Contact

Abo, dons, adhésions

Grande Tchatche avec Pape Diouf

Candidat aux municipales 2014 à Marseille
le 21/02/2014

Pape Diouf, merci ?

En entendant que la France élise dans une grande ville un maire « noir » - et pourquoi pas « arabe » tant qu’à faire - merci à Pape Diouf d’apporter un peu de diversité à notre « Grande Tchatche » où défilent depuis 7 ans des élus à la peau désespérément pâle. Nous commencions à sérieusement broyer du noir !

Pape Diouf est né, il y a 62 ans, au Tchad. Il a grandi au Sénégal. Il est arrivé en France, à Marseille, pour ses 18 ans. Son CV, pour une fois, ne se résume pas à une succession de mandats, à un cumul de fonctions, à une ribambelle de batailles pour décrocher le dernier pompon électoral. Il est aussi un véritable cadeau pour le chroniqueur fainéant que nous sommes. Son parcours politique se résume en quelques mots : zéro mandat, zéro candidature, zéro adhésion à un parti.

Après avoir multiplié les petits boulots, fait des études à l’IEP d’Aix, il devient journaliste à La Marseillaise, quotidien alors très communiste. Mais c’est à la rubrique sport qu’il s’impose pendant plus de dix ans. De journaliste sportif, il est devenu agent de joueur. Boli, Desailly, Drogba, Nasri étaient sous contrats avec lui. En 2004 il rejoint l’OM dont il devient président en 2005 durant 5 ans. Sous sa direction le club, va « droit au but » et marque des points…

Pape Diouf, merci ?

Sans programme (à deux mois du 1er tour), sans parti, sans promesse, sans dévoiler ses futures alliances, sans revendiquer clairement son encrage à gauche, à droite ou au centre, il maîtrise déjà comme un pro l’art du dégagement, celui de botter en touche toutes les questions des journalistes…

Faut dire qu’il est un champion de la synthèse. Capable de côtoyer Jean-Pierre Foucault, le sacré copain de Gaudin, comme actionnaire d’une école de journalisme à Marseille, et capable de fédérer les électrons libres de collectifs écolos-gauchos. Capable d’être décoré de la légion d’honneur par François Hollande en 2013 et de refuser de se rallier au 1er tour à Patrick Mennucci, le candidat socialiste à Marseille, comme le président l’y a pourtant invité. Capable de réunir ceux qui veulent mettre un terme au clientélisme et aux affaires, et de proclamer son amitié pour Bernard Tapie, désormais patron du quotidien La Provence.

Sa candidature va-t-elle faire entrer sur le terrain électoral les abstentionnistes ou pénaliser les joueurs déjà engagés sur le terrain ? Va-t-il favoriser la réélection du tenant du titre, Jean-Claude Gaudin, ou pousser l’avantage pour ceux qui espèrent un changement ? Il faudra sans doute attendre la fin du match pour le savoir…

Une chose est sûre : à cause de lui, tous les commentateurs politiques, et nous avec, s’expriment comme des journalistes sportifs. Et là, Pape Diouf, on ne vous dit vraiment pas merci !

Michel Gairaud

Pour écouter la Grande Tchatche avec Pape Diouf, émission animée par Rafi Hamal et Michel Gairaud et diffusée sur radio Grenouille (le 1er samedi du mois à 10 heures, à Marseille sur le 88. FM), c’est ici :

@-Leravi - http://www.leravi.org