberon en 1988. Implantée sur 36 (...)

Lire la suite...

Causette au Salon

le 1er/04/2005

Quand les interlocuteurs sont fictifs, les réponses ne le sont pas toujours. Ce mois-ci, vous pourrez faire connaissance avec Honoré et Maurin, rencontrés pour vous au Salon de l’Agriculture A l’occasion du Salon de l’Agriculture, nous avons pu réunir un couple de vignerons de notre belle région. Loin des clichés attendus, ils nous livrent leur vision du monde, du vin et d’autres choses encore. Honoré exploite un grand domaine qui produit quelques hectolitres (...)

Lire la suite...

Vin de soif à plus soif

le 1er/04/2005

Notre chroniqueur gastronome n’aime pas le rosé. Généalogie d’une détestation. A l’origine, il y a le mythe. A Cana, en Galilée, après la quarante-troisième libation à la santé des jeunes mariés, on commence à voir le cul des amphores. Il est tard, l’épicier arabe du coin est fermé, tout le monde est bourré, on a poussé les tables et commencé à danser, le Libanais a même amené du shit, impensable d’en rester là. Marie suggère tout de même à son rejeton de (...)

Lire la suite...

@-Leravi - http://www.leravi.org