« Dans le volcan Français, Marseille est le cratère »

mai 2017 | PAR Michel Gairaud, Rafi Hamal
Écoutez l'émission:
Entretien en partenariat avec Radio Grenouille
Jean-Luc Mélenchon, Porte parole de la « France insoumise », invité de la Grande Tchatche
14rv152trax_melenchon-2.jpg

Pourquoi le choix du Ravi sur Grenouille pour votre premier grand entretien à Marseille ?
Ce n’est pas un hasard. Le système médiatique transforme la réalité pour forrmater les esprits de ceux qui s’y abandonnent. Si on sécurisait socialement la situation des journalistes, ils pourraient être plus libres de leur parole. Mais c’est la peur qui mène les rédactions et la trique des chefferies qui fait que tout le monde se met en ordre. 9 milliardaires possèdent 90 % des médias de ce pays, sauf un, le Ravi, et quelques autres ! Alors je vais dans les brèches et j’essaie de les soutenir. Je me fiche de savoir comment vous allez me traiter, le tout c’est que vous soyez la brèche.

Comment passer de potentiel président de la République à une élection où l’enjeu est de devenir député ?
Il faut apprendre à se méfier de soi-même. A ne pas trop écouter ses mélancolies. J’ai eu la chance que ma première sortie de terrain après la présidentielle se déroule à l’usine GM&S, dans la Creuse, où j’ai retrouvé les miens : les visages tendus par l’effort et la peur, celle de perdre leur emploi. Là, c’est le vaccin. Vous vous rappelez pourquoi vous êtes là. Ils m’ont aidé à passer d’un rôle à un autre. Et j’ai retrouvé mes habits de tribun du peuple.

Votre réaction face au projet de réforme de la loi travail ?
C’est frappant que le gouvernement commence par là, avec cette hargne sociale. Le code du travail, c’est une histoire d’un siècle et demi de luttes. Les pages qu’ils veulent enlever concernent la durée du travail, la paie. Personne n’a demandé cette modification sauf le patronat parce qu’il s’agit d’abattre les protections sociales des salariés. Le risque c’est que chaque boîte change. Même l’entreprise où le patron ne voudra pas martyriser ses gars va être obligée de s’aligner sur le plus mauvais statut social pour rester compétitif. C’est une machine à s’entretuer que Macron va armer.

Macron veut agir vite avec des ordonnances estivales. Cet élan sera-t-il suffisant ?
Il n’y a pas d’élan ! Macron a été élu par défaut, personne n’a compris ce qu’il allait faire. Sauf moi et les spécialistes des questions sociales ! En allant vite, il profite de l’effet de stupeur. Mais on est en France pépère ! Les gens réfléchissent ! En septembre, la poussière retombera et les Français se demanderont qui est ce type et qu’est-ce qu’il veut encore leur prendre. Et puis heureusement, ils n’ont pas encore gagné : une élection arrive !

En Marche ! et la France Insoumise ont un point commun : vouloir dépasser les partis par des mouvements…
Leur logique formelle est comparable à la nôtre, avec une plateforme internet, mais la comparaison s’arrête là. Dans le mouvement de Macron, compartiment par compartiment, on trouve des entreprises qui font le travail là où, chez nous, il y a des mécanismes inclusifs. Personne n’a connu dans ce pays un mouvement fédérant autant de monde que la France Insoumise. Nous sommes 500 000 fédérés autour d’un programme. Mais je ne fais pas le malin en prétendant savoir maintenant comment nous allons marcher dans la durée. Par notre pratique nous allons essayer de faire vivre quelque chose qui ne soit pas la forme partisane…

Que répondez-vous à ceux qui regrettent la division à gauche pour ces législatives ?
Je comprends que les gens aspirent à ce qu’on se rassemble. Mais je ne recommencerai pas le cirque des élections régionales avec des alliances à géométrie variable. A la fin, vous n’avez que des miettes partout sans aucune force sur laquelle s’appuyer. Pour la France Insoumise, ce n’est pas une volonté hégémonique mais une question de respect : le programme oui, les étiquettes, non.

Viser une cohabitation, est-ce souhaitable et atteignable ?
Lionel Jospin a cohabité avec Chirac et la France n’a pas été immobilisée. Les comptes sociaux étaient au vert et la période de création d’emplois a été la plus forte du siècle. Une cohabitation rappelle que nous sommes dans un régime parlementaire. Les gens se sont fait voler la présidentielle, tordre le bras jusqu’au milieu du dos. Alors, maintenant, vous avez l’occasion de voter pour vos idées. Des millions de gens ont voté Macron contre Le Pen. Les élections législatives sont une chance de balayer tout ça.

En arrivant à Marseille vous avez déclaré « je veux remplacer le PS ». Vraiment ?
Le PS s’est affaibli tout seul. J’en ai été membre pendant 30 ans et je n’ai pas de haine contre ce parti. Mais oui : nous voulons devenir la première force politique de la ville et du pays.

À Marseille, la France Insoumise a surpris en devançant Le Pen au 1er tour. L’exploit est-il renouvelable contre l’extrême droite ?
Une brèche a été ouverte à Marseille. Maintenant, on chasse en meutes. Dans chaque circonscription, un candidat tentera de confirmer le résultat du premier tour. Nous voulons une victoire nette, claire, sans bavure en face du FN, notre adversaire historique. C’est le sens de la candidature de Sarah Soilihi en face de Stéphane Ravier. Si je ne suis pas allé face à lui, c’est que c’est important que ce soit elle qui gagne : aux yeux du FN, une femme comme Sarah, c’est le pire qui puisse arriver !

Pourquoi Marseille ?
Parce que c’est un concentré de la France. La classe moyenne n’y joue aucun rôle politique. Elle est prise en tenaille entre les plus riches et les plus pauvres, elle est tétanisée. Dans le volcan français, Marseille est le cratère. C’est un endroit qui cherche sa formule d’expression politique. Mais les hommes politiques du coin rabattent Marseille sur Marseille avec les petites combines et Marseille ne parle jamais à la France. Si les Marseillais me donnent ce rôle politique, je vais le jouer à fond. Je ne suis pas de passage. Tous les éléments sont réunis pour que Marseille soit le cratère de l’élan citoyen dans notre pays.

Que dire du clientélisme qui y sévit ?
La représentation de la politique a été pervertie par le clientélisme. Le rôle d’un député c’est de faire la loi. Je ne viens pas faire campagne aux élections municipales. Je n’appartiens à aucun clan. Il ne faut pas essayer de combiner avec moi. Et puis le système clientéliste est mort. Pour qu’il fonctionne, il ne faut pas avoir la moitié de la ville sur les bras. Or c’est ce qui se passe. Mais je ne viens pas non plus remuer la bouillasse.

Certains semblent pourtant attendre de vous un coup de balai pour « dégager » les vieilles pratiques…
D’abord, il faut élire les députés de la France insoumise pour instaurer un nouveau système. Après, les gens qui ont des problèmes avec la justice finiront par aller devant un tribunal. Mais ce n’est pas à moi de trancher. On tournera la page avec les formes et l’élégance qu’il faut y mettre.

Que faut-il d’abord pour Marseille, ville fracturée socialement ?
Du boulot pour que les gens vivent dignement, des instituteurs pour les enfants et des hôpitaux qui fonctionnent ! Mais Marseille n’est pas le seul endroit en France où ça ne tourne pas rond. Pourtant notre pays est plus riche qu’il ne l’a jamais été. Il faut faire comprendre aux gens que le problème est d’ordre politique et national. Donc ne surtout pas voter pour les candidats En Marche ! Sinon, il ne faudra pas s’étonner ensuite que le CDI disparaisse…

Dans votre circonscription, vous désignez clairement Corinne Versini, candidate En Marche, comme votre adversaire. Pourquoi ?
En venant créer une majorité en face de Macron, je veux battre ses candidats. Mme Versini s’est parachutée d’Aix-en-Provence dans ma circonscription pour accrocher mon scalp dans son bureau comme un trophée pour devenir maire de Marseille. Elle est l’espoir de la droite locale après le départ de Gaudin. Moi je suis formel : je ne suis pas candidat à la mairie. Par contre, Marseille peut compter sur ma présence afin de constituer un véritable front populaire avec les mouvements sociaux, les militants politiques, les acteurs culturels… On va faire une équipe de Marseille pour changer le pays !

Propos recueillis par Michel Gairaud, Rafi Hamal et mis en forme par Maïlys Belliot